A la Une

Poutine et Erdogan expulsent les Etats-Unis d’Amérique et compagnie de la Syrie

Un accord qui expulse et ne laisse aucune option de réponse, ou le juge comme un acte non humanitaire. C’est le résultat de la zone de démilitarisation qui a été convenue entre les présidents russe et turc Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, ce qui exclut les États-Unis d’Amérique et leurs alliés occidentaux sur le territoire syrien.

La zone sera dans la ligne de contact entre l’opposition armée et les troupes de l’armée syrienne. Selon le journal Al Watan, l’accord devrait se développer en trois phases. La première indique que d’ici le 15 octobre, la zone de démilitarisation de 15 kilomètres autour de la ville d’Idlib sera créée. Pour le second, qui court jusqu’au 10 novembre, toutes les armes lourdes doivent être réquisitionnées sous le contrôle de la Russie et de la Turquie. Et la troisième étape est le transfert des fonctions des institutions de l’État à Idlib jusqu’à la fin de l’année.

Et pour les groupes qui refusent de quitter les zones résidentielles et de livrer des armes lourdes, il y a un ultimatum: ils seront considérés comme des terroristes et tout le monde, y compris l’armée turque, aura l’obligation de les combattre.

Il y avait des réactions et toutes favorables. La première à applaudir l’accord était la Syrie, elle-même et elle s’est engagée à en assumer la réalisation. Et tandis que pour l’Iran, le pacte montre une «diplomatie responsable», pour les Etats-Unis d’Amérique c’est une tentative encourageante d’éviter une attaque militaire dans la région, tandis que l’Allemagne préconise de les mettre en œuvre. L’opposition syrienne est également d’accord.

Plus d’informations: Un accord russo-turc empêchera une catastrophe humanitaire en Syrie

En principe, beaucoup de personnes sont d’accord avec l’accord. En ce sens, l’analyste international Juan Aguilar explique que c’est parce «qu’ils n’ont d’autre choix que d’être d’accord». S’il ne s’est pas matérialisé, le scénario attendu était « une offensive militaire de la Syrie et de tous ses alliés, que des actions pratiquement militaires avaient déjà commencé, en particulier ceux des cibles de bombardement par la Fédération de Russie et la Syrie. »

«Une offensive militaire à part entière avec une grande puissance, parce que vous devez vous rappeler que c’est la seule province de toute la Syrie qui soit encore sous le contrôle de groupes terroristes djihadistes. Cette action militaire sur une province qui compte environ trois millions d’habitants, il est logique de penser qu’elle produirait des victimes civiles, une situation humanitaire délicate, la fuite de peut-être environ un million de personnes à la frontière turque ou dans d’autres régions de la Syrie. Tout cela était délicat, en tant qu’action militaire, c’était une action complexe», explique l’expert.

Il note également qu’« il était nécessaire de démanteler l’opération sous fausse bannière qui constituait une fausse attaque chimique pour accuser à nouveau le gouvernement syrien et justifier une réinvention des puissances occidentales contre Damas. Et cela a également laissé la Turquie dans une position délicate, en ce sens qu’elle pourrait recommencer à recevoir des centaines de milliers de réfugiés face à l’offensive militaire, et parce que s’il reste un endroit pour fuir vers des groupes terroristes, c’est vers la Turquie. Et Erdogan n’aime pas que 10, 15 ou 20 mille terroristes y soient placés. »

Aguilar se demande ce que l’Union européenne peut dire à propos de cet accord, si ce qu’ils ont réclamé a été d’éviter la catastrophe humanitaire, et maintenant qu’il y a une possibilité de l’éviter, « ils vont dire oui, c’est bien ». « Ils doivent l’approuver, ils n’en ont pas d’autre. » «C’est dans le même sens que la Maison Blanche peut le dire. Il reste peu d’arguments pour s’opposer à un tel accord.»

Pour Aguilar, « du point de vue tactique, l’accord est bon, vous gagnez du temps, vous désarmerez beaucoup de factions, il y aura sûrement même des accords avec certains d’entre eux comme cela a déjà été fait dans d’autres régions pour réintégrer la société syrienne, même certains sont passés à l’armée syrienne, ceux qui sont blessés ici sont ceux qui veulent maintenir la guerre en Syrie car ils sont les grands bénéficiaires, et ce sont tous les pays du golfe Persique, et en particulier l’État d’Israël. »

Dans ce contexte, et quelques heures plus tard, un avion russe Il-20 a été abattu par un missile syrien S-200 lorsqu’il est revenu à la base aérienne de Hmeymim. Le ministère russe de la Défense a déclaré que l’avion avait été exposé au feu parce que des avions de combat israéliens l’avaient utilisé comme bouclier alors qu’ils attaquaient des installations syriennes à Lattaquié.

« Mis à l’abri derrière l’avion russe, les pilotes israéliens l’ont exposé à l’incendie de la défense aérienne syrienne. […] Il est impossible que l’avion, en démarrant l’atterrissage à une altitude de cinq kilomètres, les pilotes des F-16 et des contrôleurs israéliens passés inaperçus, qu’ils ont néanmoins mené cette provocation intentionnellement », a déclaré le porte-parole de l’organisme, Igor Konashénkov.

Sujet connexe: « Assumer la culpabilité en public »: Israël doit-il se retirer en Syrie?

En outre, les radars russes ont également détecté des lancements de missiles à partir de la frégate française Auvergne, située en mer Méditerranée. Au total, 15 soldats russes ont perdu la vie.

Juan Aguilar est énergique à cet égard: «il s’agit d’une action lâche plus qu’Israël, car ce qu’ils ont fait a été de se protéger derrière l’avion russe, qui n’a pas été détruit, mais qu’il a été touché au milieu du feu de l’arme anti-aérienne de la Syrie essayant d’intercepter l’agression par missiles d’Israël et d’une corvette française, cela ne doit pas être oublié non plus, car cela indique l’état de la guerre sale d’Israël et des puissances occidentales contre la Syrie et contre tout ennemi d’Israël.»

« C’est une action scandaleuse, il est honteux qu’un pays qui se dit démocratique puisse faire ce genre d’actes, c’est méprisable, cela indique la mentalité criminelle du gouvernement israélien et voici une question très difficile: pourquoi le monde, pourquoi les pays continuent-ils d’autoriser les israéliens à faire ce qu’ils veulent? », s’est interrogé le journaliste à haute voix.

Aguilar explique que ce n’est pas la première fois, ni même cette semaine, qu’Israël attaque sans justification la Syrie. « C’est une attaque après une attaque et vous y consentez, et à la fin cela allait arriver, et cela s’est produit avec un avion russe, mais c’est qu’un jour peut arriver avec un avion commercial plein de passagers. La chose d’Israël est permanente: ils violent l’espace aérien du Liban, de l’Egypte. Ils attaquent quand ils en ont envie et où ils veulent et comme ils veulent, parce que personne ne leur dit rien et ne les arrête pas non plus. »

L’analyste militaire explique également que Tel-Aviv favorise le conflit en Syrie. « C’est pourquoi Israël a évacué les Casques blancs, soutenu les groupes djihadistes présents sur le plateau du Golan, c’est pourquoi il n’a rien fait contre le terrorisme islamiste pendant sept ans de guerre en Syrie », a souligné l’expert.

«Personne ne se demande pourquoi aucun djihadiste n’attaque Israël, et oui tout le monde, y compris les pays européens, car c’est là que se trouvent les clés de l’accord, et l’accord d’Erdogan avec Poutine n’est pas bon car c’est un pas de plus vers la fin du conflit syrien, laissant sans arguments la présence des États-Unis d’Amérique sur place, les Kurdes avec leurs prétentions d’un État indépendant que la Turquie n’autorisera pas, l’UE et les Etats-Unis d’Amérique en matière de changement de régime à Damas, et en particulier Israël, qui voit la possibilité que ce conflit se termine avec deux gouvernements ennemis tels que ceux de Damas et de Téhéran, et les milices libanaises», observe Aguilar.

« Et c’est la triste chose, et il y en a qui, selon leurs propres politiques, ne se soucient pas de mettre le monde en feu », a déploré Juan Aguilar.

Javier Benítez

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Comment on Poutine et Erdogan expulsent les Etats-Unis d’Amérique et compagnie de la Syrie

  1. josephhokayem // 20 septembre 2018 à 15:03 // Réponse

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :