A la Une

Le yuan chinois baisse davantage après le rapport sur la monnaie des Etats-Unis d’Amérique

Sur cette photo prise le 25 août 2010, un employé de banque compte des billets de 100 yuans chinois à Shanghai. (Photo AP / Eugene Hoshiko)

PEKIN (AP) – Le yuan, politiquement sensible, a chuté à un plus bas de 22 mois face au dollar jeudi, après que le Trésor des Etats-Unis d’Amérique eut refusé de qualifier Pékin de manipulateur de la monnaie dans le contexte d’une bataille tarifaire grandissante.

Le yuan, étroitement surveillé, est tombé à 6,9411 yuans pour un dollar au milieu de la matinée, ce qui le rapproche le plus de la cassure du niveau symbolique de sept points du billet vert depuis décembre 2016. Il s’est légèrement redressé dans l’après-midi.

Le yuan, également appelé renminbi, ou «argent du peuple», a diminué de près de 10% par rapport au dollar depuis avril, lorsque la croissance économique chinoise s’est ralentie et que les taux d’intérêt des Etats-Unis d’Amérique et chinois ont évolué dans des directions opposées.

Cela aide les exportateurs chinois à faire face aux droits de douane pouvant atteindre 25% imposés par le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump dans le conflit sur la politique technologique de Pékin. Mais cela augmente le risque d’enflammer les plaintes des Etats-Unis d’Amérique concernant la tactique commerciale de Pékin.

Les responsables chinois ont promis d’éviter une « dévaluation compétitive » afin de stimuler les exportations. Le gouverneur de la Banque centrale, Yi Gang, a répété sa promesse le week-end dernier lors d’une conférence sur les finances en Indonésie. Mais ils n’ont pas précisé jusqu’où le yuan pourrait être autorisé à chuter en réponse aux forces du marché.

Mercredi, le rapport semestriel du Trésor des Etats-Unis d’Amérique sur la politique monétaire a déclaré que la Chine ne remplissait pas les critères pour être qualifiée de manipulateur monétaire, un statut susceptible de donner lieu à des sanctions. Mais il a ajouté que Pékin, avec le Japon et l’Allemagne, figurait sur une liste de gouvernements dont les politiques monétaires seraient étroitement surveillées.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a salué le rapport et déclaré qu’il reflétait « le bon sens et le consensus de la communauté internationale ».

« Nous espérons que les Etats-Unis respecteront la loi du marché et les faits essentiels et s’abstiendront de politiser la question de la monnaie », a déclaré un porte-parole du ministère, Lu Kang.

La dépréciation du yuan est « raisonnable et explicable », a déclaré Zuo Xiaolei, ancien économiste en chef de Galaxy Securities à Pékin. Zuo a noté que d’autres monnaies de pays en développement ont chuté de 20% ou plus dans le même temps.

« Si le renminbi s’était apprécié au lieu de se déprécier cette année, alors la Chine serait certainement un manipulateur de la monnaie », a déclaré Zuo.

Bien que cela aide les exportateurs, un yuan plus faible pourrait également encourager une sortie de capitaux de la deuxième économie mondiale. Cela augmenterait les coûts d’emprunt à un moment où les dirigeants communistes tentent de soutenir la croissance ralentie.

La Banque centrale tente de rendre son mécanisme de change plus efficace en renforçant le rôle des forces du marché.

La Banque populaire de Chine fixe le taux de change chaque matin et lui permet de fluctuer de 2% par rapport au dollar au cours de la journée dans des échanges étroitement contrôlés. La banque peut intervenir pour acheter ou vendre des devises – ou ordonner aux banques chinoises de le faire – afin de freiner les fluctuations des prix.

La plupart des analystes s’attendent à ce que la Banque centrale empêche le yuan de franchir la ligne sensible de sept pour un dollar politiquement sensible.

Le laisser tomber trop loin « risquerait que Trump considère la Chine comme un manipulateur de monnaie », a déclaré Diana Choyleva, de Enodo Economics, dans un rapport.

Mais certains disent que la Banque centrale, persuadée de pouvoir contrôler tous les effets secondaires, pourrait permettre au marché de baisser progressivement le yuan.

Le « calcul de la politique de taux de change de Pékin devrait changer » si Trump et son homologue chinois, Xi Jinping, ne réalisent aucun progrès lors d’une éventuelle réunion lors du sommet des 20 principales économies du groupe du mois de novembre, ont déclaré Julian Evans-Pritchard et Mark Williams de Capital Economics dans un rapport.

La Banque centrale a tenté, en août, de décourager la spéculation en imposant aux commerçants l’obligation de déposer des dépôts pour les contrats d’achat ou de vente de yuans. Cela permet aux échanges de continuer, mais augmente les coûts.

Pékin a imposé des contrôles similaires en octobre 2015 après qu’un changement dans le mécanisme de change ait incité les marchés à parier que le yuan baisserait. La monnaie s’est temporairement stabilisée mais a chuté l’année suivante.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Mainichi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :