A la Une

Un journaliste explique pourquoi les Etats-Unis d’Amérique n’ont pas besoin de pirates informatiques pour contrôler le monde et qu’il est difficile de ne pas être d’accord

© Julian Stratenschulte / Global Look Press

Le plus grand prédateur numérique : les Etats-Unis d’Amérique

Les « hackers russes » sont devenus les badauds de Washington. On parle peu des pirates des Etats-Unis d’Amérique, probablement parce qu’ils ne sont pas nécessaires, car la plupart des sites Internet sont une branche du renseignement des USA.

Les Etats-Unis d’Amérique, qui s’inquiètent maintenant massivement des supposés efforts de la Russie pour pirater tout ce qui leur est chère, refusent de signer un traité sur le comportement du cyberespace avec la Russie depuis près de 10 ans maintenant. La raison en est simple, explique un auteur Russo-Américain: Washington n’a pas besoin d’un traité, car il domine complètement l’espace numérique.

Yasha Levine

@yashalevine

Our foreign surveillance panic says more about what the US has been doing to the rest of the world than anything else. Remember: everyone with an iPhone or Android or Google or Microsoft account is directly being fed into the America’s global surveillance net. No hacking required

La panique de Washington concernant les « pirates informatiques russes » ne fait que refléter ce qu’il fait au monde depuis des années, déclare Yasha Levine, auteur de « Surveillance Valley: l’histoire militaire secrète de l’Internet ».

Yasha Levine

@yashalevine

I remember crossing the Russian-Ukrainian border four years ago and watching as a Russian border guard took out his iPhone and snapped a picture of my passport and my journalist business card. I thought: that went straight to the NSA, courtesy of PRISM. No hacking required.

Et grâce aux programmes de surveillance tels que PRISM, mis au jour par Edward Snowden 2013, les États-Unis d’Amérique n’ont même pas besoin de pirates informatiques: en étant simplement sur les réseaux sociaux ou en utilisant Google, vous cédez volontairement vos données à la NSA.

Loin de réduire son espionnage après que Snowden ait tiré le rideau sur PRISM, les Etats-Unis d’Amérique ont multiplié leurs efforts. Citant «la sécurité nationale», les législateurs ont renouvelé les puissances d’espionnage de la NSA cette année. La surveillance téléphonique nationale a triplé l’année dernière, les demandes de données des utilisateurs auprès d’Apple ont doublé et les demandes de données des utilisateurs auprès de Google ont atteint un niveau record.

Et récemment, les puissances de «Cinq yeux» – les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie – ont publié un mémo demandant aux géants de la technologie de mettre en place des «backdoors» pour permettre aux gouvernements d’accéder directement aux données cryptées des utilisateurs.

Yasha Levine

@yashalevine

America doesn’t need to hack — not when much of the Internet is a privatized extension of America’s NatSec apparatus.

Toute la narration des cybermenaces sur les « bons » des Etats-Unis d’Amérique est un rideau de fumée qui cache un fait peu enviable: ce sont les États-Unis d’Amérique qui sont le principal prédateur de l’océan numérique.

Yasha Levine

@yashalevine

But what the hell do I know. All I did was write a book on the subject. So carry on: Everyone is a threat, except us. We’re the good guys. Our corporate state spies and kills for democracy.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT


Autre info sur Twitter

54 minil y a 54 minutes

Le ,croyait bien faire. DE L’ , DES VERS L PAR L’ :LE ITALIEN DEMANDE L DE Le gouvernement italien demande à la de faire son

0 réponse 0 Retweet 0 j’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :