A la Une

Poutine a déclaré que la Russie ciblera les pays accueillant les missiles des Etats-Unis d’Amérique

Le président russe Vladimir Poutine écoute le conseiller des Etats-Unis d’Amérique en matière de sécurité nationale John Bolton lors de leur rencontre au Kremlin à Moscou, le 23 octobre 2018, avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à gauche. (Photo AP / Alexander Zemlianichenko)

MOSCOU (AP) – Le président russe Vladimir Poutine a averti mercredi que si les Etats-Unis d’Amérique déployaient des missiles à portée intermédiaire en Europe, la Russie aura à cibler les nations qui les hébergeraient.

La déclaration sévère fait suite à l’annonce faite ce week-end par le président des États-Unis d’Amérique, Donald Trump, de son intention de se retirer d’un pacte de maîtrise des armements nucléaires de 1987 au sujet de violations présumées de la Russie.

Poutine a déclaré qu’il espérait que les États-Unis d’Amérique ne donneraient pas suite à la mise en place de missiles à portée intermédiaire en Europe. Une telle initiative serait une répétition de la guerre froide dans les années 1980, lorsque les Etats-Unis d’Amérique et l’Union soviétique ont tous deux déployé des missiles à portée intermédiaire sur le continent, a déclaré le dirigeant russe.

« S’ils sont déployés en Europe, nous devrons naturellement réagir de la sorte », a déclaré M. Poutine lors d’une conférence de presse à l’issue d’un entretien avec le Premier ministre italien Giuseppe Conté, en visite en Roumanie. « Les nations européennes qui accepteraient cela devraient comprendre qu’elles exposeraient leur territoire à la menace d’une éventuelle frappe de représailles. Ce sont des choses évidentes. »

Il a poursuivi: « Je ne comprends pas pourquoi nous devrions placer l’Europe dans un si grave danger. »

« Je ne vois aucune raison pour cela », a déclaré Poutine. « J’aimerais répéter que ce n’est pas notre choix. Nous n’en voulons pas. »

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi que les membres de l’alliance militaire occidentale accusaient la Russie de développer un nouveau missile en violation du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), mais il ne s’attend pas à ce qu’ils renforcent leurs arsenaux nucléaires en Europe. .

« Je ne prévois pas que les alliés déploieront davantage d’armes nucléaires en Europe en réponse au nouveau missile russe », a déclaré Stoltenberg aux journalistes au siège de l’OTAN à Bruxelles.

Poutine a rejeté l’affirmation de Trump selon laquelle la Russie aurait violé le traité INF, affirmant que ce sont les États-Unis d’Amérique qui ont violé le pacte.

Il a accusé les installations de défense antimissile des Etats-Unis d’Amérique en Roumanie de détenir des missiles de croisière à portée intermédiaire avec juste un ajustement rapide du logiciel.

Le dirigeant russe a ajouté qu’il espérait discuter de la question avec Trump à Paris lorsqu’ils participeraient tous les deux aux événements du 11 novembre marquant le centenaire du jour de l’armistice.

« Nous sommes prêts à collaborer avec nos partenaires des Etats-Unis d’Amérique sans aucune hystérie », a-t-il déclaré. « L’important, c’est quelles décisions seront prises par la suite. »

Le traité INF signé en 1987 par le président des Etats-Unis d’Amérique Ronald Reagan et le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev interdit aux États-Unis d’Amérique et à la Russie de posséder, de produire ou de tester des missiles nucléaires de croisière et balistiques, avec une portée de 500 à 5 500 km (300 à 3 400 milles).

Le pacte a été salué comme une garantie majeure de la sécurité mondiale, car ils ont éliminé les missiles à courte portée qui ne prennent que quelques minutes pour atteindre leurs objectifs.

Trump a déclaré qu’il envisageait de retirer les Etats-Unis d’Amérique du traité en raison des violations présumées de la Russie et aussi parce que la Chine, qui ne faisait pas partie du pacte, dispose d’une capacité de missile à portée intermédiaire.

[En réalité si les USA produisent des missiles nucléaires à courte portée installées en Europe, la Russie serait obligée d’installer aussi des missiles à portée identique sur le continent américain, hormis les possibilités défensives et offensives actuelles qu’elle possède, si elle veut jouer un jeu égal. Car les USA ont déjà leurs forces armées positionnées aux portes de la Russie sur le continent européen, d’où le besoin de tels missiles pour frapper par surprise. Ce serait pour la Russie un élément supplémentaire de dissuasion. MIRASTNEWS].

Le conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, a passé deux jours à Moscou cette semaine pour discuter du déménagement avec Poutine et ses principaux lieutenants. Bolton a déclaré que Washington n’avait pas signifié d’avis de retrait officiel, mais avait exprimé son vif scepticisme quant à la possibilité de sauver le traité.

EN SAVOIR PLUS : Géoéconomie et géostratégie de l’énergie : chaos et enjeux réels

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Mainichi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :