A la Une

Chocs des actions : la hausse des rendements obligataires oblige les investisseurs à changer de cap – Rapports

© AP Photo / Richard Drew

Les analystes de l’équipe des actions de Morgan Stanley estiment que les actions des Etats-Unis d’Amérique ont atteint un point critique, alimentant les craintes d’une fin des 10 années de croissance à la hausse des actions.

Les marchés définissent les actions de croissance comme des entreprises pouvant générer des rendements en capital futurs potentiellement élevés, contrairement aux actions de valeur qui se négocient à des prix inférieurs par rapport à leur potentiel de gain, a rapporté mercredi Business Insider.

Morgan Stanley a fait ces observations après la flambée des rendements des obligations des Etats-Unis d’Amérique la semaine dernière, entraînant une importante vente massive des actions mondiales. Les analystes prévoient également que les rendements des obligations des Etats-Unis d’Amérique continueront d’augmenter alors que la Fed continuera à relever ses taux d’intérêt, créant ainsi un « risque de fin de cycle » tout en « plafonnant les évaluations du marché des actions », a déclaré Morgan Stanley.

Cela indique que les hausses des taux d’intérêt et des rendements plus élevés freineront l’économie des Etats-Unis d’Amérique, malgré des années de relance budgétaire et les réductions des impôts de l’administration Trump.

Morgan Stanley a poursuivi en affirmant qu’« avant que cela ne se produise, il semble que nous aurons un dernier pic plus haut ». En ce qui concerne les actions, il a ajouté que Standard and Poor 500 (S & P500) avait réagi négativement aux augmentations de rendement avec des ventes similaires à grande échelle début février.

LIRE PLUS: Rapports: La croissance économique mondiale pourrait perdre son élan au milieu des difficultés commerciales

Les gains des actions ont été tirés par trois secteurs depuis janvier – les actions de technologies, de consommation discrétionnaire et de soins de santé – l’industrie de la technologie ayant commencé à se « corriger le mois dernier », laissant « les soins discrétionnaires et les soins de santé comme les véritables valeurs aberrantes maintenant », a déclaré l’équipe des actions de Morgan Stanley.

Toutefois, les secteurs des actions se tournent vers l’énergie, les services financiers au détriment de la technologie et les titres discrétionnaires. Les services publics, une option peu orthodoxe en période de hausse des taux, peuvent offrir des rendements stables, similaires à ceux des obligations.

Effets sur le secteur de la gestion de patrimoine

Les hausses des taux d’intérêt et du rendement obligataire ont entraîné le chavirement du secteur de la gestion de patrimoine aux Etats-Unis d’Amérique. Les fonds spéculatifs internationaux ont enregistré leur plus bas niveau en trois ans au troisième trimestre 2018, a rapporté Kristian Rouz de Sputnik.

Les taux plus élevés ont poussé l’intérêt des investisseurs à chuter pour l’acquisition d’actifs refuges et à la recherche d’opportunités non financières à rendement plus élevé, a indiqué un rapport de Hedge Fund Research Inc.

LIRE PLUS: La gestion de patrimoine est épuisée par les fonds spéculatifs après le pire trimestre depuis 2015 – Rapport

Kristian Rouz a noté que Criterion Capital Management, qui gère des actifs d’environ 2 milliards de dollars, basé à San Francisco, a définitivement fermé ses portes après 16 ans d’activité en raison de marchés défavorables. La société Highfields Capital Management, basée à Boston, a également fermé ses portes après avoir exercé des activités depuis 1998.

Les tendances de ce type devraient se poursuivre alors que les gestionnaires de fonds de couverture se détournent des secteurs de croissance. L’équipe des actions de Morgan Stanley a déclaré: « Nous soupçonnons que d’autres allocateurs d’actifs qui sont restés surpondérés en actions de croissance aus Etats-Unis d’Amérique pourraient être obligés d’envisager un changement. »

Morgan Stanley a déclaré qu’une fois que l’économie des Etats-Unis d’Amérique commencerait à ralentir, les investisseurs pourraient opter pour des actions plus défensives plus tôt que prévu, alors qu’un marché baissier se profilera l’année prochaine et que les allégements fiscaux se dissipent. « Notre préoccupation réside dans le fait que les prévisions du consensus de 2019 ne prévoient aucune dynamique de ce type », ont déclaré les analystes boursiers.

LIRE AUSSI: La confiance économique des États-Unis d’Amérique est à la hausse alors que le chômage chute à son plus bas niveau en 49 ans

Malgré cela, les investisseurs restent optimistes après que le président de la Réserve fédérale des Etats-Unis d’Amérique, Jerome Powell, ait annoncé début octobre une augmentation de la croissance du PIB et des rendements obligataires, ainsi qu’un taux de chômage record. Powell a noté que le cycle économique actuel avait dépassé la durée de vie moyenne de 10 ans, entraînant une incertitude sur les marchés des Etats-Unis d’Amérique, avec une surévaluation des marchés de l’immobilier et des actions, une dette élevée des ménages et une croissance économique inégale persistante dans l’économie des Etats-Unis d’Amérique.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News


Les actions matraquées alors que les investisseurs s’inquiètent des bénéfices, inflation et signes inquiétants sur les marchés du crédit

Les actions mondiales ont été malmenées mercredi face à la hausse des rendements obligataires, au regain de tension entre la Chine et les Etats-Unis d’Amérique et aux inquiétudes selon lesquelles, les sociétés des Etats-Unis d’Amérique feront état de marges bénéficiaires réduites dans leurs résultats financiers du troisième trimestre à venir.

La turbulence fait suite à une récente série de victoires pour les chiffres de la conjoncture économique aux États-Unis d’Amérique, notamment un taux de chômage record à son plus bas niveau en 50 ans et le meilleur indicateur de l’activité du secteur des services.

En outre, les analystes s’attendent à ce que les sociétés du S & P 500 annoncent une croissance de leurs bénéfices de plus de 20%, d’une année sur l’autre, sous l’effet en partie des réductions d’impôts et de la forte croissance économique.

Mais cette toile de fond optimiste pourrait entraîner un resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale des USA, qui a déjà relevé son taux directeur à trois reprises cette année. Les taux plus élevés soulèvent des questions sur les coûts d’emprunt, le marché du logement et la durée de l’expansion économique de neuf ans.

Dans le même temps, les tensions commerciales entre les États-Unis d’Amérique et la Chine s’intensifient. La Maison Blanche examinera de plus près les investissements chinois dans les entreprises des Etats-Unis d’Amérique afin de protéger la technologie des USA pour des raisons de sécurité nationale.

Le secrétaire au Trésor des Etats-Unis d’Amérique, Steven Mnuchin, a déclaré au Financial Times que les négociations commerciales entre les États-Unis d’Amérique et la Chine devaient inclure la dévaluation de la monnaie par la Chine, à la lumière de la chute du yuan cette année.

« Lorsque nous examinons les questions commerciales, il ne fait aucun doute que nous voulons nous assurer que la Chine ne procède pas à des dévaluations compétitives », a déclaré Mnuchin au Times.

À 2 heures de l’après-midi. ET, le Dow Jones Industrial Average, qui a atteint de nouveaux records, la semaine dernière, a perdu 264,58 points, ou 1,6%, à 26 006,07. Le S & P 500 au sens large est en baisse de 47,07 points (1,63%), se rapprochant ainsi des creux de sept semaines.

Au Canada, l’indice composé S & P / TSX a enregistré une baisse de 238,87 points, ou 1,51%, à 15 615,18. La baisse de l’indice persiste dans la sous-performance du Canada par rapport aux actions des Etats-Unis d’Amérique depuis que le Canada a accepté la semaine dernière un accord commercial provisoire avec les États-Unis d’Amérique et le Mexique.

Les matières premières étaient également en baisse. Le pétrole brut West Texas Intermediate, indice de référence des USA, a reculé de 2,1% à 73,36 $ USA le baril – et le prix actualisé du pétrole Western Canadian Select a augmenté pour atteindre 47 $ USA le baril.

Le marché obligataire envoie des signaux inquiétants. Le rendement des obligations du Trésor des Etats-Unis d’Amérique à 10 ans, qui ont atteint un nouveau sommet de sept ans la semaine dernière, a continué de progresser, atteignant jusqu’à 3,24% mercredi.

Les gains se traduisent par des coûts d’emprunt plus élevés, qui se répercutent sur les marchés de l’habitation et de l’automobile.

Magna International Inc., le géant canadien des pièces d’automobile, a chuté de 2,4%, son plus bas niveau en environ un an. Depuis juin, l’action a diminué de 27% et l’accord Etats-Unis-d’Amérique-Mexique-Canada (USMCA) n’a pas réussi à enrayer le repli.

Les actions canadiennes de bois d’œuvre, qui sont exposées à l’activité de construction résidentielle aux États-Unis d’Amérique, ont diminué. West Fraser Timber Co. Ltd. a chuté de 3,2%, son niveau le plus bas en un an. L’action a chuté de 32% depuis juin.

Aux États-Unis d’Amérique, les valeurs technologiques ont figuré parmi les pertes les plus importantes des principaux indices. Parmi les actions dites FAANG, Facebook Inc. a chuté de 1,3%, Amazon.com Inc. de 3,6%, Apple Inc. de 2%, Netflix Inc. de 4,7% et Google Alphabet Inc. de 2,1% pour cent.

Stefane Marion, économiste en chef et stratège à la Financière Banque Nationale, estime que le problème actuel du marché boursier actuel tient au fait que les entreprises mondiales ont réduit leurs attentes en matière de bénéfices pour les 12 prochains mois.

Cette tendance a commencé avec les marchés émergents, où les entreprises sont confrontées à la hausse des taux d’intérêt des Etats-Unis d’Amérique et à la dépréciation de la monnaie locale – mais cette tendance s’étend actuellement aux entreprises états-uniennes d’Amérique en raison de la réduction de leurs marges de profit.

«Nous continuons de voir une expansion des marges difficile à réaliser dans cette phase de maturité du cycle économique dans des conditions de hausse des taux d’intérêt, de hausse des prix du pétrole, de dollar des USA fort, de décélération des marchés émergents et de conditions de marché du travail très tendues, augmentant les coûts de production», a déclaré Mr Marion dans une note.

« La reprise des actions mondiales dans les prochaines semaines dépendra des perspectives de bénéfices des entreprises et de l’ampleur de la hausse des taux d’intérêt à long terme », a-t-il ajouté.

David Berman

Traduction : MIRASTNEWS

Source : THE GLOBE AND MAIL


XTB France

@xtbfr

#SELLOFF sur les indices occidentaux ! Le DAX 30 (DE30) rallie le niveau des 11 700 points pour la première fois depuis mars 2018 ! Attention à la cassure de ce niveau…

K.Djebali / XTB France pic.twitter.com/z4zRiS4z66

— XTB France (@xtbfr) 10 octobre 2018

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :