A la Une

SWIFT incité par le Trésor des Etats-Unis d’Amérique à déconnecter le régime iranien

Selon des reportages, le secrétaire au Trésor des Etats-Unis d’Amérique, Steven Mnunchin, a déclaré: « Je peux vous assurer que notre objectif est de veiller à ce que les transactions sanctionnées ne se produisent pas, que ce soit par SWIFT ou par tout autre mécanisme. Notre objectif est de nous assurer que les sanctions sont appliquées. » La Société pour les télécommunications financières interbancaires mondiales (SWIFT) est un service mondial de messagerie financière qui connecte plus de 11 000 banques dans plus de 200 pays. Le Trésor des USA négocie actuellement avec le réseau SWIFT pour déconnecter l’Iran.

Les Etats-Unis d’Amérique veulent faire en sorte que les transactions sanctionnées avec Téhéran « ne se produisent pas » via SWIFT ou tout autre mécanisme, selon Mnunchin, qui a ajouté que le service de trésorerie devait également avoir la capacité d’autoriser certaines banques à traiter des transactions de financement humanitaire en Iran. Mnuchin a déclaré que son ministère identifierait les banques « le plus rapidement possible » pour traiter les transactions de financement humanitaire en Iran. «Nous voulons obtenir le bon résultat, qui consiste à couper les transactions», a expliqué Mnuchin.

Mike Pompeo, le secrétaire d’État des Etats-Unis d’Amérique, a annoncé que les prochaines sanctions des Etats-Unis d’Amérique modifieront la manière dont les autres pays coopèrent économiquement avec l’Iran. Cependant, il n’est pas clair si Washington punira ou non la gestion du système de paiement SWIFT si elle continue à travailler avec les banques iraniennes. Pompeo a déclaré: « Je ne connais pas la décision concernant SWIFT en particulier. Un certain nombre de décisions sont en attente avant la date limite du 4 novembre. »

Lundi, en réponse aux sanctions des Etats-Unis d’Amérique, la Mega International Commercial Bank de Taiwan envisage de mettre fin au mécanisme de compensation des paiements entre Taïwan et l’Iran, a rapporté Reuters.

Lors de sa visite en Iran, le sénateur français Philippe Bonnecarrere a déclaré que l’Europe souhaitait faire en sorte qu’au moins une banque iranienne reste connectée au monde après l’entrée en vigueur du prochain cycle de sanctions des Etats-Unis d’Amérique visant la République islamique. L’Europe veut « qu’au moins une banque iranienne reste connectée au système bancaire international par le biais de SWIFT pour entretenir des relations commerciales sur des biens ou des services ne faisant pas l’objet de sanctions », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse avec des homologues français et iraniennes dimanche. Il a déclaré que les efforts européens pour aider les Iraniens à continuer à bénéficier de l’accord nucléaire, malgré les sanctions des Etats-Unis d’Amérique, sont « difficiles, mais cela est possible ».

Le sénateur Bonnecarrere, qui dirige le groupe d’amitié franco-iranien à la Chambre haute du Parlement français, était en Iran avec six autres législateurs français.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : NCRI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :