A la Une

Syrie : la coalition menée par Washington accusée d’avoir utilisé du phosphore blanc

© STRINGER
Un panache de fumée se dégage de la ville syrienne de Deir-ez-Zor, le 2 novembre 2017 (image d’illustration).

D’après des sources civiles citées par l’agence syrienne Sana, la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis aurait mené ce 5 novembre des frappes aériennes au phosphore blanc contre des zones résidentielles d’une localité syrienne.

L’agence de presse publique syrienne Sana a rapporté ce 5 novembre que la coalition arabo-occidentale menée par Washington aurait mené des frappes au phosphore blanc contre des zones résidentielles de la localité de Hajin, située dans la province de Deir-ez-Zor (Est de la Syrie). L’utilisation de munitions contenant du phosphore blanc est prohibée par le protocole additionnel de la Convention de Genève de 1949.

Ce n’est pas la première fois que la coalition internationale sous commandement américain est accusée de faire usage de cette arme interdite.

En octobre, le ministère syrien des Affaires étrangères avait envoyé une lettre au Conseil de sécurité des Nations unies condamnant l’utilisation de phosphore blanc et accusant la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis de mener une politique de la «terre brûlée». De même, en septembre dernier, la Défense russe avait déclaré que deux avions américains de type F-15, auraient procédé à des frappes aériennes au phosphore blanc dans le gouvernorat syrien de Deir ez-Zor.

Le mois précédent, déjà, le gouvernement syrien avait accusé la coalition internationale d’avoir fait usage de bombes au phosphore blanc contre un hôpital à Raqqa et d’avoir bombardé des quartiers résidentiels, en «violation flagrante du droit international».

Lire aussi : La Syrie demande à l’ONU de condamner les «crimes barbares» de la coalition

Source: RT France

L’US Navy publie une vidéo de l’interception ‘risquée’ par un avion de chasse russe d’un avion espion des Etats-Unis d’Amérique survolant la mer Noire

©  YouTube / US Navy

Un avion russe Su-27 a intercepté un avion espion EP-3 des Etats-Unis d’Amérique de manière « peu sûre » au-dessus de la mer Noire, a annoncé la marine des USA. Il a posté une vidéo sur Twitter, montrant un avion de combat russe armé volant à quelques mètres de l’avion espion.

La vidéo, que la marine a publiée sur Twitter, montre un Su-27 volant à proximité de l’avion espion des Etats-Unis d’Amérique, montrant son ventre avant le décollage. L’avion de chasse semble être armé, portant des missiles sur ses pylônes d’aile.

L’avion russe est resté près de l’EP-3 pendant environ 25 minutes, selon la marine des Etats-Unis d’Amérique, qui a insisté sur le fait que son avion « fonctionnait conformément au droit international ».

U.S. Navy

@USNavy

: U.S. EP-3 intercepted in the by Russian SU-27 putting at risk pilots and crew. aircraft was operating in accordance with international law and did not provoke this Russian activity. — https://www.navy.mil/submit/display.asp?story_id=107669&utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_content=100000357899137&utm_campaign=Misc 

«Cette interaction a été jugée dangereuse car le Su-27 effectuait un passage à grande vitesse directement devant l’avion de la mission, mettant ainsi en péril les pilotes et l’équipage», lit-on dans le communiqué de l’US Navy.

Le ministère russe de la Défense a reconnu l’incident, insistant toutefois sur le fait que le Su-27 devait se tenir à bonne distance du PE-3.

« L’équipage du chasseur a déclaré avoir identifié l’avion de surveillance électronique des Etats-Unis d’Amérique et l’a escorté pour prévenir une violation de la frontière russe, tout en respectant les consignes de sécurité », a déclaré le ministère.

Les avions de reconnaissance des Etats-Unis d’Amérique jettent souvent un coup d’œil par-dessus les frontières russes, déclenchant sans surprise l’aviation du pays qui veille à ce que la frontière ne soit pas franchie. Pourtant, le Pentagone s’est plaint à plusieurs reprises des agissements de Moscou, affirmant que les pilotes russes volaient d’une manière «non professionnelle» ou «non sécuritaire».

Au moins 17 avions et drones étrangers ont effectué des missions d’espionnage près des frontières russes en une semaine, a annoncé le ministère de la Défense le 1er novembre. Les avions de combat ont été brouillés à quatre reprises pour empêcher de potentielles violations des frontières du pays.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :