A la Une

La politique du dollar de Washington et sa nouvelle position mondiale

Les traders travaillent sur le sol de la New York Stock Exchange (bourse de New York) à New York, le 25 mars 2015.

Récemment, Bloomberg Businessweek a publié un article de Peter Coy intitulé « La tyrannie du dollar des Etats-Unis d’Amérique ». L’article contenait des arguments que j’ai souvent cités dans cette colonne. Au fur et à mesure que les États-Unis d’Amérique utilisent le dollar comme arme, ils perdent progressivement le statut de monnaie de réserve. Par exemple, la Chine, qui est ciblée par les Etats-Unis d’Amérique au moyen de tarifs douaniers, détient près de 1 200 milliards de dollars d’obligations du Trésor des Etats-Unis d’Amérique. Le Japon en détient un peu plus que cela. Il ne fait aucun doute que le principal objectif de tout investissement est de générer des bénéfices. La réponse à la question: « Quel est le rendement généré par des avoirs aussi importants en obligations? » est assez surprenante. Comme les intérêts sur ces obligations sont très bas, les pays ne récoltent aucun rendement en termes réels. Ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi. Le dollar étant la monnaie de réserve, l’objectif est d’éviter les problèmes de paiement des importations. D’autre part, le système est blindé afin de le protéger en cas de vulnérabilité économique.

Par conséquent, l’article dans Bloomberg Businessweek affirmait que ce système était intenable à moyen et long terme. Mais pourquoi le monde pose-t-il des questions qu’il n’a jamais posées? Pourquoi les États-Unis d’Amérique ont-ils commencé à être de plus en plus interrogés alors qu’ils sont toujours la plus grande puissance militaire et économique au monde?

Pour commencer, il faut se méfier de ce présage à la mode sur «l’effondrement des États-Unis d’Amérique». Les États-Unis d’Amérique ne vont pas s’effondrer. Son effondrement ne sera pas non plus bon pour le monde. Les États-Unis d’Amérique bénéficient de nombreux avantages. Le célèbre homme d’État prussien Otto von Bismarck a souligné ces avantages avec sa remarque suivante: « Dieu a une providence particulière pour les imbéciles, les ivrognes et les Etats-Unis d’Amérique d’Amérique ». Aucun autre pays au monde n’a autant d’avantages géographiques en même temps que les États-Unis d’Amérique.

Pourtant, cela ne signifie pas que les Etats-Unis d’Amérique n’ont aucun problème. Ni l’Union européenne ni la Russie ne constituent une menace principale ni un rival pour les États-Unis d’Amérique. Toutefois, cela ne change rien au fait que Washington suit chaque mouvement de la Russie avec le plus grand soin. De toute évidence, la Russie a été en mesure de freiner dans une certaine mesure l’expansion de l’OTAN vers ses frontières en contrecarrant les initiatives occidentales en Ukraine, en annexant la Crimée et en attaquant la Géorgie en 2008. Les Etats-Unis d’Amérique ont réagi à cela en déployant des forces et en établissant des bases militaires aux frontières occidentales de la Russie. Quoi qu’il en soit, la Russie n’est pas la principale menace pour les États-Unis d’Amérique. En effet, l’échec de la tentative du président des Etats-Unis dr’Amérique Donald Trump de se rapprocher de la Russie impliquait que le jeu n’est pas centré sur la Russie.

Par ailleurs, les Etats-Unis d’Amérique devraient bientôt passer de l’autosuffisance énergétique à l’exportateur d’énergie. Et cela, à son tour, peut avoir un effet direct sur la politique des Etats-Unis d’Amérique à l’égard du Moyen-Orient et même sur ses relations avec Israël. Ils vont sûrement continuer à s’intéresser au Moyen-Orient et à la Méditerranée. Mais ni la Russie ni le Moyen-Orient ne seront les régions auxquelles les États-Unis d’Amérique consacreront leur énergie principale.

En bref, le principal défi pour les Etats-Unis d’Ampérique est la Chine. La Chine devrait dépasser les États-Unis d’Amérique d’ici 30 ans et devenir la nouvelle superpuissance. Bientôt, 60% du commerce et de la consommation mondiaux auront lieu en Asie. De nombreux autres indicateurs montrent également que les pays émergents, avec la Chine en premier, obtiendront une plus grande part du gâteau économique mondial. C’est la question prioritaire pour les États-Unis d’Amérique.

Strictement parlant, dans quelle mesure l’essor économique de la Chine en fera-t-il une superpuissance ouverte au débat, car être une superpuissance signifie également être un modèle attrayant en termes de démocratie [même les USA ne sont vraiment pas un modèle de démocratie au regard de leurs réels agissements: coups d’Etat multiples dans le monde, guerres à répétition sans justification légale, soutien à des régimes dictatoriaux, démocratie biaisée en interne, manipulation de l’information, censure en prenant le contr^ole des géants de l’Internet et des réseaux sociaux, sanctions politiques injustes, non respect de la législation internationale ou des traités s’y afférant…. (MIRASTNEWS)], de culture et de modes de vie. Une certaine approche idéologique doit aussi l’accompagner. Pour le moment, la Chine ne semble pas avoir une telle revendication ; ou elle préfère ne pas l’afficher au moins pour le moment. D’autre part, l’aspect « consentement » de l’hégémonie devrait inclure une revendication de démocratie, avec l’hégémon jouant un rôle positif dans les problèmes mondiaux et servant en quelque sorte de locataire clé de la démocratie pour toutes les nations. Pour le moment, la Chine est loin de répondre à ces attentes.

Façonner la nouvelle position

Pour les mêmes raisons, cependant, on a commencé à s’interroger sur la mesure dans laquelle les États-Unis d’Amérique sont à la hauteur du rôle d’une superpuissance. À partir des années 1990, les États-Unis d’Amérique ont commencé à subir un grave changement d’axe pour deux raisons. Premièrement, après l’effondrement de l’Union soviétique et la fin de la guerre froide, les États-Unis d’Amérique se sont considérés incomparables et pensent que les organisations internationales créées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale limitent leur marge de manœuvre. Ils veulent agir plus librement, ressentant un moindre besoin d’alliances après la disparition de la menace soviétique. En ce sens, la politique étrangère des Etats-Unis d’Amérique a radicalement changé.

Deuxièmement, comme mentionné ci-dessus, les États-Unis d’Amérique ressentent la vulnérabilité économique. Sa part du commerce mondial a progressivement diminué. Les Etats-Unis d’Amérique essaient d’inverser cette tendance en s’appuyant trop sur le pouvoir du dollar. Beaucoup de paradoxes ont émergé à ce stade. Ce type de coercition dépasse de loin l’aspect « consentement » de l’hégémonie, déclenche la quête d’un nouveau système financier et responsabilise l’Union européenne, la Chine, la Russie et les autres.

Menaces sur le dollar

Un autre paradoxe apparaît lorsque Trump utilise le dollar comme une arme visant à éliminer le déficit commercial. Comme indiqué dans l’article de Coy, les États-Unis d’Amérique doivent enregistrer un déficit commercial pour pouvoir fournir des dollars au reste du monde. Autrement dit, les autres pays doivent dégager un excédent commercial avec les États-Unis d’Amérique pour financer leur dette. Mais comme dans le cas de la Chine et pour les raisons que j’ai résumées ci-dessus, les pays cachent les dollars qu’ils gagnent des exportations dans leurs comptes de réserve au lieu de les investir aux Etats-Unis d’Amérique. Le déficit commercial qui en résulte affaiblit le dollar au fil du temps, ce qui est appelé le dilemme de Triffin.

Trump pense pouvoir échapper à ce dilemme par le biais de la force dure, des menaces, des embargos, des sanctions et des tarifs douaniers. Et on appelle ça « se tirer une balle dans le pied ». Le choix de Trump rend ce paradoxe plus visible et intolérable, et encore moins le diminue. Le système financier basé sur le dollar qui fonctionne en faveur des États-Unis d’Amérique a joué un rôle d’équilibre jusqu’à récemment. Les Etats-Unis d’Amérique utilisent un billet de 100 dollars, qu’ils impriment au coût de 3 cents, pour acheter des biens réels produits en dépensant de l’argent. Et des pays comme la Chine ont maintenu une croissance stable tout en préservant une partie de leur argent du surplus commercial sur le marché des Etats-Unis d’Amérique et en conservant une partie de leurs réserves. Les États-Unis d’Amérique modifient ce système à présent et veulent que tout l’argent et tous les investissements retournent chez eux. Sans aucun doute, ce qui encourage les États-Unis d’Amérique à le faire, c’est la force de leur armée et le dollar en tant que monnaie de réserve.

Bien sûr, cette méthode peut fonctionner avec les Saoudiens dans une certaine mesure. Trump rappelle fréquemment au roi saoudien Salman ben Abdel Aziz Al Saud Salman, à sa manière, pourquoi il en est ainsi, en ignorant l’étiquette. Mais s’agissant de la Chine, de l’UE et de pays comme la Turquie, les Etats-Unis d’Amérique ne trouvent pas un consortium soumis mais plutôt dynamique qui se lance même dans une nouvelle quête. Nous voyons des signes de cela très souvent.

Mais le plus important, c’est que les Etats-Unis commencent à être considérés comme un pays imprévisible et peu fiable qui modifie les règles pendant le match. Le monde a besoin d’un ordre fondé sur des règles qui intègre la justice, la paix et une formule gagnant-gagnant. C’est un problème grave. Même si nous ne trouvons pas les institutions existantes suffisamment démocratiques et demandons une réforme, les États-Unis d’Amérique y voient même un obstacle. Ce chemin ne mènera pas le monde à une bonne place.

MARKAR ESAYAN

Traduction : MIRASTNEWS

Source : DAILY SABBAH

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :