A la Une

Pour Moscou, le retrait des Etats-Unis d’Amérique du traité sur les armes nucléaires pourrait mener au «chaos»

© RIA Novosti / Sputnik Source: Sputnik
Un missile de moyenne portée SS-20 de fabrication soviétique.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a jugé dangereux le retrait américain du traité nucléaire INF, signé avec la Russie en 1987. Il a souligné son importance pour la sécurité internationale.

Le retrait américain, annoncé le 20 octobre par le président Donald Trump, du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF), signé avec la Russie en 1987 pendant la guerre froide est un «pas dangereux», selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

«Cela serait un pas très dangereux qui, j’en suis sûr, ne sera pas compris par la communauté internationale et va même attirer de sérieuses condamnations», a déclaré Sergueï Riabkov le 21 octobre, cité par l’agence publique russe TASS. Il a en outre rappelé que ce traité était «significatif pour la sécurité internationale et la sécurité nucléaire, pour le maintien de la stabilité stratégique».

Le sénateur Konstantin Kossatchev, président du comité des Affaires étrangères du Conseil de la fédération de Russie, la chambre haute du Parlement russe, a pour sa part jugé que la décision pouvait être considérée comme s’inscrivant dans une méthode de «chantage continu» de la part de Washington. Le sénateur s’est inquiété qu’une telle attitude ne mène l’humanité au «chaos complet en termes d’armes nucléaires».

«En cas de sortie des Etats-Unis [du traité INF], tout le système de stabilité stratégique dans le monde sera attaqué de plein fouet. Le premier coup dur a été le retrait des Etats-Unis du Traité ABM en 2001», a rappelé sur son compte Twitter le sénateur russe Alexeï Pouchkov. Le traité ABM (en anglais Anti-Ballistic Missile) avait été signé à Moscou le 26 mai 1972 dans le cadre des négociations sur la limitation des armes stratégiques. Les Etats-Unis ont annoncé leur retrait officiel de cet accord le 13 décembre 2001 et en sont sortis effectivement le 13 juin 2002.

Алексей Пушков

@Alexey_Pushkov

Трамп объявил о выходе США из договора 1987 о ядерных ракетах малой и средней дальности. В случае выхода будет нанесён 2-й мощный удар по всей системе стратегической стабильности в мире. 1-м ударом был выход США из Договора о ПРО в 2001. И опять инициатор разрыва договора – США.

«[Si les Etats-Unis continuent à agir] de façon maladroite et grossière et à se retirer unilatéralement de traités internationaux, alors nous n’aurons pas d’autre choix que de prendre des mesures de rétorsion, y compris concernant la technologie militaire», a encore déclaré Sergueï Riabkov, précisant que la Russie ne souhaitait pas en arriver là.

Comme justification de son annonce, Donald Trump a accusé la Russie de ne pas respecter l’INF. L’administration américaine se plaint du déploiement par Moscou du système de missiles 9M729, dont la portée, selon Washington, dépasse les 500 km, ce qui constituerait une violation du traité INF. Ce traité, en abolissant l’usage de toute une série de missiles d’une portée variant de 500 à 5 500 km, avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement en Europe de l’Est des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires ciblant les capitales occidentales.

Sergueï Riabkov a rejeté ces accusations. «Non seulement nous ne violons pas le traité mais nous le respectons de la façon la plus stricte», a-t-il insisté. Retournant les accusations de Washington, il a ajouté : «Nous avons fait preuve de patience au fil des années face à de flagrantes violations du traité par les Etats-Unis eux-mêmes.»

Bolton attendu à Moscou

Le conseiller de la Maison blanche à la Sécurité nationale, John Bolton, est attendu ce 21 octobre à Moscou. «Nous espérons qu’il va nous expliquer de façon plus substantielle et claire, au cours de nos rencontres […] quelles actions les Etats-Unis comptent entreprendre», a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères. Mais selon le Guardian, c’est John Bolton lui-même qui aurait fait pression sur le président américain pour un retrait du traité INF. C’est également lui qui bloquerait toute négociation pour une extension du Traité sur la réduction des armes stratégiques, communément appelé le New START (pour Strategic Arms Reduction Treaty), qui arrive à expiration en 2021 et que Moscou souhaite prolonger.

En outre, ce que Washington ne met pas en avant, c’est que ce retrait américain de l’INF pourrait également avoir été décidé avec Pékin en ligne de mire. Ainsi, selon plusieurs observateurs, la Chine, qui n’a pas signé ce traité, peut développer sans contraintes des armes nucléaires de portée intermédiaire, ce qui n’a pas l’heur de plaire aux Américains.

Le président russe Vladimir Poutine avait prévenu en octobre 2017 que tout retrait de Washington de l’accord provoquerait une mesure équivalente de la part de Moscou. Le 11 novembre, Donald Trump et Vladimir Poutine se retrouveront à Paris pour les célébrations du 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

Lire aussi : «Nous irons au paradis en martyrs» : les phrases choc de Poutine au Club Valdaï

Source: RT France

EN SAVOIR PLUS : Géoéconomie et géostratégie de l’énergie : chaos et enjeux réels

Les Etats-Unis d’Amérique quittant l’INF mettront la non-prolifération nucléaire en péril et pourraient entraîner un « chaos total » – Moscou

Lanceur de missiles Pershing IA et missile RSD-10 Pioneer (SS-20). © Wikimedia Commons / RIA Novosti / Sputnik

Si les Etats-Unis d’Amérique abandonnent le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), ils pourraient effondrer tout le système de non-prolifération nucléaire et rapprocher encore plus la guerre nucléaire, préviennent les responsables russes.

En mettant fin à l’INF, Washington risque de créer un effet domino qui pourrait mettre en péril d’autres accords historiques comme le Traité de réduction des armes stratégiques (START) et effondrer le mécanisme de non-prolifération tel que nous le connaissons, a déclaré dimanche le haut législateur Konstantin Kosachev.

L’actuelle version du traité START, qui limite le déploiement de tous les types d’armes nucléaires, devrait expirer en 2021. Kosachev, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre haute du Parlement, a averti qu’un tel résultat opposerait l’humanité à ‘un chaos total’ en termes d’armes nucléaires.

« Maintenant, les alliés occidentaux des États-Unis d’Amérique sont confrontés à un choix: s’embarquer dans le même chemin, conduisant éventuellement à une nouvelle guerre, ou se ranger au bon sens, du moins pour préserver leur instinct de conservation. »

Ses remarques ont eu lieu après que le président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, eut annoncé son intention de « mettre fin à l’INF », invoquant de prétendues violations de l’accord par la Russie.

RT

@RT_com

‘Giant leap backward to the Cold War era’? https://on.rt.com/9gxi 

Itch for ‘better INF deal’? Trump’s treaty ‘withdrawal symptom’ destabilizes global order — RT…

By scrapping the crucial Cold War era nuclear agreement Trump is destabilizing global security, even if his ultimate goal is to negotiate a ‘better deal’ and to include other parties like China,…

rt.com

Moscou a nié à plusieurs reprises avoir porté atteinte au traité, soulignant que Trump n’avait produit aucune preuve de violation. De plus, les autorités russes insistent sur le fait que le déploiement en Europe de systèmes de lancement universels basés au sol, les Mk 41 fabriqués en Europe, constitue en réalité une violation de l’accord, puisque les lanceurs sont capables de lancer des missiles de croisière de moyenne portée.

Leonid Slutsky, qui dirige la commission des affaires étrangères à la chambre basse du parlement, a déclaré que les propos de Trump s’apparentaient à placer « une énorme mine dans le processus de désarmement de la planète ».

Le traité INF a été signé en 1987 par le président de l’époque, Ronald Reagan, et le dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev. L’accord interdit effectivement aux parties d’avoir et de développer des missiles de courte et moyenne portée de tous types. Selon les dispositions, les États-Unis d’Amérique étaient obligés de détruire les systèmes de lanceurs Pershing I et II ainsi que les missiles de croisière au sol BGM-109G Gryphon. Pendant ce temps, Moscou s’est engagé à retirer de son arsenal nucléaire le SS-20 et plusieurs autres types de missiles.

Les missiles Pershing stationnés dans l’arsenal de l’armée des Etats-Unis d’Amérique. © Archives Hulton / Getty Images ©

En annulant l’accord historique, Washington tente de réaliser son « rêve d’un monde unipolaire », a déclaré une source du ministère russe des Affaires étrangères.

« Cette décision s’inscrit dans la politique des Etats-Unis d’Amérique consistant à abandonner les accords internationaux qui lui imposent des obligations égales, ainsi qu’à ses partenaires, et rendent le concept de ‘l’exceptionnalisme’ vulnérable. »

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a qualifié les menaces de Trump de « chantage » et a déclaré que Washington souhaitait démanteler l’INF car il considérait l’accord comme un « problème » sur la voie d’une « domination totale » dans le domaine militaire.

La question des traités sur les armes nucléaires est trop vitale pour que la sécurité nationale et mondiale puisse se précipiter dans des décisions « émotionnelles » prises à la hâte, a expliqué le responsable. La Russie s’attend à en savoir davantage sur les projets des États-Unis d’Amérique de la part du principal conseiller en matière de sécurité de Trump, John Bolton, qui doit tenir des pourparlers à Moscou demain.

Le président Trump a été ouvert à l’idée de retirer unilatéralement les Etats-Unis d’Amérique de divers accords internationaux s’il les juge préjudiciables aux intérêts nationaux. Plus tôt cette année, Washington s’est retiré du Plan d’action global commun (JCPOA) sur le programme nucléaire iranien. Tous les autres signataires de l’accord historique, y compris la Russie, la Chine et l’UE, ont décidé de s’en tenir à l’accord, tout en foudroyant Trump pour son départ.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

« Si les Etats-Unis d’Amérique continuent de sortir unilatéralement des traités, la Russie prendra des mesures, y compris militaires »

https://actualidad.rt.com/actualidad/292801-rusia-eeuu-salir-tratado-misiles/video/5bcc972908f3d94f1a8b4567

Washington veut sortir du Traité sur les missiles à moyenne et courte portée car « il empêche sa domination totale », a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov.

L’intention de Washington de se retirer du Traité sur les missiles à moyenne et courte portée (INF), signé en 1987 entre les États-Unis d’Amérique et l’URSS, c’est parce que cet accord « entrave sa domination totale », comme l’a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov.

La Russie « se conforme strictement » au traité et condamne les tentatives des Etats-Unis d’Amérique « faire des concessions par le chantage », en particulier sur la question de la sécurité internationale, a déclaré le vice-chancelier, suggérant que les accusations de Washington contre Moscou pourraient viser à dissimuler « leur propre violation de l’accord ».

« Si les Etats-Unis d’Amérique continuent à se retirer unilatéralement des traités, la Russie prendra des mesures de rétorsion, y compris des mesures militaires », a déclaré le diplomate.

Cependant, il a souligné que la réaction de Moscou à l’intention de Washington de se retirer du traité INF exige du temps et un examen des plans concrets des États-Unis d’Amérique, car de telles décisions ne doivent pas être prises « à la hâte », sur la base de « une impulsion émotionnelle ».

La Russie s’attend en particulier à ce que le conseiller à la sécurité de Trump, John Bolton, qui arrive à Moscou dimanche, explique les plans de Washington sur le traité « de manière plus claire et plus nette », a déclaré M. Riabkov.

« Une énorme mine en voie de désarmement sur la planète »

La déclaration du président des Etats-Unis d’Amérique sur le retrait du traité « place une énorme mine dans tout le processus de désarmement de la planète », a averti, entre-temps, le président de la commission des relations internationales de la Douma (Parlement), Leonid Slutski.

Selon le politicien, les accusations répétées de violation de l’accord lancé par Washington contre la Russie ne sont qu’un simple « écran de fumée pour justifier leurs propres actions visant à détruire ce traité ».

En outre, Slutski a souligné qu’aucune preuve n’avait été présentée concernant le prétendu manquement de la Russie à ses obligations, car « elles n’existent tout simplement pas ».

  • Le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a annoncé qu’il retirerait son pays du traité sur les missiles à courte et moyenne portée signé en 1987 avec Moscou, après avoir accusé la Russie de l’avoir violé.
  • Lors de la conférence de presse qui a suivi un rassemblement au Nevada, Trump a déclaré à la presse: « Nous allons mettre un terme à l’accord, puis nous développerons les armes », à moins que la Russie et la Chine n’acceptent un nouveau traité.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :