A la Une

La Russie et l’Amérique latine, partenaires et amis pour toujours

CC0 / Pixabay

Cette semaine est riche en événements qui marqueront les relations entre la Russie et l’Amérique latine pendant de nombreuses années. L’un d’entre eux est le forum des entreprises qui s’est tenu le 29 octobre à La Havane (Cuba). Sputnik a analysé les raisons pour lesquelles les pays d’Amérique latine accordent la priorité à leurs relations avec Moscou plutôt qu’avec les Etats-Unis d’Amérique.

La Havane est devenue la scène de l’important Forum des affaires Russie-Amérique latine et Caraïbes, qui a réuni les dirigeants de leurs principales sociétés, ainsi que des journalistes et des hommes politiques.

Le vice-Premier ministre russe, Yuri Borisov, protagoniste du forum, a déclaré que le commerce entre la Russie et les pays d’Amérique latine atteignait 14, 500 milliards de dollars en 2017. Il a également déclaré que les relations commerciales devraient se développer à l’avenir.

En outre, la haute personalité gouvernementale a proposé que le secteur des affaires russe explore les marchés de Cuba et du reste de l’Amérique latine « en recourant à un modèle des affaires ‘agressif’ ». Le vice-Premier ministre russe a ajouté que les parties perdent actuellement beaucoup de temps.

« Je remplacerais le mot  ‘agressif’ par l’expression  ‘très actif’. La Russie étudiera de manière approfondie les possibilités offertes par le marché latino-américain. Moscou y arrivera pour vendre ses produits et acheter tout ce dont elle a besoin sur le marché latino-américain », a déclaré à Sputnik, le spécialiste des politiques internationales et directeur du magazine pour l’Amérique latine, Vladimir Travkin.

LIRE AUSSI: la Russie prête à partager des secrets techniques avec l’Amérique latine

Yuri Borisov a également indiqué que la Russie était prête à transférer certaines de ses technologies uniques à des partenaires latino-américains afin de renforcer les liens avec la région. Le politicien a notamment rendu compte de l’ouverture de chaînes de montage de voitures des marques Ural et GAZ.

Un autre géant automobile russe, AvtoVAZ, a annoncé qu’il préparait un contrat pour la livraison à Cuba de plus de 500 voitures de la marque Lada, qui seront utilisées comme taxis, véhicules de police, etc. La société négocie également des ventes au Paraguay, en Uruguay, au Pérou et en Équateur.

La société russe InterRAO Export a pour sa part rendu public son projet de construction d’installations énergétiques d’une valeur supérieure à 1 milliards de dollars. Il existe quatre unités de production d’énergie d’une puissance de 200 mégawatts chacune.

Moscou et La Havane commenceront à fabriquer des produits pharmaceutiques ensemble au Nicaragua en 2019.

« La Russie ne verra pas ses relations avec l’Amérique latine comme quelque chose de plus, mais les considérera comme très importantes pour son économie, il y aura plus de visites mutuelles de délégations et de nouveaux accords, les parties continueront à coopérer dans le développement des transports, dans la lutte contre le trafic de drogue et le crime organisé », a prédit Vladimir Travkin.

Ne mettez pas les oeufs dans le même panier

La Russie n’utilise pas la coopération avec les pays d’Amérique latine à des fins ponctuelles, a déclaré le vice-Premier ministre russe lors de son discours pendant d’une séance plénière du forum.

« Nous ne regardons pas l’Amérique latine à travers le prisme des intérêts géopolitiques, nous ne l’utilisons pas comme un champ de bataille contre quelqu’un pour obtenir des dividendes conjoncturels à court terme », a-t-il déclaré.

Les pays d’Amérique latine, à leur tour, pensent maintenant être plus indépendants sur la scène internationale pour trouver les moyens de défendre leurs intérêts nationaux. À cet égard, de bonnes relations avec la Russie jouent un rôle décisif dans les domaines politique, économique, militaire et commercial, a déclaré Vladimir Travkin.

« Les pays d’Amérique latine, du Mexique au Chili, ont cherché à éviter, à différentes étapes de leur histoire, de placer leurs œufs dans le même panier, c’est-à-dire dans le panier des États-Unis d’Amérique. Ils développent leurs relations avec Washington, Pékin, l’Europe et, certainement avec Moscou », a-t-il poursuivi.

Cela pourrait vous intéresser: les Etats-Unis d’Amérique se préparent à maintenir la Russie, la Chine et l’Iran hors de l’Amérique latine

Après la Seconde Guerre mondiale, différentes forces indépendantes dans les pays d’Amérique latine ont considéré la Russie comme un contrepoids à la politique d’invasion par les États-Unis d’Amérique, a poursuivi Travkin.

Lorsque Washington impose des sanctions à Moscou, les pays d’Amérique latine ne les soutiennent pas. Les Etats-Unis d’Amérique « sont le pays le plus puissant du monde, même s’ils sont déjà en train de perdre leur pouvoir ». Ils défendent leurs intérêts dans les relations bilatérales avec d’autres pays.

Les pressions exercées par Washington sont différentes, qu’elles soient politiques, militaires ou même que l’on recourt à la guerre des médias. Les exemples les plus clairs seraient Cuba, le Nicaragua et le Venezuela, a déclaré Travkin.

« Dans ce sens, il est juste de dire que la Russie est un partenaire important, et inversement, car les pays d’Amérique latine permettent également à la Russie de développer sa politique souveraine, qui repose sur une attitude pragmatique à l’égard de la défense de nos intérêts nationaux », a-t-il conclu. .

Denis Lukyanov

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News


Stoltenberg: l’OTAN doit éviter les situations dangereuses en raison de la présence russe dans le nord

Tir de missile

L’OTAN évitera une situation dangereuse car la Russie a une présence importante dans le nord, également au large de la Norvège, a déclaré le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

Sa remarque a été prononcée lors de la conférence de presse en Norvège, à l’occasion de l’ouverture de la journée des invités distingués dans le cadre des exercices Trident Juncture-2018.

Selon lui, l’OTAN s’attend à ce que les lancements de missiles russes n’affectent pas leurs exercices, car ils se déroulent dans les eaux internationales et ont informé la Norvège.

Jens Stoltenberg a déclaré que « ce n’est pas une situation de guerre froide », ajoutant que c’est « purement pour empêcher, pas pour provoquer ».

« C’est un exercice nécessaire » pour « envoyer un signal fort d’unité », a déclaré AP, citant Stoltenberg. http://www.hastingstribune.com/nato-chief-both-sides-expected-to-behave-despite-drills/ article_b75cd9ac-f379-5470-a698-7dc841e541be.html

Les exercices Trident Juncture se déroulent en trois étapes. La première a eu lieu en août avec le déploiement de troupes. La deuxième est la phase active du 25 octobre au 7 novembre et la troisième – exercices de commandement et d’état-major, prévus du 13 au 24 novembre au Centre de commandement conjoint de l’OTAN à Stavanger (Norvège). Les exercices sont organisés par la Norvège, tandis que la Suède et la Finlande sont des partenaires.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : News.am


La Russie demande-t-elle une aide économique des Etats-Unis d’Amérique ou l’imagination de Trump a-t-elle commencé à flâner?

© Sputnik / Mikhail Kutuzov

Donald Trump a annoncé que la Russie souhaitait bénéficier de l’aide économique des Etats-Unis d’Amérique. Cette nouvelle est choquante en soi, car les relations entre la Russie et les États-Unis d’Amérique ne peuvent être considérées comme amicales, a déclaré Ivan Danilov, éditorialiste à Sputnik. Selon le journaliste, certains l’ont vu comme une preuve de la prochaine capitulation géopolitique de Moscou.

Cependant, la réalité est différente: il est fort probable que ce soit un politicien qui souhaite présenter ses souhaits comme quelque chose de réel, a déclaré le journaliste. Ce n’est pas la première fois que Trump fait des déclarations qui n’ont rien à voir avec la réalité, mais qui contribuent à la formation d’une image positive aux yeux de ses électeurs. Ceci est particulièrement important maintenant que les soi-disant élections à mi-mandat sont en cours pour renouveler le Congrès et le Sénat, et que les républicains doivent vraiment gagner ces élections, explique l’analyste.

« Dans ce contexte, on pourrait parler non seulement des demandes d’assistance économique de la Russie et d’une victoire rapide de la Chine dans la guerre commerciale, mais aussi de la promesse de conquérir Mars et de commencer à produire du gaz sur Jupiter », a déclaré Danilov.

L’auteur rappelle que, contrairement à de nombreux autres pays, y compris les États-Unis d’Amérique, elle n’a pas une dette extérieure importante, elle n’a pas besoin de refinancer les emprunts du FMI, avec ce que Washington pourrait vraiment aider.

Il n’y a pas non plus d’importants volumes d’échanges entre la Russie et les Etats-Unis d’Amérique. C’est pourquoi il est peu probable que le Kremlin souhaite éliminer les droits de douane des Etats-Unis d’Amérique.

Vous ne pouvez pas parler d’aide alimentaire, car les exportations de céréales russes déplacent maintenant les fournisseurs des Etats-Unis d’Amérique de leurs marchés traditionnels, confirme le média des EUA (USA).

Sujet associé: « Croissance paradoxale et revenu sensationnel »: la Russie surprend une moitié d’allemands

« Quelles sont les autres options qui restent, alors? », s’interroge l’analyste.

On pourrait supposer que les dirigeants russes souhaiteraient que les sanctions soient levées. Mais cela, en premier lieu, ne peut pas être appelé « aide », et deuxièmement, la partie russe a exprimé à plusieurs reprises sa position sur le sujet qui est réduit à la formule: si ils les introduisent, ils devront les lever, la Russie ne mène pas des négociations sur ce sujet.

Selon Danilov, Trump tente de convaincre les Américains que son économie croît tellement que tout le monde, y compris Vladimir Poutine, veut obtenir son aide économique.

LIRE PLUS: Les Etats-Unis d’Amérique ont « la plus grande bulle de l’histoire de l’humanité et la catastrophe est inévitable »

La deuxième conclusion du journaliste est que Trump ment au sujet de ses succès économiques. Les médias des Etats-Unis d’Amérique l‘ont surpris en train de mentir plus d’une fois à propos d’une croissance économique sans précédent et d’une augmentation de la richesse des États-Unis d’Amérique pour des sommes fantastiques.

Cependant, le président lui-même a déclaré avant d’être élu que l’économie des Etats-Unis d’Amérique était « très fausse » et que, depuis lors, peu de choses ont changé.

Malgré la réforme fiscale et la création de barrières tarifaires pour les importateurs, les investissements directs étrangers aux États-Unis d’Amérique sont devenus négatifs au deuxième trimestre de 2018, c’est-à-dire que les investisseurs ont retiré de l’argent de l’économie des Etats-Unis d’Amérique.

Trump a peut-être constaté une augmentation de 11 000 milliards de dollars de la capitalisation du marché boursier des Etats-Unis d’Amérique, ce que le président oligarque identifie mal habituellement avec l’économie en général, mais dans ce cas, il existe également plusieurs problèmes, explique le journaliste.

Le marché boursier des Etats-Unis d’Amérique est en baisse et, au cours du dernier mois, cette baisse a annulé toute la croissance de 2018. En outre, Trump avait souligné avant que le marché ne se trouve dans une bulle qui va exploser.

Sputnik Mundo

@SputnikMundo

Pesadilla en Wall Street: vaticinan el declive de la economía de EEUU tras el desplome de su bolsa https://sptnkne.ws/jSzY 

Ce n’est pas en Russie, mais aux États-Unis d’Amérique, où les financiers et les journalistes du Wall Street Journal paniquent lorsque les investisseurs étrangers ne veulent pas acheter d’obligations du gouvernement dans les montants susmentionnés.

LIRE PLUS: la Russie libérée de presque toutes les obligations du Trésor des EUA (USA), la Chine passera-t-elle à l’étape suivante?

C’est le président des Etats-Unis d’Amérique qui se plaint constamment sur Twitter des décisions de l’alliance entre l’OPEP+ et la Russie, l’impossibilité de corriger la balance commerciale du pays, qui a oublié comment produire des biens compétitifs après 20 ans de production dans d’autres pays. C’est le président des Etats-Unis d’Amérique qui affirme que la principale menace pour le pays est l’augmentation des taux directeurs de la Banque centrale, car l’entreprise est pleinement accréditée et ne peut pas refinancer ses dettes écrasantes.

« Mais Trump ne peut pas dire tout cela pendant la campagne électorale, aussi parle-t-il de succès inexistants et du désir de chacun d’obtenir l’aide de Washington et de rafraîchir la nouvelle grandeur des Etats-Unis d’Amérique, si Washington n’est pas prêt à admettre l’existence de problèmes, il est clair que vous ne pouvez pas les résoudre, le reste du monde ne bénéficiera que de cette situation », a conclu l’auteur.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :