A la Une

Le bénéfice de Total du troisième trimestre a grimpé de 48% au plus haut depuis 2012

Total (NYSE:TOT) a annoncé vendredi une hausse de 48% de son bénéfice net au troisième trimestre, l’augmentation de la production et les prix du pétrole ayant permis à la grande société pétrolière et gazière française de réaliser son plus haut revenu en un trimestre depuis 2012, dépassant ainsi les estimations des analystes.

Total a réalisé un bénéfice net ajusté de 4 milliards de dollars des USA (USD) au troisième trimestre, en hausse de 48% par rapport au troisième trimestre de 2017 et au-dessus des prévisions moyennes des analystes de 3,75 milliards de dollars des Etats-Unis d’Amérique.

«Le bénéfice net ajusté de Total pour le troisième trimestre a augmenté de 48% par rapport à l’an dernier, pour atteindre 4,0 milliards de dollars, tandis que le prix du pétrole a augmenté de 44%, pour atteindre 75 $ / b, sous l’effet des tensions sur l’offre et du contexte géopolitique», a déclaré Patrick Pouyanné, président de Total dans un communiqué, commentant les résultats du troisième trimestre (T3).

Le cash-flow ajusté de la dette de Total (DACF) a progressé de 37% à 7,5 milliards de dollars des USA (USD). Les flux de trésorerie provenant de l’exploitation ont augmenté de 31% par rapport à l’année, passant à 5,7 milliards de dollars des Etats-Unis d’Amérique au troisième trimestre.

«Ces résultats confirment la capacité du Groupe à tirer pleinement parti de la conjoncture favorable et à atteindre ses objectifs en matière de croissance de la production et de discipline des coûts grâce à une très bonne efficacité opérationnelle», a déclaré Pouyanné.

La production a progressé de 8,6% par an pour atteindre 2,8 millions de barils d’équivalent pétrole par jour au troisième trimestre (T3), grâce aux importantes entreprises en démarrage, notamment le gisement pétrolifère offshore de Kaombo en Angola, et aux projets de gaz naturel liquéfié (GNL) Ichthys en Australie et le deuxième train de Yamal LNG en Russie.

L’activité en amont est bien placée pour tirer profit de la hausse des prix du pétrole, a déclaré Total, ajoutant que la production devrait croître d’environ 8% cette année et de 6 à 7% par an entre 2017 et 2020. La hausse de la production dans les mois à venir sera principalement motivée par le démarrage d’un troisième train chez Yamal LNG en Russie, d’un deuxième train chez Ichthys LNG en Australie, Egina au Nigeria et Tempa Rossa en Italie.

Total continue de faire preuve de discipline en matière d’investissements, escomptant des investissements nets de l’ordre de 16 milliards de dollars des USA (USD) cette année et de 15 à 17 milliards de dollars des Etats-Unis d’Amérique (USD) pour 2019 et 2020.

 Tsvetana Paraskova

Tsvetana est rédactrice pour le cabinet de conseil Divergente LLC, basé aux États-Unis d’Amérique. Elle cumule plus de dix ans d’expérience dans la rédaction d’articles de presse tels que iNVEZZ et SeeNews.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : OIL PRICE

PDG de Rosneft : les sanctions contre l’Iran pourraient nuire à l’économie européenne

L’économie européenne pourrait souffrir du refus des entreprises européennes à travailler avec l’Iran sous la pression des sanctions des Etats-Unis d’Amérique sur Téhéran, a déclaré jeudi Igor Sechin, directeur général de Rosneft, lors du Forum économique eurasien tenu à Vérone (Italie).

Sechin, qui figure sur la liste des Etats-Unis d’Amérique des personnes sanctionnées à titre personnel depuis 2014, a critiqué dans son discours au forum ce qu’il a appelé des sanctions «unilatérales» à l’encontre de pays, affirmant que de telles sanctions sont devenues un instrument de routine entre les mains d’un pays.

Se référant aux sanctions imposées à l’Iran et aux entreprises européennes qui abandonnent leurs projets afin d’éviter d’être soumis à des sanctions secondaires, M. Sechin a déclaré, cité par l’agence de presse russe TASS:

«Nous avions précédemment noté le fait que Total avait laissé des pertes importantes à l’un des plus grands projets gaziers du monde, South Pars-11. Le fait que des entreprises européennes refusent de travailler avec des partenaires iraniens, y compris peut-être une interdiction totale des importations de pétrole iranien à compter du 5 novembre 2018, pourrait avoir les conséquences les plus graves pour l’économie européenne.»

Pendant ce temps, l’Union européenne (UE) s’emploie à mettre en place un mécanisme de paiement des échanges commerciaux avec l’Iran. Ce mécanisme devrait être légalement en place d’ici le 4 novembre, date à laquelle les sanctions des Etats-Unis d’Amérique sur l’Iran reviendront, ont déclaré mercredi à Reuters trois diplomates de l’UE, notant que le mécanisme ne sera opérationnel qu’au début de 2019.

Sujets Connexes: Pourquoi Big Oil aime l’intelligence artificielle

Néanmoins, les plus grandes entreprises européennes – non seulement dans les secteurs du pétrole et du gaz, mais également dans d’autres secteurs – ne prennent aucun risque et se retirent de l’Iran en raison des sanctions imposées par les États-Unis d’Amérique. Les importations de pétrole de l’Union européenne en provenance de l’Iran devraient également cesser, les raffineurs ne souhaitant pas s’ouvrir au risque.

L’Iran, pour sa part, a déclaré plus tôt cette semaine que ses revenus pétroliers pour la première moitié de l’année civile en cours, commencée en mars, étaient 25% plus élevés que prévu dans le budget de l’Iran. Bien que les exportations iraniennes aient diminué ces derniers mois, les prix du pétrole ont augmenté.

Les exportations iraniennes de pétrole brut et de condensat ont culminé à environ 2,7 millions de bpj en juin, soit une hausse de 300 000 bpj par rapport à la moyenne des quatre premiers mois de l’année précédant l’annonce des sanctions de mai, a déclaré cette semaine l’EIA, citant des données de ClipperData. À titre de comparaison, les exportations iraniennes de pétrole brut et de condensat sont tombées à 1,9 million de barils par jour en septembre.

Tsvetana Paraskova

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : OIL PRICE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :