A la Une

L’entité désormais politisée et contrôlée Facebook poursuit son travail de censure de masse

© Reuters / Aaron P. Bernstein

Facebook purge des centaines de pages politiques, certains médias alternatifs comptant des millions d’adeptes

Facebook est à nouveau appelé à purger des comptes politiques trop à gauche et à droite du centre, après avoir supprimé plus de 800 pages juste à temps pour les élections de mi-mandat de 2018. Certains avaient des millions d’adeptes.

Un grand nombre des pages concernées partageaient soi-disant des liens entre groupes à l’aide de faux comptes, lesquels ont ensuite cliqué sur « J’aime » sur les publications, augmentant artificiellement leur numéro de mission. Ce « comportement inauthentique » viole les politiques anti-spam de Facebook et va à l’encontre de « ce que les gens attendent de Facebook », a déclaré la société.

Bien que certaines des pages supprimées soient connues pour diffuser parfois des contenus d’une crédibilité douteuse, Facebook ne les a pas expressément accusées de diffuser de « fausses informations » – ni même de fournir une liste de noms ou des exemples de publications. Toutefois, dans le cadre des nouvelles politiques de la plate-forme, la simple diffusion de « nouvelles » est mal vue: elle a récemment modifié son algorithme pour éviter que les flux des utilisateurs ne soient dominés par des reportages.

Wittier était dans un tumulte alors que de nombreuses voix, à gauche comme à droite, ont vu leurs pages supprimées sans motif.

À gauche, AntiMedia, avec ses 2,1 millions de suiveurs (followers), et le Free Thought Project avec 3.1[millions], faisaient partie des victimes. Le compte Twitter d’AntiMedia a été suspendu peu de temps après la publication de leur retrait de Facebook.

     Facebook n’a pas publié notre page

     Après 5 ans de fans enthousiastes, Facebook a officiellement annulé notre page (3.1 millions de fans), nous ne pouvons donc plus en publier. C’est vraiment un scandale et nous sommes dévastés. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour récupérer notre page et nous défendre. pic.twitter.com/H3AmHTT8Qo

     – Projet de pensée libre (@TFTPROJECT) 11 octobre 2018

Appuyez sur la vérité a également été supprimé.

Dan Dicks @DanDicksPFT

I’ve been memory holed from FaceBook! 350k followers poof gone! There is a dangerous precedent being set here where the big tech companies have appointed themselves as the gate keepers of political thought and opinion! Retweet this if you care about free-speech!

Right Wing News (plus de 3,1 millions d’adeptes) et Nation In Distress (également plus de 3 millions d’adeptes) ont été parmi les pages conservatrices qui ont eu la coupe sombre.

Rachel Blevins, correspondante de RT America, fait partie des personnes entraînées dans la purge du « comportement inauthentique ». Elle déclare qu’il a fallu des années pour créer une réputation en publiant ses rapports et ses articles – même si le contenu de RT n’est probablement pas très populaire de nos jours sur le personnel de Facebook.

Max Blumenthal

@MaxBlumenthal

Ahead of the midterms, Facebook purged 800 politically oriented pages on the grounds of spamming and “inauthentic messaging.” But Rachel’s account is real & has done none of this. Maybe she just strayed outside FB’s arbitrary political boundaries. http://www.latimes.com/business/la-fi-facebook-political-messages-purge-20181011-story.html 

Rachel Blevins @RachBlevins

Facebook took down my page with nearly 70,000 followers, labeling it as « spam, » when I have spent 4 years working to build that page up and using it to post the articles I wrote and videos of my reporting. This is so incredibly wrong and is affecting hundreds of similar pages.

En août, l’Atlantic Council, un groupe de réflexion pro-OTAN agressif, a annoncé qu’il rejoindrait Facebook en tant que partenaire « fact-factman ». Un communiqué de presse de la plate-forme de médias sociaux a annoncé que le groupe de réflexion, qui compte parmi ses membres des fauteurs de guerre estimés tels qu’Henry Kissinger et Michael Chertoff, servirait comme « yeux et oreilles » de Facebook, de sorte que la plate-forme pourrait jouer un « rôle positif «  en assurant que la démocratie a été correctement pratiquée à l’avenir.

Au cours des derniers mois, les comptes-rendus qui affichent un contenu politique opposé à l’establishment ont constaté une baisse massive de l’engagement à leurs postes – s’ils n’ont pas été complètement expulsés de la plateforme. En août, Facebook a supprimé 652 comptes après que la société de cybersécurité FireEye ait affirmé qu’ils étaient liés à l’Iran.

Après avoir découvert que le cabinet d’études politiques Cambridge Analytica avait utilisé des données d’utilisateurs accessibles au public pour cibler d’éventuels électeurs de Trump, le PDG Mark Zuckerberg a rejeté l’idée que la manipulation des médias sociaux avait joué un rôle important lors de l’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis d’Amérique. Depuis lors, toutefois, la société tente de rattraper son retard en essayant d’anticiper la réglementation gouvernementale en interdisant et en bloquant tout utilisateur qui dévie d’un centrisme de plus en plus étroit.

En se souvenant de l’époque où Facebook était entièrement consacré aux vidéos de chats et aux titres de clickbaity, on ne peut s’empêcher de lier le sens de la responsabilité sociale qu’il développe soudainement à la manière dont les législateurs des Etats-Unis d’Amérique se sont tournés vers les plateformes de médias sociaux. En avril, Zuckerberg a dû subir des audiences à la Chambre et au Sénat, posant de vives questions aux politiciens qui semblaient à peine comprendre ce qu’est un réseau social et son fonctionnement.

Pendant ce temps, le discours alarmiste des médias grand public commence déjà. The New York Times – un point de vente Facebook a peu de chances de se retirer de la liste pour avoir publié du contenu trompeur dans un avenir proche – a cité des « experts » pour accuser ces pages des Etats-Unis d’Amérique d’« imiter la stratégie russe de 2016 » en créant et en amplifiant le clickbait.

Traduction et Titre 1 : MIRASTNEWS

Source : RT

Visser la censure? Top 10 des pages alt-media récemment bannies par Facebook et Twitter

© Getty Images / alashi

Des sites traitant de la transparence gouvernementale, des pages consacrées à la brutalité policière et aux médias alternatifs – examinez de plus près les dix principaux comptes avec des millions d’abonnés récemment suspendus par Twitter et Facebook.

PAGE: The Free Thought Project (Le projet de pensée libre)

NOMBRE DE SUIVEURS: 3.1mn

À PROPOS: Le site Web largement connu qui s’appelle «une plaque tournante pour des conversations libres» met l’accent sur la transparence du gouvernement. Fondé en 2013 par Jason Bassler et Matt Agorist, le site prétend «éclairer» les «entités corrompues» de notre planète. Ses reportages couvrent les rangs de Monsanto, les brutalités policières et les tirs aux États-Unis d’Amérique, ainsi qu’un aperçu de la manière dont le gouvernement des Etats-Unis obtient des informations personnelles sur tout citoyen.

     INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

     INTERDIT SUR TWITTER: OUI

So it appears that Facebook has unpublished our page along with at least 28 more pages that we currently know of including personal profiles.

Yes, you read that correct. After 5 years of hard work, literally working 7 days a week to share information and build fans Facebook has officially unpublished our page The Free Thought Project (3.1 million fans) as well as Police the Police (1.9 million fans) so we can’t post on it anymore. It is still live on their site, but we can no longer control it or post on it. This is truly an outrage. I’ve put up with a lot of shit over the years with facebook, but this crosses the fucking line. We will do everything we can to recover our pages and fight back against this.

111
110
912

PAGE: The Anti-Media (L’anti-média)

 NOMBRE DE SUIVEURS: 2.1mn

À PROPOS DE: Initialement lancé sur Facebook par le blogueur et entrepreneur Nick Bernabe, l’Anti-Media est désormais un agrégateur de nouvelles indépendant comptant de nombreux adeptes. Le groupe, qui se présente comme «non partisan» et «anti-establishment», publie de nombreux reportages «grand public», notamment ceux qui traitent du reportage de l’ONU sur plusieurs victimes civiles en Afghanistan, de la crise de Tesla et du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

     INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

     INTERDIT SUR TWITTER: OUI

Facebook has unpublished my page, The Anti-Media, after falsely accusing us of violating policies. 2.1 million followers and 5 years of work gone…for now.

27
86
132

PAGE: Police the Police

 NOMBRE D’AIMES: 1.9mn

À PROPOS DE: Une page dédiée à exposer la brutalité de la police des Etats-Unis d’Amérique. Le nom du groupe est apparemment inspiré par des discussions houleuses suite à la récente série de tirs meurtriers perpétrés par des policiers dans tout le pays. Les utilisateurs des médias sociaux, critiques et analystes se demandent qui réglementera la police en cas de mauvaise conduite.

     INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

     INTERDIT SUR TWITTER: OUI

RT

@RT_com

has purged over 800 pages for ‘inauthentic behavior’. Some were alt-media outlets with millions of followers. One of those purged is RT America’s @RachBlevins https://on.rt.com/9gb4 

Facebook pulls alt-media pages, dismisses as spam ahead of 2018 elections — RT US News

Facebook is again being called out for purging political accounts too far left and right of center, after it removed more than 800 pages just in time for the 2018 midterm elections. Some had millions…

rt.com

PAGE: Filming Cops (Filmer les flics)

NOMBRE D’AIMES: 1.5mn

À PROPOS: Commencé en 2010, le service de blogs a pour devise «Déclarer la guerre à la brutalité policière». Il documente depuis lors les abus de la police. Il insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas de diaboliser des officiers, mais d’essayer de rendre compte de «la brutalité policière monopolisée par l’État», qui, selon elle, est ignorée par les médias traditionnels.

    INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

    INTERDIT SUR TWITTER: OUI

PAGE: Nation In Distress (Nation en détresse)

NOMBRE D’AIMES: 3.2mn

À PROPOS DE: La page du groupe sur Facebook et les informations à ce sujet sont bloquées. Il aurait publié des images et des mèmes louant Donald Trump et attaquant des démocrates. La page aurait également prétendu être la première publication en ligne à avoir approuvé Trump.

    INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

    INTERDIT SUR TWITTER: NON

PAGE: Cop Block

NOMBRE D’AIMES: 1.7mn

À PROPOS: Un projet de responsabilité de la police lancé par le libertaire Pete Eyre et le blogueur Ademo Freeman en 2010. Les activistes du groupe insistent sur le fait que les badges de la police ne confèrent pas de droits supplémentaires et tentent d’attirer l’attention sur les brutalités policières aux États-Unis d’Amérique.

    INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

    INTERDIT SUR TWITTER: NON

Les découpes de carton de Mark Zuckerberg devant le Capitole des États-Unis d’Amérique à Washington © AFP / Saul Loeb

PAGE: Policing the Police (Maintien de l’ordre de la police)

     NOMBRE D’AIMES: 54K

     À PROPOS DE: une autre page sur la responsabilité de la police qui était active uniquement sur Facebook

     INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

     INTERDIT SUR TWITTER: AUCUN COMPTE TROUVÉ

PAGE: Cop Logic

     NOMBRE D’AIMES: 129K

     À PROPOS: Le projet prétend mettre en lumière et documenter «les singeries absurdes et imprévisibles des policiers» à travers le monde.

     INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

     INTERDIT SUR TWITTER: NON

PAGE: Faites pression pour la vérité

NOMBRE DE SUIVEURS: 340K

À PROPOS DE: Un média indépendant qui prétend produire un contenu rarement couvert par les médias grand public. Notamment, un jour avant son interdiction, le journaliste d’investigation du projet, Dan Dicks, avait publié un article qui comparait Google Hub et Facebook Portal à la dystopie de George Orwell en 1984.

     INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

     INTERDIT SUR TWITTER: NON

Dan Dicks @DanDicksPFT

I’m not American and I didn’t break the rules…350k followers gone in the blink of an eye! This isn’t about coordinating or spamming or even stopping “fake news”…it’s about the msm wiping out their competition while the oligarchy maintains the status quo. This is political

The Wall Street Journal

@WSJ

Facebook has taken down 559 pages and 251 accounts–virtually all of them American–because they “have consistently broken our rules against spam and coordinated inauthentic behavior. » https://on.wsj.com/2PvCTMj 

PAGE: Rachel Blevins

NOMBRE DE SUIVANTS: 69K

À PROPOS: Rachel Blevins (RT), correspondante de RT America, s’est étonnamment retrouvée parmi les victimes de la purge du «comportement inauthentique». Elle dit que Facebook a supprimé sa page et l’a marquée comme « spam » à cause de messages prétendument « trompeurs ».

     INTERDIT SUR FACEBOOK: OUI

     INTERDIT SUR TWITTER: NON

Rachel Blevins @RachBlevins

A few words on the Facebook purge… My page had nearly 70,000 followers before it was taken down and marked as « spam » because of posts that were allegedly « misleading users, » according to Facebook’s vague statement.

Watch the full video here: https://youtu.be/C3V4_PIeZ4A 

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

La vérité des faits est désormais cachée à la plus grande masse des populations mondiales

Facebook elimina cientos de cuentas con contenido político de cara a las elecciones en EE.UU.

1 Comment on L’entité désormais politisée et contrôlée Facebook poursuit son travail de censure de masse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :