A la Une

Tendances environnementales, sociales et de gouvernance en Asie

Les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) n’ont traditionnellement pas été une priorité pour les investisseurs et les détenteurs d’actifs dans toute l’Asie par rapport à leurs homologues occidentaux. Cependant, les récentes décisions prises par les fonds de pension japonais et les décideurs chinois pourraient susciter plus d’intérêt dans toute la région.

Tendances environnementales, sociales et de gouvernance

ESG fait référence à trois facteurs impliqués dans la prise de décision d’investissement; questions environnementales, sociales et de gouvernance. En prenant en compte ces facteurs, les entreprises et les gouvernements tentent de mieux gérer les risques potentiels et d’encourager des politiques et des rendements durables à long terme. Ces pratiques peuvent être mises en œuvre de différentes manières, soit par une législation gouvernementale, soit par la politique de chaque entreprise.

Influence du Japon et de la Chine

Le projet relatif aux informations sur les propriétaires d’actifs (Asset Owners Disclosure Project) a récemment publié une enquête mondiale sur les 100 principales caisses de retraite publiques, afin d’évaluer leur réaction aux risques liés au climat. L’enquête a révélé que le Japon était en tête dans toute l’Asie, la plupart des 14 fonds asiatiques figurant dans le top 100 étant japonais. Le fonds le plus haut placé était le Fonds d’investissement des pensions du gouvernement japonais (FIPG, GPIF) au 37ème rang, suivi du Conseil national de la sécurité sociale de Chine au 70ème rang.

Les résultats de l’étude suggèrent que les investisseurs asiatiques, les propriétaires d’actifs et les entreprises sont désormais plus conscients des problèmes ESG. Cela revêt une importance particulière car les normes de gouvernement d’entreprise en Asie ont toujours historiquement été inférieures à celles des économies plus développées. Parmi les autres politiques, les entreprises sont encouragées à nommer davantage de femmes aux conseils d’administration, afin de favoriser davantage d’égalité des chances entre les hommes et les femmes et d’améliorer la diversité des postes de direction.

Au Japon, des entreprises et des fonds publics de premier plan, tels que le GPIF, exercent une influence majeure dans la région et entraînent actuellement un changement d’attitude à l’égard de styles de fonctionnement plus éthiques et environnementaux. Ce changement se répercute dans les secteurs public et privé, comme en témoignent les entreprises qui adoptent des politiques similaires à celles des entreprises leaders. Par conséquent, les questions ESG sont devenues une considération permanente pour les entreprises qui exercent leurs activités ou investissent en Asie de l’Est et les gouvernements ont commencé à améliorer leur politique afin de les intégrer à la gouvernance et aux pratiques commerciales asiatiques.

En termes de gouvernance mondiale, les dirigeants politiques en Chine ont également exprimé un changement fondamental dans leur approche des questions ESG. Xi Jinping était un fervent partisan de l’accord de Paris sur le changement climatique, qui marquait un changement considérable de l’attitude de la Chine à l’égard de la protection de l’environnement. En outre, la Chine en 2017 a promu de nouvelles lignes directrices sur le crédit vert pour ses institutions financières, encourageant les entreprises à investir dans des projets du secteur vert. Bien qu’il soit trop tôt pour commenter les résultats de ces projets, la tendance met en évidence une prise de conscience croissante de ces problèmes au plus haut niveau de la gouvernance chinoise. Cela se remarque particulièrement dans les entreprises innovantes dans le domaine des véhicules électriques et des technologies intelligentes.

Ces décisions suggèrent que les gouvernements de toute l’Asie pourraient commencer à envisager de jouer un rôle plus proactif dans l’atténuation des activités commerciales mettant en danger l’environnement. Cela est dû au pouvoir et à l’influence des gouvernements et des entreprises du Japon et de la Chine dans la région. De plus, en raison de cette influence, les économies plus faibles au sein des régions sont plus susceptibles d’adopter les tendances et, par conséquent, les efforts visant à résoudre les problèmes ESG, tels que le changement climatique, seront vraisemblablement réalisés au moyen d’une coopération multilatérale entre les pays d’Asie et au-delà.

Perspectives des problèmes ESG en Asie

Les investisseurs regardent maintenant au-delà de l’aspect financier de leurs investissements. Par conséquent, les questions ESG revêtent une importance capitale pour la qualité des investissements et le potentiel de rendement. Comme par le passé, les problèmes ESG peuvent avoir des conséquences graves pour les entreprises. Par exemple, des conditions de travail médiocres, des pratiques commerciales contraires à l’éthique et la corruption d’entreprise peuvent nuire à la réputation et à la confiance dans une entreprise, entraînant un retour sur investissement médiocre.

Après avoir appris que des travailleurs chez Foxconn avaient été exposés à des pratiques d’emploi extrêmement soumises à des pressions entraînant des suicides, des mineurs et des heures de travail excessives, les entreprises sont beaucoup plus conscientes de ce que des pratiques commerciales négatives peuvent faire pour leur réputation. Malgré l’adoption lente de pratiques respectueuses de l’ESG, les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) des Nations Unies ont constaté la signature d’un nombre croissant de propriétaires d’actifs et de gestionnaires de placements asiatiques. Ces signataires sont principalement situés au Japon et en Chine et suggèrent que le nombre de signataires d’Asie de l’Est continuera probablement à augmenter.

Les perspectives à court terme pour les investisseurs sont celles d’un changement progressif. Les entreprises asiatiques ne sont pas encore complètement convaincues des avantages des investissements ESG, de nombreux chefs d’entreprise étant encore convaincus qu’adopter un style de fonctionnement respectant les critères ESG pourrait compromettre les coûts et les performances. Néanmoins, les experts prédisent que la Corée du Sud est prête à suivre les développements récents au Japon, avec un nombre croissant d’universitaires et de chefs d’entreprise se rendant en Chine et au Japon pour se familiariser avec les styles de fonctionnement ESG.

Les perspectives à moyen et à long terme pour les investisseurs de la région devraient prendre en compte les questions ESG car elles sont de plus en plus intégrées dans la législation réglementaire. Cela signifie que tout dilemme ESG pourrait être extrêmement problématique pour les retours. De plus, si les entreprises veulent attirer des investissements directs étrangers, elles devront de plus en plus adhérer aux valeurs ESG. Cette tendance devrait se poursuivre et, si elle se développe, il est probable que les questions ESG deviendront une caractéristique essentielle de la gouvernance et des affaires en Asie.

 Charles Williams      

Charles Williams est britannique et a obtenu un baccalauréat en relations internationales de l’Université de Loughborough. Il vient tout juste de terminer sa maîtrise en économie politique internationale du King’s College de Londres. Passionné de voyages, il a étudié et voyagé en Chine et à Taiwan, il est spécialisé dans les relations internationales de la Chine avec un accent particulier sur l’initiative Belt and Road.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GLOBAL RISKS INSIGHTS


Petrobras va vendre la participation dans l’unité Afrique au groupe dirigé par Vitol pour 1,5 milliard de dollars

SAO PAULO, le 31 octobre – Le Brésilien Petroleo Brasileiro SA cédera sa participation de 50% dans une entreprise d’exploration pétrolière et gazière nigériane à un consortium dirigé par le principal négociant en pétrole Vitol, pour la somme de 1,53 milliard de dollars, la dernière étape de la réduction de la dette de la compagnie pétrolière contrôlée par l’Etat, selon un dépôt de titres effectué mercredi.

L’autre participation de 50% dans Petrobras Oil and Gas BV, également connue sous le nom de Petrobras Africa, appartient à la banque d’investissement brésilienne BTG Pactual, qui a confirmé dans un rapport déposé mercredi par Reuters qu’elle conserverait probablement sa part après avoir déjà envisagé une vente.

Petrobras, l’une des grandes compagnies pétrolières les plus endettées au monde, avait prévu de céder 21 milliards de dollars des Etats-Unis d’Amérique (UEA, USA) d’actifs en 2017 et 2018, mais avait seulement réussi à décharger une valeur de 9,5 milliards de dollars des EUA à la fin du premier semestre.

L’accord porte sur deux des blocs d’exploration en eau profonde qui font partie des gisements les plus importants et les moins coûteux du Nigéria. La société suisse Vitol devrait assumer la plus grande partie de l’investissement, avec des dépenses estimées à 1 milliard de dollars, selon un rapport de Reuters publié en juin sur l’intérêt du négociant en pétrole.

Les membres du consortium sont Africa Oil Corp. et Delonex Energy, une société pétrolière centrée sur l’Afrique.

Au début de l’année, Petrobras a vendu à Equinor ASA, en Norvège, une participation de 25% dans Roncador, l’un des plus grands gisements de pétrole du Brésil, pour environ 2 milliards de dollars des EUA.

Il est également en pourparlers pour vendre son unité de gazoduc TAG, probablement à un groupe dirigé par la société française Engie SA, pour plus de 7 milliards de dollars, bien que le processus ait été interrompu par une injonction de la Cour suprême du Brésil.

Une source connaissant directement les activités de Petrobras a déclaré à Reuters mardi que la société pétrolière souhaitait obtenir 20 milliards de dollars supplémentaires grâce à la vente d’actifs jusqu’à la fin de l’année prochaine. (Reportage de Marcelo Rochabrun, édité par Chris Reese et Peter Cooney)

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Reuters

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :