A la Une

Ramaphosa s’engage à accélérer le retour des terres aux Sud-Africains noirs

© AFP / Rajesh Jantila

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a promis d’accélérer la controverse sur la réforme agraire proposée par le Congrès national africain (ANC) au pouvoir plus tôt cette année.

«Nous faisons l’histoire et célébrons le retour de votre terre aujourd’hui. Nous remédions à l’injustice historique et rendons les terres à leurs propriétaires légitimes », a déclaré le président lors de la passation de 4 586 hectares de terres à la communauté de KwaMkhwanazi à Empangeni, dans le nord-est du KwaZulu-Natal.

Ramaphosa a admis que son gouvernement avait été trop lent dans le processus de restitution et de redistribution des terres agricoles, soulignant que la terre était un pilier essentiel de l’émancipation économique et de la liberté.

«Nous commençons un programme de distribution de masse de terrains roulants dans notre pays. Nous allons rendre les terres d’une manière massive. Cette terre Mkhwanazi est la première‚» a déclaré le président. «Aujourd’hui, nous entrons dans l’histoire en célébrant le retour de la terre à notre peuple dans cette région.»

La communauté KwaMkhwanazi avait été expulsée des terres qu’elle possédait auparavant en plusieurs étapes: la première, peu de temps après la Première Guerre mondiale, puis dans les années 1940, lorsque les opérations commerciales de production de canne à sucre et de bois d’œuvre ont été étendues.

La réforme agraire est devenue une question brûlante tant au niveau national qu’international depuis que le gouvernement sud-africain a annoncé son intention de modifier la constitution, permettant l’expropriation de terres sans compensation. La nouvelle loi permettrait de prendre des terres à des agriculteurs de la minorité blanche et de les redistribuer à la majorité noire sans terres.

La politique viserait à éliminer une inégalité significative dans la propriété foncière en Afrique du Sud. La réforme a suscité un intense débat international ainsi que de nombreux reportages dans les médias faisant état de violences présumées contre des agriculteurs blancs, notamment de meurtres. Cette démarche a également suscité de vives inquiétudes quant au déclin de la production alimentaire et aux investissements internationaux dans l’économie. Cependant, le gouvernement affirme que la réforme agraire est absolument légale et ne menacera pas la stabilité de l’Afrique du Sud.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section Business de RT et  Économie de MIRASTNEWS

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :