A la Une

Des centaines de victimes en Syrie pour des attaques perpétrées par l’Etat islamique dans la zone contrôlée par les Etats-Unis d’Amérique

© Sputnik / Mijail Voskresenski

MOSCOU – Plus de 300 Kurdes et des soldats étrangers ont été victimes d’attaques terroristes de Daech (soi-disant État islamique, interdit en Russie et dans d’autres pays) dans la zone de la Syrie sous contrôle des Etats-Unis d’Amérique, a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense Russe, Igor Konashenkov.

« Depuis le 1er septembre, les terroristes de l’Etat islamique ont mené 57 attaques contre les représentants des forces démocratiques syriennes, tuant ou blessant plus de 300 miliciens kurdes », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que parmi les victimes des attaques, il y avait des soldats étrangers.

Konashenkov a également averti que les terroristes de l’Etat islamique présents dans la zone syrienne contrôlée par les États-Unis d’Amérique continuent de recevoir des armes.

En outre, l’agence a indiqué que les violations de la trêve dans la province syrienne d’Idlib sont presque quatre fois plus nombreuses.

Il a également mis en garde contre une catastrophe humanitaire dans le camp de réfugiés de Rukban après l’occupation par les Etats-Unis d’Amérique du sud de Homs.

« La situation humanitaire dans le camp de réfugiés de Rukban est devenue catastrophique à cause des actes irresponsables des États-Unis d’Amérique qui ont occupé illégalement une grande région syrienne », a déclaré le porte-parole, Igor Konashenkov.

Le ministère a ajouté que plus de 120 civils avaient été tués dans l’est de la Syrie à la suite d’attaques de la coalition dirigée par les États-Unis d’Amérique.

« Ce n’est que le mois dernier que plus de 120 civils ont péri à la suite de frappes aériennes (de la coalition) contre des localités de l’est de la Syrie », a-t-il déclaré à la presse.

Il a ajouté que l’armée des Etats-Unis d’Amérique entraînait les résidents d’al-tanaf à créer des unités armées.

Le représentant du ministère de la Défense de la Russie a également dénoncé le fait que la coalition utilise « des munitions interdites par les conventions internationales » lors de ses attaques aériennes intensives en Syrie.

Il a également déclaré que les Syriens dénonçaient les représailles de l’Etat islamique (ISIS) et des forces kurdes dans la zone sous contrôle des Etats-Unis d’Amérique.

Le ministère de la Défense a souligné que les terroristes de l’Etat islamique présents dans la zone syrienne contrôlée par les Etats-Unis d’Amérique continuent de recevoir des armes.

Il a également déclaré que les habitants de la rive orientale de l’Euphrate signalaient la répression contre les Arabes par le groupe terroriste ISIS et les Forces démocratiques syriennes kurdes et arabes (FDS).

« Les habitants ont rendu compte au Centre russe de réconciliation de la répression subie par la population arabe par Daesh et les détachements des FDS », a déclaré le porte-parole.

LIRE AUSSI : Pourquoi Trump est condamné à bombarder Damas

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Selon RT plus de 120 civils sont morts au cours du dernier mois à la suite d’attaques aériennes sur des colonies syriennes dans l’est de la Syrie.

Lors de la réunion, le général de division Igor Konashenkov a expliqué que la vie dans les zones sous contrôle des Etats-Unis d’Amérique était catastrophique et que la situation à Raqqa en Syrie en est un exemple frappant. La ville a été « anéantie » par les frappes aériennes et des milliers de corps sont toujours sous les décombres des bâtiments détruits, j’ai ajouté.

Les organisations de défense des droits de l’homme ont à plusieurs reprises sonné l’alarme concernant les conséquences de l’opération à Raqqa. En juin, Amnesty International a publié un rapport accablant sur les destructions et les pertes en vies humaines imputables aux frappes de cette coalition. Des civils ont été bloqués dans la ville alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes, soutenues par des frappes aériennes, combattaient des terroristes.

L’organisation a particulièrement critiqué la coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique pour avoir annoncé «des chiffres de victimes artificiellement faibles parmi les civils».

Notamment, la force opérationnelle multinationale interarmées, chargée de l’opération Inherent Resolve en Irak et en Syrie, a admis que le nombre de personnes « tuées involontairement » par des frappes avait dépassé 1 000. Les derniers chiffres, publiés par la mission, indiquent qu’au moins 1114 civils sont morts dans les frappes entre août 2014 et la fin septembre 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :