A la Une

Les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre la Russie sont « une erreur stratégique colossale », prévient Poutine

Alors que la Russie prépare son projet de sevrage de son système bancaire du dollar, faisant progresser la tendance à la dé-dollarisation des plus grands rivaux économiques et géopolitiques des États-Unis d’Amérique, le président russe Vladimir Poutine a accusé Washington de commettre une erreur « colossale » mais « typique » en exploitant la dominance du dollar par l’imposition des sanctions économiques aux régimes qui ne craignent pas ses caprices.

« Il me semble que nos partenaires des Etats-Unis d’Amérique commettent une erreur stratégique colossale », a déclaré M. Poutine.

« C’est une erreur typique de tout empire », a déclaré Poutine, expliquant que les Etats-Unis d’Amérique ignorent les conséquences de leurs actions, car leur économie est forte et que la maîtrise du dollar sur les marchés mondiaux reste intacte. Cependant « les conséquences interviennent tôt ou tard ».

Ces propos ont fait écho au sentiment exprimé par Poutine en mai, lorsqu’il avait déclaré que la Russie ne pouvait plus faire confiance au dollar des Etats-Unis d’Amérique en raison de la décision des États-Unis d’Amérique d’imposer des sanctions unilatérales et d’enfreindre les règles de l’OMC.

Bien que les critiques de Poutine ne soient pas nouvelles, ces dernières remarques font suite à un rapport publié dans le Financial Times mardi soir, détaillant les efforts de la Russie pour détourner son économie du dollar. Le résultat est que, même si la dé-dollarisation peut être douloureuse, elle est finalement faisable.

Les États-Unis d’Amérique ont imposé une nouvelle série de sanctions à la Russie au cours de l’été en réponse à l’empoisonnement de l’ancien agent double Sergei Skripal et de sa fille Yulia. Le Sénat des Etats-Unis d’Amérique envisage des mesures qui permettraient effectivement de couper du dollar les principales banques de la Russie et d’exclure largement Moscou des marchés de la dette extérieure.

Avec la possibilité d’être coupé du système du dollar qui se profile, un plan préparé par Andrei Kostin, le chef de la banque russe VTB, est en train d’être adopté par une grande partie de l’establishment russe. Le plan de Kostin faciliterait la conversion des règlements en dollars dans d’autres monnaies, ce qui aiderait les industries russes à se détacher du dollar. Et il bénéficie déjà du soutien du ministère russe des Finances, de la Banque centrale et de Poutine.

Pendant ce temps, le Kremlin travaille également sur des accords avec les principaux partenaires commerciaux pour accepter le rouble russe pour les importations et les exportations.

Signe qu’un front uni se forme pour contribuer à affaiblir le dollar, les efforts de la Russie ont été facilement adoptés par la Chine et la Turquie, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de leurs relations de plus en plus tendues avec les États-Unis d’Amérique. Au cours d’exercices militaires communs à Vladivostok le mois dernier, Poutine et le président chinois Xi Jinping ont déclaré que leurs pays travailleraient ensemble pour contrer les sanctions et les tarifs douaniers imposés par les Etats-Unis d’Amérique.

« De plus en plus de pays, pas seulement à l’est mais aussi en Europe, commencent à réfléchir à la façon de minimiser leur dépendance au dollar des Etats-Unis d’Amérique », a déclaré Dmitry Peskov, porte-parole de Poutine. « Et ils réalisent soudainement a) que c’est possible, b) que cela doit être fait et c) que tu peux te sauver si tu le fais plus tôt. »

Néanmoins, il ne fait aucun doute que les sanctions des Etats-Unis d’Amérique ont endommagé la devise russe et contribué à la hausse des coûts d’emprunt. Et si la Russie – qui dépend fortement des exportations d’énergie – peut convaincre les acheteurs de son pétrole et de son gaz naturel d’accepter un paiement en roubles reste une question ouverte. L’intensification des échanges commerciaux avec la Chine et d’autres pays asiatiques a contribué à réduire la dépendance de la Russie à l’égard du dollar. Mais le billet vert représente toujours 68% des entrées de paiements de la Russie.

Mais, comme Poutine l’a répété à maintes reprises, cela ne les empêchera pas d’essayer. Le fait est que la Russie est un grand exportateur, avec un excédent commercial de 115 milliards de dollars l’an dernier. Comme l’a souligné le FT, les métaux, les céréales, le pétrole et le gaz russes sont consommés dans le monde entier, même à l’ouest, malgré les tensions entourant l’implication présumée de la Russie dans l’empoisonnement des Skripal et son annexion de la Crimée.

Certes, abandonner le dollar en tant que monnaie de choix pour les paiements liés au pétrole ne serait pas une mince affaire. Mais la Chine a déjà fait le premier pas et a montré que cela pouvait être fait en lançant un contrat à terme libellé en yuans et négocié à Shanghai, portant ainsi le coup le plus significatif à ce jour à la domination sans précédent du pétrodollar.

Cela devrait encourager Poutine à poursuivre son expérience – non pas que les Etats-Unis d’Amérique lui laissent beaucoup de choix.

 Tyler Durden

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Zero Edge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :