A la Une

Les présidents latino-américains devraient servir leurs peuples, pas les intérêts des Etats-Unis d’Amérique – Evo Morales de Bolivie à RT

Le président bolivien Evo Morales a déclaré à RT que les Etats-Unis d’Amérique avaient abandonné les coups d’État militaires [en réalité non, ils jouent sur tous les tableaux comme le montrent bien la tentative de décapitation des dirigeants du Venezuela et de l’Armée bolivarienne lors d’un défilé militaire, par opposants interposés ou l’assassinat du leader Alexandre Zakharchenko par la junte de Kiev, à la solde des Etats-Unis d’Amérique le 31 août 2018 dans le Donbass en Ukraine (JDDM. MIRASTNEWS)] et avaient modifié les régimes par le biais des tribunaux et des parlements pour s’occuper des dirigeants dissidents d’Amérique latine et revendiquer le pétrole de leurs pays.

« Il existe de graves problèmes en Amérique latine. En Argentine, au Brésil et en Équateur, les présidents, qui étaient les garants de la souveraineté et de la dignité du peuple, sont maintenant soumis à la persécution politique », a déclaré M. Morales.

Il faisait allusion à l’Argentine Cristina de Kirchner, à la Brésilienne Dilma Rousseff [ainsi que Lula empêché de se présenter en l’emprisonnant (MIRASTNEWS)] et à Rafael Correa de l’Équateur, qui ont perdu le pouvoir dans leur pays ces dernières années et font face à diverses accusations, poussées par de nouveaux gouvernements soutenus par les États-Unis d’Amérique.

La « vaste campagne politique » de Washington en Amérique latine est dirigée par le vice-président des Etats-Unis d’Amérique Mike Pence, a déclaré le leader bolivien, dans la période précédant son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York mercredi.

« Il n’y a plus de coups d’Etat militaires en Amérique latine alors que des coups d’Etat se produisent actuellement à travers des congrès et des tribunaux. C’est un autre mécanisme utilisé par les Etats-Unis d’Amérique pour traiter des présidents luttant contre l’impérialisme. »

Si ces mesures s’avèrent inefficaces, les Etats-Unis d’Amérique ont recours à « la réalisation de complots et à la réalisation de provocations », a déclaré M. Morales. Et quand cela échoue également, on parle d’une intervention militaire, comme on en a parlé au Venezuela. [Donc les Etats-Unis d’Amérique n’ont abandonné aucune pratique et aucun mode opératoire, par exemple le coup d’État quasi-militarisé exécuté en Ukraine en 2014 contre le président élu au suffrage universel; ils complètent seulement leur panoplie par de nouvelles découvertes qu’ils usent à volonté selon les situations en présence. JDDM. MIRASTNEWS].

Cependant, il a rappelé que les appels de Washington à utiliser la force contre Caracas l’année dernière ont été rejetés non seulement par les pays d’Amérique latine, mais aussi par certains membres occidentaux de l’OTAN, ce qui signifie que « les menaces d’invasion ne mènent à rien ».

LIRE PLUS: « Les présidents des Etats-Unis d’Amérique parlent de paix, mais jamais de justice sociale »: Morales de la Bolivie à Correa sur RT

Les Etats-Unis d’Amérique peuvent parler de démocratie et de désaccords avec la politique de Nicolas Maduro, mais la véritable raison pour laquelle ils ont poussé à remplacer le président vénézuélien et d’autres dirigeants « est le pétrole », a expliqué le président de 58 ans.

EN SAVOIR PLUS : mossinguej@yahoo.fr

 

 

« Et cela s’est produit tout au long de notre histoire. C’est ainsi que les Etats-Unis d’Amérique ont envahi la Libye et l’Irak. C’est la même chose pour tous les coups d’Etat sur différents continents. Nous devons donc protéger les Etats souverains et nos ressources naturelles », a-t-il averti.

[Un mécanisme de protection devrait donc être imaginé et mis en œuvre pour contrer l’instauration de pratiques malveillantes et l’usage de faux slogans s’appuyant sur la culture démocratique dévoyée et dépouillée de son substantif. JDDM. MIRASTNEWS].

Mais M. Morales a déclaré qu’il envisageait toujours l’avenir de l’Amérique latine avec optimisme, espérant que « les gens comprendront ce qui se passe et réagiront correctement pour que leurs présidents servent à nouveau la population, mais pas les intérêts des Etats-Unis d’Amérique ».

[Le niveau de culture politique n’étant pas le même pour tous les individus, les plus faibles, les moins formés, moins cultivés et les plus naïfs et ignorants sont les plus vulnérables et manipulables ; voilà pourquoi les sociétés doivent s’organiser et trouver le moyen idéal pour les protéger et éveiller leurs sens de la critique, la réflexion et l’analyse, afin qu’ils soient capables d’extraire du magma informationnel chaotique, la vérité des faits. Tout cela dépend vraisemblablement de la manière dont les hommes les plus éclairés dans les sociétés humaines s’organisent, mettent en place des mesures défensives et réactives pour protéger les nations et les populations de la prédation. JDDM. MIRASTNEWS].

Traduction et commentaires : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT


L’Équateur a nommé Assange conseiller à l’ambassade en Russie, puis a annulé sa décision – MP

© AP Photo / Matt Dunham

QUITO – Le ministère des Affaires étrangères de l’Équateur a décidé en 2017 de nommer le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, conseiller à l’ambassade de l’Équateur en Russie. Cette décision a été annulée dix jours plus tard par le refus de Londres d’accorder le statut diplomatique à Assange, a déclaré le député équatorien Paola Vintimilla à Sputnik.

« Il y a un accord ministériel [au ministère des Affaires étrangères de l’Equateur], selon lequel Julian Assange a été nommé représentant diplomatique de l’Equateur à Moscou », a déclaré Vintimilla.

Le document en question, obtenu par Sputnik, est daté du 19 décembre 2017 et signé par Byron Rolando Suarez Sanchez, alors vice-ministre des affaires étrangères. Avant cela, le fondateur de WikiLeaks avait reçu un « rendez-vous spécial » du gouvernement de l’Équateur, ce qui lui avait permis de travailler à l’ambassade du pays au Royaume-Uni.

Selon le législateur, les autorités équatoriennes « ont dû attendre que Londres accepte que Assange fasse partie de la diplomatie équatorienne dans la ville [de Londres], mais elles étaient prêtes à un accord ministériel, ce qui l’obligerait à s’installer à Moscou en tant que représentant de l’Équateur. »

« Cependant, comme il n’avait pas l’immunité diplomatique pour quitter l’ambassade, il ne pouvait pas aller à Moscou », a déclaré Vintimilla.

Après que Londres eut refusé d’accorder le statut diplomatique à Assange, Suarez a personnellement annulé l’accord qui permettrait au fondateur de WikiLeaks de travailler à Moscou. C’est arrivé le 29 décembre 2017.

LIRE PLUS: Assange révèle la plus grande menace pour l’humanité dans le dernier enregistrement publié

Assange séjourne à l’ambassade de l’Équateur à Londres depuis 2012, incapable de partir par crainte d’être détenu par les autorités britanniques.

Depuis 2006, WikiLeaks, fondée par Assange, a révélé un grand nombre de documents classifiés, y compris des informations sensibles qui seraient liées aux diplomates des Etats-Unis d’Amérique et à la communauté du renseignement des USA. Cela a conduit à une enquête pénale sur ses activités, initiée par les autorités des Etats-Unis d’Amérique.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Comment on Les présidents latino-américains devraient servir leurs peuples, pas les intérêts des Etats-Unis d’Amérique – Evo Morales de Bolivie à RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :