A la Une

Erdogan: La Russie et la Turquie décident de laisser des groupes radicaux quitter la zone idlib

© AP Photo / Service de presse présidentielle / Pool

MOSCOU – La Turquie et la Russie détermineront conjointement quels groupes radicaux devraient quitter le territoire de la zone démilitarisée de la province syrienne d’Idlib, a déclaré dimanche le président turc Recep Tayyip Erdogan dans un article.

« Lors des négociations sur Idlib à Sotchi, nous avons décidé d’établir une zone démilitarisée entre les territoires contrôlés par l’opposition et le régime. L’opposition restera sur les territoires qu’elle occupe. Nous veillerons à ce que des groupes radicaux désignés par la Turquie avec la Russie, ne soient pas en mesure d’opérer dans la région », a écrit Erdogan dans son article pour le journal russe Kommersant.

Le président turc a également déclaré que Washington continuait à soutenir les Unités de protection du peuple kurde (YPG) et le Parti de l’Union démocratique (PYD) en Syrie, perturbant ainsi l’équilibre dans la région. [Les kurdes syriens doivent entrer dans le rang pour le processus de paix en Syrie et déposer les armes. MIRASTNEWS].

«Malheureusement, nous constatons que le soutien extraordinaire récemment apporté, en particulier par les Etats-Unis d’Amérique aux YPG et aux forces du PYD, se poursuit. Ces mesures, qui nuisent à l’équilibre de la région et à la paix entre ses peuples, doivent être stoppées», a écrit Erdogan dans un article pour le journal Kommersant, consacré à l’accord entre la Russie et la Turquie sur Idlib en Syrie.

LIRE PLUS: Un ancien conseiller de YPG: Washington tente de faire dérailler les pourparlers entre Damas et les Kurdes

Erdogan a de nouveau déclaré que la Turquie attachait une grande importance à la libération de zones contrôlées par le PYD et les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes. Il a également exprimé l’espoir que la Russie soutiendrait la Turquie dans la lutte contre le PYD et les FDS, qui sont reconnus comme des groupes terroristes par Ankara, mais pas par Moscou.

« Nous espérons également que la Russie soutiendra la lutte de la Turquie avec des organisations terroristes telles que le Parti des travailleurs du Kurdistan, le PYD et les FDS, et je pense que nos pays voisins devraient avoir une vision commune des menaces mutuelles », a déclaré Erdogan. m’a dit.

Lundi, le président russe Vladimir Poutine et Erdogan se sont rencontrés dans la ville de Sotchi, en Russie, et ont signé un accord le 15 octobre sur la ligne de contact de l’opposition armée et des forces gouvernementales pour établir une zone démilitarisée à Idlib. L’armement lourd opéré par les groupes rebelles doit être retiré de la zone démilitarisée d’ici le 10 octobre, stipule l’accord.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Comment on Erdogan: La Russie et la Turquie décident de laisser des groupes radicaux quitter la zone idlib

  1. josephhokayem // 29 septembre 2018 à 19:36 // Réponse

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :