A la Une

Les Etats-Unis d’Amérique menacent ouvertement de guerre avec la Russie. Adieu la diplomatie et bonjour l’âge de la pierre – Position de Poutine

L’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique auprès de l’OTAN, Kay Bailey Hutchison, est un diplomate de haut rang. Ses paroles, quelles qu’elles soient, sont officielles, ce qui inclut les ultimatums et les menaces qui sont devenus le langage utilisé par les diplomates des Etats-Unis d’Amérique pour appliquer la politique de persuasion ou de diplomatie coercitive. Les déclarations belliqueuses sont utilisées de cette manière comme outil.

Le 2 octobre, l’ambassadeur l’a encore prouvé. Selon sa déclaration, Washington est prêt à utiliser la force contre la Russie. En fait, elle a présenté un ultimatum: Moscou doit mettre fin au développement d’un missile qui, de l’avis des États-Unis d’Amérique, violerait le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (Traité INF). Sinon, l’armée des Etats-Unis d’Amérique [qui n’arrive pas à vaincre les Taliban. MIRASTNEWS] le détruira avant que l’arme ne devienne opérationnelle. « À ce stade, nous examinerions la possibilité de retirer un missile (russe) qui pourrait frapper n’importe lequel de nos pays », a déclaré Hutchison lors d’une conférence de presse. « Une contre-mesure (prise par les Etats-Unis d’Amérique) serait de prendre les missiles développés par la Russie en violation du traité », a-t-elle ajouté. « Ils sont prévenus ». Ce n’est rien d’autre qu’un avertissement direct d’une frappe préventive.

Il est vrai que le respect du traité INF est une question controversée. Moscou a maintes fois prétendu que Washington était en violation et cette position a été confirmée.  Par exemple, le système Aegis Ashore, qui a été installé en Roumanie et est déployé en Pologne, utilise le lanceur Mk-41, capable de tirer des missiles Tomahawk à portée intermédiaire. C’est une violation flagrante du traité INF. Le fait est indéniable. Les États-Unis d’Amérique accusent Moscou d’essais nucléaires et d’essais de missiles de croisière lancés depuis le sol d’une portée de 500 à 5 500 km, mais rien n’a jamais été démontré à l’appui de cette affirmation. La Russie a toujours nié les accusations. Elle indique que le missile en question – le 9M729 – est conforme aux dispositions du traité et qu’il n’a jamais été mis à niveau ni testé pour la gamme interdite.

C’est une affirmation raisonnable. Après tout, il n’y a aucun moyen d’empêcher que de tels tests soient détectés et surveillés par des satellites. Les États-Unis d’Amérique pourraient soulever la question auprès de la Commission spéciale de vérification (SVC). Au lieu de cela, ils menacent de déclencher une guerre.

C’est capital, parce que les paroles de l’ambassadeur n’étaient pas une déclaration bâclée ni un commentaire désinvolte, mais suivaient en réalité un autre « avertissement » lancé récemment par un responsable des Etats-Unis d’Amérique.

Parlant le 25 septembre lors d’un événement de l’industrie organisé en Pennsylvanie par la Consumer Energy Alliance, le secrétaire à l’Intérieur, Ryan Zinke, a suggéré que la marine des Etats-Unis d’Amérique puisse être utilisée pour bloquer des échanges commerciaux énergétiques russes. « Les Etats-Unis d’Amérique ont la capacité, avec notre marine, de s’assurer que la mer est ouverte et, si nécessaire, de bloquer … pour s’assurer que son énergie ne soit pas mise sur le marché », a-t-il déclaré, révélant qu’il s’agissait d’une option. Le ministère de l’Intérieur n’a rien à voir avec la politique étrangère, mais M. Zinke est un membre de haut rang de l’administration.

Deux déclarations belliqueuses faites l’une après l’autre et les deux sont tout près d’une déclaration de guerre! Un blocus est un acte hostile qui serait contré par la force, et les Etats-Unis d’Amérique en sont bien conscients. Ils sont également conscients que la Russie se défendra. Il est important de noter qu’aucun commentaire ou explication n’est venu de la Maison Blanche. Cela confirme le fait que ce que les responsables ont dit reflète la position de l’administration.

Cela rappelle que la loi sur l’interdiction et la modernisation des sanctions a été adoptée par la Chambre des représentants. La législation inclut le pouvoir d’inspecter les ports chinois, iraniens, syriens et russes. Parmi ces derniers figurent les ports de Nakhodka, Vanino et Vladivostok. Il s’agit d’un acte ouvertement hostile et d’une violation flagrante du droit international. Si le projet de loi entre en vigueur, il va probablement déclencher une guerre contre les États-Unis d’Amérique en tant qu’agresseur.

Trident Juncture, le plus grand événement de formation organisé par l’OTAN depuis 2002, débutera le 25 octobre et se poursuivra jusqu’au 7 novembre 2018. Il aura lieu à proximité des frontières de la Russie. L’exercice russe Vostok-2018 de septembre a été le plus important depuis la guerre froide, mais il s’est tenu en Extrême-Orient, loin de la zone de responsabilité de l’OTAN. C’est l’OTAN, pas la Russie, qui aggrave la situation déjà tendue en Europe en organisant un exercice de cette envergure à proximité des frontières de la Russie.

La Russie n’est pas le seul pays à être menacé de guerre. Des tentatives d’intimidation de la Chine sont également en cours. Les tensions sont fortes dans la mer de Chine méridionale, où les navires des Etats-Unis d’Amérique et chinois ont eu une interaction « non sécuritaire » les uns avec les autres le 30 septembre. Une collision a été à peine évitée. En conséquence, le secrétaire à la Défense des Etats-Unis d’Amérique, James Mattis, a dû suspendre sa visite en Chine lorsque celle-ci a été annulée par Pékin. Le dialogue sur la sécurité entre les deux pays est bloqué.

La seule chose qui reste à faire est peut-être d’avoir une relation normale avec les États-Unis. La déclaration de l’ambassadeur Hutchison envoie un message clair: « oubliez la diplomatie, nous sommes de retour à l’âge de pierre », avec Washington en tête. C’est la nouvelle réalité, alors habituez-vous-y. Il suffit de hausser les épaules et d’essayer de vivre sans les États-Unis d’Amérique, mais soyez vigilant et prêt à repousser une attaque très probable.

Il convient de noter que Moscou n’a jamais menacé les Etats-Unis d’Amérique d’une action militaire. Elle n’a jamais déployé de forces militaires à proximité des côtes des Etats-Unis d’Amérique. Elle n’a pas déclenché toutes ces sanctions sans fin et ces guerres commerciales. Lors de la révélation des violations par les États-Unis d’Amérique d’accords internationaux, il n’a jamais été prétendu que le recours à la force était une option. Elle s’est efforcée de relancer le dialogue sur le contrôle des armements et de coordonner les opérations en Syrie. Mais elle a également dû émettre des avertissements concernant les conséquences, au cas où elle serait amenée à réagir à un acte hostile. Si le pire arrive, nous saurons qui est à blâmer. Washington porte la responsabilité de pousser le monde au bord de la guerre.

Peter Korzun

Strategic Culture


Copyright © 2018 Strategic Culture Foundation | La republication est la bienvenue avec une référence au journal en ligne Strategic Culture http://www.strategic-culture.org. Les opinions des contributeurs individuels ne représentent pas nécessairement celles de la Fondation pour la culture stratégique.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Lew Rockwell


La Russie rejette fermement le « diktat par la force » dans les affaires internationales – Poutine

© Alexey Nikolsky / Service de presse présidentielle russe / TASS

Le président russe souligne que Moscou est attaché au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays

MOSCOU – Moscou est attaché au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et rejette fermement l’utilisation du « diktat par la force » sur la scène internationale, a déclaré jeudi le président russe Vladimir Poutine lors d’une cérémonie durant laquelle les nouveaux ambassadeurs seraient accrédités.

« La Russie est attachée à une politique pacifique et suit systématiquement un cours de politique étrangère responsable », a déclaré Poutine. La Russie, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, défend les principes de base inscrits dans la charte de l’organisation, la souveraineté, l’égalité des États et la non-ingérence dans leurs affaires intérieures, a-t-il souligné.

« Nous rejetons fermement l’utilisation de mesures protectionnistes à motivation politique et d’un diktat par la force, au mépris des normes internationales et du droit international », a déclaré le président.

Le chef de la diplomatie russe a souligné que la participation active de Moscou aux affaires mondiales et son ouverture au partenariat et à des relations mutuellement bénéfiques avec tous les pays et toutes les régions sont fondées sur son intérêt national fondamental de « garantir les conditions les plus favorables d’un développement dynamique, résolvant les tâches sociales et économiques à grande échelle et améliorer le niveau de vie des Russes. » « Nos citoyens veulent vivre en paix et considèrent la Russie comme un État fort et indépendant. Nous nous efforçons de tout mettre en œuvre pour renforcer la stabilité mondiale et mettre en place un système de sécurité égale et indivisible », a déclaré M. Poutine.

Accueillant les nouveaux ambassadeurs au Kremlin, le président a déclaré que leur mission honoraire et responsable était de renforcer les relations, de renforcer le dialogue politique et de renforcer les liens économiques et humanitaires de leurs pays avec la Russie.

« Plus que jamais un rôle actif et productif est demandé à la diplomatie, qui pourrait utiliser le pouvoir des mots, des discussions et des compromis pour apporter sa contribution constructive à la résolution des difficultés actuelles des affaires internationales et rechercher des réponses aux nouveaux défis et menaces », a souligné le président russe.

Traduction : MIRASTNEW

Source : TASS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :