A la Une

Le coup d’Etat silencieux du général Gaid Salah en Algérie ?

Point de vue

Washington, DC – La récente éruption «inexplicable» de dizaines de hauts responsables militaires des forces armées algériennes est un coup d’État mené par le vice-ministre de la Défense et le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire algérienne (ANP), le général Ahmed Gaid Salah.

Cinquante ans après son indépendance, un autre général émerge comme le leader incontesté de l’Algérie.

Au cours des derniers mois, le nouveau général fort de l’Algérie, le général Gaid Salah, a orchestré un remaniement sans précédent de l’appareil de sécurité de son pays en renvoyant tous les chefs des régions militaires du pays sauf un, le chef de la police nationale, plusieurs généraux et hauts fonctionnaires du renseignement militaire.

Le limogeage du chef de la police nationale, le général Abdelghani Hamel, a été un coup de maître qui donne à Gaid Salah un pouvoir sans précédent. Le général Hamel, un ami proche et un confident du clan présidentiel, était considéré par beaucoup comme un pilier du régime Bouteflika.

Plus important encore, juste après le limogeage de Hamel, le général Gaid Salah a tenté de limoger le général Bachir Tartag, une autre figure importante du régime actuel. Les médias proches des militaires ont diffusé des articles prédisant la disparition imminente de Tartag, le chef de la DSS (puissante agence de renseignement algérienne). Cependant, aucune annonce officielle n’a été faite.

Avec la fin de Hamel et l’affaiblissement de Tartag, Gaid Salah consolide tous les pouvoirs. En fait, il a profité du débat sur l’aptitude du président Bouteflika à briguer un cinquième mandat pour renvoyer des éléments hostiles et affecter des collaborateurs proches à des postes clés dans les forces armées et les services de sécurité. En outre, il est en train de rédiger une liste de noms de loyalistes qui remplaceraient un certain nombre de gouverneurs actuels.

 Dans sa tentative d’intimider davantage ses opposants, Gaid Salah a interdit à plusieurs généraux licenciés de quitter le pays. Selon des sources militaires citées dans la presse algérienne, le général Nouba Menad, le puissant ancien chef de la gendarmerie nationale (une force de police nationale rattachée à l’établissement militaire) et les anciens chefs des régions militaires I, II, IV et V sont exclus de quitter l’Algérie. Cette stratégie est un moyen pour le nouveau patron de renforcer son emprise sur le pouvoir pour les années à venir.

Le vice-ministre de la Défense a choisi de manière stratégique le calendrier de la visite médicale de Bouteflika en Suisse pour faire passer ses nominés. Le président partiellement paralysé et rarement vu semble à peine maîtriser les événements autour de lui ou être capable de gérer des missions aussi complexes et calculées.

Les partisans de Gaid Salah ont dépeint ces purges comme une opération anti-corruption en réponse à la saisie d’une importante cargaison de cocaïne dans le port d’Oran. Pour le général, ces changements sont une tentative de dépolitiser l’APN.

En vérité, avec l’élimination de tout rival potentiel et l’affectation de loyalistes à des postes clés de la sécurité, le général Gaid Salah a fermement pris le contrôle de la nation et a réduit au silence toutes les oppositions. Il a décimé le clan d’Oujda et a écarté Saïd Bouteflika, frère du président et rival potentiel des ambitions présidentielles.

De plus, le chaos en Libye et l’incertitude politique en Tunisie ont encouragé Gaid Salah. Il a vu la géopolitique changeante de la région comme une opportunité pour préparer son clan au pouvoir sous un 5ème mandat boiteux.

Malgré son succès probable dans la réélection de Bouteflika en tant que Président l’année prochaine, Gaid Salah restera vulnérable aux changements sociaux et politiques en Algérie et dans la région du Maghreb. Bien qu’il n’y ait pas de véritable opposition à l’établissement militaire, les prévisions économiques sombres pour l’Algérie ont laissé beaucoup de gens amers et désillusionnés.

La récente vague d’attaques terroristes et de manifestations sociales a montré que l’Algérie est confrontée à de véritables risques politiques et de sécurité. La décision de l’APN de soutenir le cinquième mandat de Bouteflika ne fait qu’exacerber ces derniers.

Alors que la peur du terrorisme et de l’extrémisme a toujours forgé un front unifié en Algérie, l’effondrement de l’économie et l’absence d’un agenda politique clair vont probablement fragmenter les partis d’opposition qui «obéissent» aux ordres militaires.

Proclamant que la nation est confrontée à une menace existentielle de groupes extrémistes soutenus par des mains cachées (terme utilisé dans la propagande officielle pour décrire les conspirateurs extérieurs), le régime algérien soutenu par l’armée continue à recevoir la bénédiction et le respect de ses citoyens.

Alors que le général nettoie et prépare ses troupes pour le «cinquième mandat», le Fonds monétaire international a averti l’Algérie des conséquences économiques désastreuses si le gouvernement ne mettait pas en œuvre de véritables réformes. Il se peut que l’APN soit sous contrôle, mais les rumeurs de dissidence dans le pays continueront sans aucun doute à se développer.

Hassan Masiky

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Morocco World News

1 Comment on Le coup d’Etat silencieux du général Gaid Salah en Algérie ?

  1. josephhokayem // 18 septembre 2018 à 18:41 // Réponse

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :