A la Une

Raisonnement logique : Washington ne peut pas dicter à qui les Européens devraient et ne devraient pas commercer – Premier ministre belge

© Getty Images

Selon le Premier ministre belge, Charles Michel, les Etats-Unis d’Amérique n’ont pas le droit de dire aux entreprises européennes avec qui elles peuvent échanger et développer des relations économiques.

« Nous ne pouvons pas accepter que les Etats-Unis d’Amérique décident des régions avec lesquelles les entreprises européennes peuvent ou ne peuvent pas faire des affaires », a déclaré Michel dans un entretien avec le radiodiffuseur belge francophone, peu après sa rencontre avec le président iranien Hassan Rouhani.

Le Premier ministre belge a été le premier parmi les dirigeants occidentaux à tenir une réunion bilatérale avec le président iranien en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies. La Belgique obtiendra un siège non permanent de deux ans au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) dès l’année prochaine.

Michel a souligné que la Belgique et l’UE ne sont pas naïves en ce qui concerne la question de l’Iran et l’importance régionale de la République islamique.

Les commentaires viennent dans la position dure de Washington contre Téhéran. En mai, le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump s’est unilatéralement retiré de l’accord sur le nucléaire de 2015, signé entre l’Iran et une vaste alliance de puissances mondiales. Dans le cadre de l’accord historique, des sanctions anti-iraniennes de plusieurs décennies ont été levées, ouvrant ainsi le marché du pays aux sociétés occidentales.

En août, la Maison-Blanche a réimposé des sanctions unilatérales contre la République islamique, imposant des restrictions à l’industrie automobile, aux tapis, au commerce des métaux et interdisant l’accès aux billets de banque des Etats-Unis d’Amérique.

D’autres sanctions, prévues pour novembre, auraient frappé les secteurs pétrolier et maritime de l’Iran. Washington a menacé de sanctions secondaires les nations ou les sociétés qui effectuent des transactions avec l’Iran.

RT

@RT_com

stops truck assembly in Iran due to US sanctions https://on.rt.com/9ews 

Volvo stops truck assembly in Iran due to US sanctions — RT Business News

Swedish truckmaker Volvo has stopped assembling trucks in Iran because of Washington’s sanctions, spokesman for the company, Fredrik Ivarsson, told Reuters.

rt.com

Jusqu’à présent, la menace de sanctions des Etats-Unis d’Amérique a contraint un grand nombre d’entreprises européennes, notamment Daimler, Peugeot, Renault, Siemens et Total, des entreprises en République islamique.

Plus tôt, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a déclaré que les signataires de l’Union – la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France – restaient attachés à l’accord nucléaire et que l’UE travaillait sur un système de paiement permettant la poursuite des échanges commerciaux avec l’Iran.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :