A la Une

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars ne convient-il à personne, Russie comprise?

© REUTERS / Sergei Karpukhin/File Photo

Le clan Sassou du Congo en Afrique centrale aux anges

Le conseiller en sécurité nationale de Trump, John Bolton, a déclaré que les sanctions énergétiques des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran seraient bénéfiques tant pour les États-Unis d’Amérique que pour la Russie, car ils sont tous deux des exportateurs de pétrole qui pourront tirer parti de la baisse des exportations iraniennes. S’exprimant devant Sputnik, des experts du marché de l’énergie ont expliqué pourquoi la Russie avait intérêt à la stabilité à long terme et non au profit à court terme.

Les contrats à terme sur le pétrole continuent de grimper, le brut Brent pouvant s’élever à 79,98 $ / b et le WTI à 69,26 $ / b lundi, et les analystes de marché évoquant de plus en plus le fait que le pétrole à 100 $ / b serait une « possibilité distincte« .

Au cours du week-end, les producteurs de l’OPEP et ceux qui ne font pas de cartel ont annoncé qu’ils étaient prêts à augmenter la production de pétrole pour compenser tout déficit éventuel attendu du fait des sanctions énergétiques imminentes imposées par les États-Unis d’Amérique contre l’Iran. pbd.

Cependant, les capacités saoudiennes et celles d’autres grands producteurs, dont la Russie, pourraient ne pas suffire à compenser le manque à gagner dû à la chute attendue des ventes de l’Iran à l’étranger.

Troisième producteur de pétrole de l’OPEP et cinquième au monde, l’Iran a produit en moyenne 3,87 millions de barils par jour en 2017, soit plus de 4% de la production mondiale totale. Les exportations iraniennes devant chuter de près de 1,5 million de barils par jour grâce aux restrictions imminentes imposées par les Etats-Unis d’Amérique, qui visent également toute entité étrangère faisant affaire avec Téhéran, les experts du marché mettent en garde contre de graves chocs sur le marché mondial.

La gravité de ces chocs fera l’objet d’un débat, Pékin poursuivant son commerce de pétrole avec la République islamique et l’Inde, autre grand acheteur, défendant également son partenariat énergétique avec Téhéran.

Cependant, d’autres pays, dont le Japon et la Corée du Sud, ont cédé à la pression des Etats-Unis d’Amérique, de même que de nombreux pays européens craignant la sanction secondaire des États-Unis d’Amérique. Ces craintes ont à leur tour conduit à la spéculation que les sanctions conduiraient à des manques à gagner, ce que les autres principaux fournisseurs ne pourront compenser.

S’adressant aux médias russes lundi, le ministre saoudien de l’Énergie a averti que Riyad ne pouvait pas garantir un marché du pétrole équilibré pour empêcher les prix du pétrole de dépasser les 100 $ / b. « En octobre, l’Arabie saoudite produit du pétrole à hauteur de 10,7 millions de barils par jour. Je peux dire que nous pouvons augmenter, si nécessaire, de 12 millions de barils par jour. Mais si 3 millions de barils par jour disparaissent, nous ne pourrons pas couvrir ce volume », a-t-il déclaré.

La Russie produit également à des niveaux presque record; La production pétrolière russe devrait osciller entre 11,4 et 11,6 millions de bpj jusqu’à fin 2018, ce qui soulève des questions quant à la possibilité d’une nouvelle augmentation.

Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, a averti lundi que ni la Russie ni l’Arabie saoudite n’étaient en mesure de compenser la perte d’approvisionnement iranien. « Comme je l’ai répété à maintes reprises, il n’y a pas de remplacement pour le pétrole iranien sur le marché. La production de l’Arabie saoudite et de la Russie est proche de son niveau le plus élevé de tous les temps et ils n’ont aucune capacité inutilisée pour en extraire davantage pour remplacer le pétrole iranien », a-t-il déclaré.

Gains à court terme, pertes à long terme

Alexei Mastepanov, directeur adjoint de l’Institut des questions pétrolières et gazières de l’Académie des sciences de Russie, a déclaré à Sputnik que les manipulations géopolitiques des Etats-Unis d’Amérique impliquant le pétrole iranien ne pouvaient apporter aucun bien.

« La politique agressive et imprévisible de Washington et ses tentatives pour tout saisir en même temps, au mépris de leurs partenaires et même de leurs propres intérêts à long terme, entraînent de telles fluctuations, mais elles ne sont objectivement bénéfiques pour personne, y compris la Russie », a expliqué Mastepanov.

D’un côté, a noté l’analyste, les prix élevés peuvent sembler une bonne chose pour le budget de la Russie, tous les profits pétroliers et gaziers supérieurs à 40,8 dollars des USA par baril allant directement aux réserves nationales. Mais il y a un inconvénient dont la Russie est bien consciente, a noté l’analyste.

« Les prix les plus élevés déstabilisent le marché, et gagner beaucoup d’argent pour le budget pour une période d’un ou deux mois sera accompagné de pertes dans les six mois qui suivent », a déclaré Mastepanov.

Pour la Russie et les autres exportateurs traditionnels, ce ne sont pas les sommets, mais le niveau auquel les prix peuvent se consolider à long terme. Le prix du pétrole à 100 dollars des USA / b n’est pas justifié par les conditions actuelles du marché et résulte des efforts de Washington pour perturber l’équilibre du marché pétrolier, a souligné l’analyste.

Sergei Khestanov, conseiller en macroéconomie auprès du directeur général d’Otkritiye, une société de courtage enregistrée à Chypre, a fait écho aux préoccupations de Mastepanov, affirmant que lorsque les distorsions sont suffisamment fortes, les consommateurs d’énergie commencent à chercher des solutions de remplacement aux sources traditionnelles.

« Plus le pétrole devient cher, plus le désir de le remplacer par une autre chose est fort. Cela pourrait être du schiste, du gaz, dans une certaine mesure, des véhicules électriques. Dans une certaine mesure, plus le prix du pétrole est élevé, plus les substituts deviennent pertinents. En conséquence, la demande diminuera, ce qui conduira éventuellement à une baisse des prix « , a déclaré Khestanov.

Malheureusement, a déclaré Mastepanov, « objectivement, il y a très peu de choses que la Russie peut faire pour influencer les processus de déstabilisation en cours. Mais il est important de les comprendre et de s’y préparer ».

[En République du Congo où la plus grande majorité de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, combien de barils de pétrole pourraient encore passer sous le nez du peuple et de l’État au profit du Clan Sassou, des multinationales, des agents et autres individus véreux complices et des paradis fiscaux, étant les seuls à profiter de la hausse des prix du pétrole ? Le Congo et son peuple dégagent leur responsabilité de ces dettes à caractère mafieuses qui profitent à des personnalités physiques ou morales privées.  – MIRASTNEWS]

Traduction et Titre 2 : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :