A la Une

Exxon mise sur l’Afrique pour sa prochaine grande découverte

Exxon mise énormément sur l’Afrique pour sa prochaine grande découverte, a déclaré le directeur de l’exploration du super-major, Stephen Greenlee, à Bloomberg. En fait, a déclaré Greenlee, Exxon espérait découvrir un milliard de barils ou plus en Afrique: c’est ce que l’industrie appelle un éléphant, selon Kevin Crowley de Bloomberg.

La Commission géologique des Etats-Unis d’Amérique a estimé qu’il y a deux ans, il y avait au moins 41 milliards de barils de pétrole brut inexploités en Afrique subsaharienne seulement. Exxon se concentre sur l’Afrique occidentale et australe dans ses travaux d’exploration et a accumulé des participations dans la prospection pétrolière et gazière au Ghana, en Mauritanie, en Namibie et en Afrique du Sud.

Au Ghana, Exxon a tenté d’acheter la participation de Kosmos Energy dans le gisement offshore géant Jubilee en 2009, mais l’accord a été bloqué par les autorités ghanéennes. L’année dernière, la super-major a acheté directement des droits d’exploration du gouvernement ghanéen pour un bloc adjacent, et il était prévu de commencer à travailler dessus cette année.

En Namibie, elle a acquis une participation de 30% dans une licence d’exploration offshore. Bien qu’aucun pétrole n’ait encore été découvert en Namibie, il existe une théorie selon laquelle ses bassins offshore pourraient avoir les mêmes caractéristiques que les brésiliens Campos et Santos. Le Brésil et la Namibie faisaient partie d’un tout il y a quelques milliards d’années.

Exxon achète également des données sismiques. «Nous acquérons de grandes quantités de données sismiques avec l’idée qu’à l’avenir, un ou deux d’entre elles deviendront la prochaine Guyane», a déclaré Greenlee. « Ce sont des zones de grandes superficies et ce sont, selon nous, des opportunités prometteuses pour les systèmes d’hydrocarbures. »

Peut-être que la découverte en Guyane – un éléphant contenant environ 4 milliards de barils de brut – a suscité l’espoir d’en trouver un autre dans des régions du monde moins explorées et pourtant proches de sites de production établis tels que le Nigeria et l’Angola.

 Irina Slav

Irina Slav est rédactrice pour le cabinet de conseil Divergente LLC, basé aux États-Unis d’Amérique, qui compte plus de dix ans d’expérience dans la rédaction de rapports sur l’industrie pétrolière et gazière.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Oilprice.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :