A la Une

‘Inexplicables’: de mystérieux contrats informatiques avec la NSA pourraient externaliser la surveillance mondiale

© AP Photo / Patrick Semansky

Le travail a apparemment commencé sur plusieurs projets informatiques de plusieurs milliards de dollars sous-traités au cours de l’année écoulée par la US National Security Agency (NSA), bien que les détails de ces travaux soient rares.

Les trois contrats, appelés collectivement Greenway et d’une valeur de 6,7 milliards de dollars, ont été signés entre la NSA et le géant des télécommunications AT & T, poids lourd de l’industrie de la défense, General Dynamics et la société de cybersécurité ManTech International, au cours des 13 derniers mois.

« Comme on peut s’y attendre pour une agence dont l’existence même a été classée pendant des années et dont le budget le reste, la NSA reste très secrète sur le contenu de ces programmes et contrats », a déclaré mardi le développeur et technologue Web Chris Garaffa à Sputnik News.

Selon les documents expurgés consultés par NextGov, la NSA envisage de « faire évoluer techniquement » sa base informatique.

Le programme Greenway est une continuation du programme Groundbreaker, qui a effectivement sous-traité une grande partie des opérations informatiques de la NSA au secteur privé depuis 2001, dans le but de consacrer plus de ressources à sa « mission essentielle » consistant à fournir du « renseignement extérieur » et à protéger l’infrastructure de sécurité nationale, selon le directeur de l’époque, Michael Hayden.

« Surtout après le 11 septembre 2001, la NSA a de plus en plus recours à des entrepreneurs civils et à des partenariats pour faire face à l’énorme quantité d’informations qu’ils ont besoin de traiter », a déclaré Garaffa, citant l’exemple du dénonciateur Edward Snowden, qui « était en fait un entrepreneur travaillant pour Booz Allen Hamilton quand il a divulgué des informations sur les programmes de surveillance de l’agence. »

«La porte tournante de ce que nous pourrions appeler le complexe armée / renseignement / sécurité / industrie garantit efficacement ces contrats et augmente les profits des entreprises privées qui collectent, stockent et traitent des quantités inimaginables de données pour le compte de la NSA, sous pratiquement le contrôle du gouvernement sous le prétexte de ‘sécurité nationale’», a déclaré Garaffa. « La NSA, en tant que membre du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, a effectivement sous-traité certains aspects de son programme de surveillance mondial à des entreprises privées non responsables. »

Les contrats Groundbreaker ont été attribués à un groupe de sous-traitants appelé « Eagle Alliance », dirigé par la Computer Sciences Corporation, renommée CSRA Inc. CSRA a remporté le premier contrat Greenway en septembre 2017, intitulé « Global Enterprise Services », qui se concentre sur « des services à l’échelle mondiale et de nature plus virtuelle », selon une description opaque qui n’a été révélée que dans une décision expurgée du Government Accountability Office sur un différend contractuel. CSRA a été racheté par l’entrepreneur en défense General Dynamics en avril.

AT & T a obtenu un contrat intitulé « Regional Infrastructure Services I » en janvier, mais cela n’a été révélé que par un autre document du Government Accountability Office, qui a également été expurgé. Le contrat a pour mission de « faire fonctionner, maintenir et faire évoluer techniquement » l’informatique de la NSA. Le contrat accorde un maximum de 3,3 milliards de dollars sur une décennie.

« La NSA a également établi un partenariat avec AT & T pour exploiter directement les centres de communication d’au moins huit villes des États-Unis d’Amérique, qui gèrent non seulement le trafic Internet d’AT & T, mais servent également d’échanges pour de nombreux fournisseurs », a déclaré Garaffa.

Le contrat « Regional Infrastructure Services II » a été attribué à ManTech International pour une valeur allant jusqu’à 1 milliard de dollars sur 10 ans. Le contrat concerne « des services plus localisés, de nature physique et fournis dans des zones spécifiques du monde entier », selon des documents du Government Accountability Office.

« Je suis persuadé que la NSA utilisera ces contrats pour soutenir et étendre ses sites de collecte de données à travers le monde », a déclaré Garaffa. « En plus d’une poignée d’installations NSA basées aux États-Unis, l’agence dispose d’au moins une douzaine d’installations internationales, dont certaines sont connues pour être des stations d’écoute pour intercepter des communications de données et vocales. »

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :