A la Une

La chute de Londongrad? Les temps changent pour les super-riches de Russie

Tempête quotidienne

Auteur: Forbes

Beaucoup d’entre eux se sont installés à Londres pour y investir et, dans certains cas, y résider.

Des ruines du communisme russe, quelques-uns des vainqueurs du nouveau capitalisme russe sont venus vers l’ouest. Après avoir gagné leur vie dans le climat commercial chaotique et parfois dangereux qui a suivi la chute de l’Union soviétique, les nouveaux riches russes ont commencé à chercher au-delà des frontières de leur pays des endroits où acheter et sauvegarder leurs nouvelles richesses.

Beaucoup d’entre eux se sont installés à Londres pour y investir et, dans certains cas, y résider. C’était une bonne affaire pour les agents immobiliers haut de gamme. Les écoles privées britanniques ont collecté des millions de dollars de frais de scolarité dont les parents désiraient que leurs enfants bénéficient de l’éducation la plus exclusive. Les boutiques les plus chères de Londres étaient heureuses de satisfaire une soif de luxe acquise durant l’enfance sous le communisme.

Sujet connexe: le FBI a essayé de recruter l’oligarque russe Deripaska, – NYT

Bien entendu, toutes les richesses n’ont pas été légalement acquises. La Russie dans ses années post-soviétiques immédiates n’était tout simplement pas ce genre de climat des affaires. Au début des années 90, un contributeur britannique de langue russe et connu avait raconté comment il avait aidé un « homme d’affaires » russe (le mot « homme d’affaires », ses lettres modifiées pour correspondre à la langue, était désormais compris en russe) à regarder dans l’immobilier à Londres. Les honoraires des agents ont été réglés à partir d’une valise remplie d’espèces.

Pour les riches Russes désireux de laisser certains aspects de leur passé, Londres pouvait également les aider. Un système juridique de confiance signifiait que certains litiges commerciaux ayant leurs origines de l’autre côté de l’ancien rideau de fer avaient été portés devant les tribunaux britanniques. Des professionnels des relations publiques hautement qualifiés étaient disponibles pour réparer et améliorer la réputation. En tout état de cause, les lois locales sur la diffamation signifiaient que certaines allégations peu pratiques ne figureraient jamais dans la presse.

Sujet connexe: l’Ukraine est-elle prête à imposer des sanctions aux oligarques russes?

Avec la hausse des prix de l’énergie dans les années 2000, les super-riches de Russie se sont encore enrichis. L’argent a continué à affluer dans la capitale britannique. Cette couche de la société est connue sous le nom de «Londongrad». Le livre du même nom de Mark Hollingsworth et Stewart Lansley relatait les excès des expatriés post-soviétiques.

Maintenant, les temps changent. Lorsque les premiers oligarques se sont déplacés vers l’ouest dans les années 1990 et au début des années 2000, ils ont été accueillis par une Grande-Bretagne ouverte non seulement aux nantis fortunés, mais également au fait de l’amélioration de ses relations commerciales et diplomatiques avec son ancien ennemi de la guerre froide. Plus maintenant.

Sujet connexe: Les Etats-Unis d’Amérique imposent des sanctions aux oligarques russes proches de Poutine

L’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, ainsi que l’implication présumée de la Russie dans l’empoisonnement [pure supputation non prouvée par les britanniques. MIRASTNEWS] de l’ancien officier des services de renseignement russes, Sergei Skripal et de sa fille, Yulia, au début de cette année, ont plongé les relations russo-britanniques au plus bas.

Dans le même temps, les autorités britanniques ont introduit de nouvelles mesures – des «ordres de richesse inexpliqués» – visant à réprimer l’argent et les biens acquis illégalement [Une façon de s’emparer et confisquer malicieusement les richesses et ressources de ceux qu’ils ont encouragé sous l’ère Boris Eltsine à pomper et fuir à l’étranger avec les richesses et ressources de la Russie, afin que celles-ci ne retournent jamais à leur pays d’origine: la Fédération de Russie devrait les réclamer. MIRASTNEWS]. Celles-ci requièrent qu’une personne raisonnablement suspectée d’être impliquée ou liée à une personne impliquée dans le crime grave, d’expliquer la nature et l’étendue de leur intérêt pour un bien particulier, et d’expliquer de quelle manière les biens ont été obtenus. »

Lisez le texte original à Forbes.

Traduction : MIRASTNEWS

Source: 112 UA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :