A la Une

L’Iran demande à Trump de mettre fin à ‘l’interférence perturbatrice’ au Moyen-Orient s’il veut du pétrole moins cher

Un soldat de la marine des Etats-Unis d’Amérique à bord du bateau de patrouille Mark VI monte la garde alors qu’un pétrolier se dirige vers le port de Bahreïn © Hamad I Mohammed / Reuters

Les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre Téhéran font monter les prix du pétrole, selon le ministre iranien du pétrole. Si Donald Trump veut un brut moins cher, comme il le déclare, l’Amérique devrait cesser de s’ingérer dans les affaires du Moyen-Orient, a-t-il déclaré.

« Trump tente de réduire sérieusement les exportations de pétrole iranien et de veiller à ce que le prix du pétrole n’augmente pas, mais ces deux facteurs ne peuvent pas se réaliser », a déclaré le ministre du Pétrole, Bijan Zanganeh, selon l’agence de presse des étudiants iraniens, citée par Reuters.

«S’il veut que le prix du pétrole n’augmente pas et que le marché ne soit pas déstabilisé, il devrait mettre un terme aux ingérences injustifiées et perturbatrices au Moyen-Orient et ne pas constituer un obstacle à la production et à l’exportation du pétrole iranien.»

Selon l’Iran, c’est Trump et non l’OPEP qui est responsable de la hausse des prix du pétrole. Mardi, le pétrole Brent a atteint 82 dollars le baril pour la première fois depuis 2014. «Trump blâme l’OPEP pour ce qu’il a créé et causé: la hausse du prix du pétrole et les perturbations sur le marché», a déclaré Zanganeh.

S’exprimant mardi devant l’Assemblée générale des Nations Unies, Trump a accusé l’OPEP de « détourner le reste du monde » en poursuivant une hausse des prix du pétrole. Il a également accusé l’Iran de semer le chaos et s’est engagé à imposer de nouvelles sanctions.

Le président des États-Unis d’Amérique a accusé à plusieurs reprises l’OPEP d’avoir favorisé la hause des prix du pétrole, auxquels l’organisation a répondu qu’elle n’avait pas le pouvoir de contrôler les prix du brut.

L’Agence internationale de l’énergie prédit une forte croissance de la demande de pétrole de 1,4 million de barils par jour (bpj) cette année et 1,5 million de bpj en 2019. La croissance viendra au moment où le troisième plus grand producteur de l’OPEP, l’Iran, a perdu des clients en raison des sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre son secteur pétrolier qui entreront en vigueur le 4 novembre.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :