A la Une

Coup d’Etat judiciaire électoral – Le Brésil peut devenir une expérience fasciste au cœur de l’Amérique latine

Brasilia, 24 oct – La victoire finale du candidat à l’extrême droite, Jair Bolsonaro, au second tour des élections est aujourd’hui ressentie comme une véritable possibilité que le Brésil devienne une expérience fasciste au cœur de l’Amérique latine.

Les Brésiliens courent le risque sérieux d’élire dimanche prochain un gouvernement notoirement fasciste, pas seulement de l’extrême droite, comme aux Etats-Unis d’Amérique, en Italie, en Pologne et, éventuellement, en France et en Argentine, a noté le directeur du site de gauche Carta Maior, Joaquim Ernesto Palhares.

Il a souligné que ce qui se passait au Brésil ne pouvait pas être considéré comme un cas isolé, mais comme le préambule d’un profond changement de la politique latino-américaine et internationale, du fait que le néolibéralisme avait expulsé la démocratie.

Selon l’analyste, une victoire éventuelle de l’ancien capitaine de l’armée, Bolsonaro, placerait le pays sous l’empire d’une sorte de « politique de base », régie par les rites d’humiliation permanente de la hiérarchie militaire et d’obéissance aveugle au chef suprême.

Le manque de respect pour les institutions démocratiques est le modus operandi de cette « politique de base », qui vise à soumettre tout le monde: partis, parlementaires, dirigeants syndicaux, étudiants, mouvements sociaux et même le pouvoir judiciaire, transformant le Brésil en une expérience visant à répandre des gouvernements fascistes dans toute l’Amérique latine, a souligné l’expert.

Palhares a indiqué que ses conclusions résultaient des déclarations de Bolsonaro dimanche dernier, lorsqu’il avait promis d’éliminer les « bandits rouges » (à gauche), et que ses adversaires politiques seraient obligés de se soumettre à ses lois ou de quitter le pays, sinon ils seraient emprisonnés.

Le directeur de Carta Maior a vivement critiqué l’attitude du tribunal électoral supérieur (TSE), qui a ignoré les informations faisant état de financements illégaux par des hommes d’affaires en faveur de la campagne contre le Parti des travailleurs (PT), lancée par Bolsonaro et ses partisans sur les réseaux sociaux.

Une justice faible et démoralisée, incapable d’appliquer la loi et de garantir des conditions équitables dans la course électorale, a de nouveau manqué à son obligation constitutionnelle en permettant à des Brésiliens de croire au discours vide du fascisme, qui refuse de débattre et incite à la violence, a souligné Palhares.

Traduction et ajout au Titre 1 : MIRASTNEWS

Source : La Prensa Latina

1 Trackback / Pingback

  1. Les électeurs de Bolsonaro incendient le camp du MST à Mato Grosso do Sul – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :