A la Une

Le chef de la direction d’Amazon et le directeur général de Supermicro exhortent Bloomberg à se rétracter sur la prétendue histoire d’espionnage

SAN FRANCISCO, 22 octobre – Andy Jassy, PDG du service Web d’Amazon, et Charles Liang, PDG de Supermicro, ont rejoint lundi le PDG d’Apple, Tim Cook, pour exhorter Bloomberg à revenir sur son histoire concernant de prétendues puces malveillantes plantées sur des cartes mères liées à Silicon Valley.

Jassy, responsable d’Amazon Web Services (AWS), a déclaré dans un tweet que l’histoire de Bloomberg ne fournissait aucune preuve de ce que l’on appelle les puces d’espionnage intégrées au matériel lors de sa fabrication en Chine.

Bloomberg Businessweek a publié un article plus tôt ce mois-ci, selon lequel environ 30 sociétés états-uniennes d’Amérique auraient été compromises après l’implantation de leurs serveurs sur des serveurs malveillants fabriqués en Chine, ce qui aurait créé « une porte dérobée furtive » sur leur réseau fonctionnant sur les serveurs.

Le rapport dit qu’Apple et Amazon faisaient partie des victimes.

Cependant, Cook a rejeté l’histoire de Bloomberg dans une récente interview avec BuzzFeed News, et a demandé au journal de retirer l’histoire non fondée.

« Il n’y a pas de vérité dans leur histoire à propos d’Apple », a déclaré Cook. « Ils ont besoin de faire la bonne chose et de se rétracter. »

Jassy a fait écho aux vues de Cook dans un tweet lundi.

« @tim_cook a raison. L’histoire de Bloomberg est également fausse à propos d’Amazon. Ils n’ont présenté aucune preuve, l’histoire a changé et n’a montré aucun intérêt pour nos réponses, à moins que nous puissions valider leurs théories. Des journalistes se sont fait prendre ou ont pris des libertés. Bloomberg devrait se rétracter, » a déclaré Jassy.

Supermicro, fabricant et fournisseur des cartes mères mentionnées par Bloomberg dans le rapport, s’est associé au chœur d’Apple et des autres sociétés impliquées pour rejeter d’emblée toutes les revendications de Bloomberg.

Le PDG de Supermicro, Liang, a déclaré dans un communiqué publié lundi sur les réseaux sociaux que sa société n’avait trouvé aucun composant matériel illicite dans ses produits, et Bloomberg n’avait pas non plus produit de carte mère Supermicro affectée.

Puces electroniques

« L’histoire récente de Bloomberg a créé une confusion et une inquiétude injustifiées pour nos clients et a causé des torts à nos clients et à nous-mêmes », a déclaré Liang.

« Bloomberg n’a produit aucune carte mère affectée, aucun composant matériel malveillant n’a été intégré dans nos produits, aucun organisme gouvernemental ne nous a contacté à propos de composants matériels malveillants et aucun client n’a signalé avoir découvert aucun composant matériel malveillant », a déclaré le PDG de Supermicro. .

Il a ajouté que Bloomberg devrait agir de manière responsable et retirer les allégations non étayées selon lesquelles des composants matériels malveillants ont été implantés sur les cartes mères Supermicro au cours du processus de fabrication en Chine.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : XINHUA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :