A la Une

Les autres bombes artisanales? L’ancienne infrastructure gazière des USA continue de tuer des gens

© Photo: Youtube / TOP BREAKING NEWS

Une série d’explosions liées autour des Etats-Unis d’Amérique ont fait des dizaines de morts et des blessés cette année, mais sans un antagoniste politiquement commode derrière eux, ils n’ont fait que peu de titres. Ce n’est pas un terroriste qui traque une population des Etats-Unis d’Amérique sans méfiance – c’est l’infrastructure gazière décrépite du pays et son régime de sécurité édenté qui la régit.

L’infrastructure de gaz naturel des USA est douloureusement ancienne, sous-réglementée et sous-inspectée, et l’appétit croissant du pays pour le gaz naturel pousse le réseau vieillissant à la limite. Les entreprises de services publics exploitent cette vulnérabilité pour contourner les règles de sécurité nécessaires, coûtant des vies.

Des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées aux États-Unis d’Amérique par des explosions de gaz naturel cette année. Le plus tristement célèbre est celui de la vallée de Merrimack, au nord de Boston, le 23 septembre, qui a fait un mort, des dizaines de blessés et détruit plus de 100 bâtiments. Neuf autres personnes ont été blessées dans l’explosion du 15 octobre à Chesapeake, en Virginie; neuf autres ont été blessées dans une explosion en août à Denver, Colorado; Au Nouveau-Mexique, 10 campeurs ont péri dans une fontaine de flammes le même mois, lorsqu’une conduite de gaz a explosé à des centaines de mètres.

Certains cas peuvent être considérés comme des erreurs humaines, tels que la négligence des contractants, le vieillissement des infrastructures aux Etats-Unis d’Amérique et le manque de règles de sécurité correctement appliquées – voire parfois existantes – sont souvent à l’origine de telles catastrophes.

En 2009, les États-Unis d’Amérique ont dépassé la Russie au rang de premier producteur mondial d’hydrocarbures. Selon les statistiques de la US Energy Information Administration, la production de gaz naturel a augmenté de 6000 milliards de pieds cubes, soit environ 23% de son volume de 2009, jusqu’en 2017, selon les statistiques de la US Energy Information Administration, avec une nouvelle augmentation prévue de 59% d’ici 2050.

Les Etats-Unis d’Amérique ont plus de 300 000 miles [3 000 kilomètres =  1 864 miles] de gazoducs de transport de gaz, dont près de la moitié ont été construits entre 1950 et 1970, et plus de 2,1 millions de miles de gazoducs de distribution transportant du gaz dans les maisons et les commerces pour le chauffage et la cuisson.

La PHMSA (Administration de la sécurité des pipelines et des matières dangereuses) sous l’autorité du département des Transports des Etats-Unis d’Amérique (EUA) est apparemment responsable de l’inspection des canalisations de gaz des EUA, mais en réalité, les réglementations de l’agence ne s’appliquent régulièrement qu’à 7% des conduites de gaz naturel et à 44% de toutes les conduites de liquides. Plusieurs dizaines d’inspecteurs de l’agence sont surchargés de travail et manquent de personnel. Un rapport du Service de recherche du Congrès de 2013 a révélé un « schéma de sous-effectif à long terme » dans le programme de sécurité des pipelines de l’agence.

Le pire, c’est que la PHMSA a en grande partie adopté des normes de sécurité rédigées par les entreprises qu’elle est censée réglementer, au lieu de l’État qui impose des règles de sécurité pour protéger le public.

« Ce n’est pas comme le renard qui surveille le poulailler », a déclaré à Propublica, dans un article publié en 2012, Carl Weimer, directeur exécutif de Pipeline Safety Trust, un organisme de bienfaisance public voué à la sécurité du transport de carburant. « C’est comme le renard faisant le plan du poulailler. »

L’un des plus gros problèmes de sécurité sur l’infrastructure de carburant vieillissante du pays est la création de la PHMSA dans les années 1970. Les lignes construites avant sa création ont été laissées de côté, ce qui a permis aux entreprises de gaz et de pipeline de contourner des normes de sécurité plus strictes et éviter de mettre à jour leur matériel.

« Personne n’a voulu que toutes les entreprises déterrent et retestent leurs pipelines », a déclaré Weime.

Le problème persiste aujourd’hui, car les entreprises résistent à l’installation de dispositifs de sécurité, tels que des vannes d’arrêt automatiques, en raison des problèmes et des coûts liés au creusement des lignes existantes ou au remplacement du matériel existant. Différentes entreprises exploitent leurs propres lignes à leur manière – des façons qui diffèrent énormément les unes des autres et des normes fédérales. Selon un rapport publié en 2012 par le US Government Accountability Office (GAO), il ne reste que 24 000 miles de conduites de collecte – des conduites transportant du pétrole brut du puits à un site de collecte. – sont réglementés sur environ 230 000 miles à l’échelle nationale. Certaines de ces lignes de collecte peuvent être aussi larges que les grandes lignes de transmission, mesurant plus de 2 pieds de diamètre, a noté Propublica.

Entre 1986 et 2012, des accidents de pipeline ont tué plus de 500 personnes, fait plus de 4 000 blessés et coûté près de 7 milliards de dollars de dégâts matériels, a annoncé Propublica. La publication notait en outre que la corrosion avait été identifiée comme la cause de 15 à 20% de tous les « incidents significatifs » signalés, ce qui représente plus de 1 400 événements de ce type entre 1986 et 2012.

Le département de l’Énergie des Etats-Unis d’Amérique a projeté en 2015 que, malgré l’énorme croissance de la production de gaz naturel provenant de sources telles que les formations de schiste et la fracturation, « diverses sources d’offre et de demande de gaz naturel réduiront le besoin d’infrastructures de gazoduc inter-États supplémentaires ».

« Une utilisation accrue de l’infrastructure de gazoduc inter-États existante réduira le besoin de nouveaux gazoducs », indique le rapport. « Le système de pipeline des Etats-Unis d’Amérique n’est pas pleinement utilisé car les modèles de flux ont évolué avec les variations de l’offre et de la demande. La demande accrue de gaz naturel… n’entraîne pas une augmentation plus importante de la capacité des gazoducs, car, dans certaines régions, la capacité de pipeline existante disponible devrait être utilisée avant l’expansion des pipelines existants ou la création d’une nouvelle capacité. »

En d’autres termes, la capacité existante peut répondre à la demande accrue de gaz naturel.

Le 1er novembre, le Bureau national de la sécurité des transports (NTSB) a ouvert son enquête sur les explosions du 13 septembre dernier dans la région de Boston, où des explosifs avaient été tués, causant la mort de 25 personnes et la destruction de plus de 130 structures. Un rapport préliminaire publié le mois dernier par l’agence a conclu que les conduites de gaz naturel surpressurées étaient à blâmer, a rapporté le Sacramento Bee.

Les canalisations de gaz qui ont explosé ce jour-là sont parmi les plus anciennes du pays. Elles ont été construites en fonte au lieu d’acier – et donc efficacement exemptés des règles de sécurité de la PHMSA – et sujettes aux fissures, aux fuites et aux explosions. Certaines des pires explosions de gaz de l’histoire récente, notamment celle qui a détruit la majeure partie d’un bloc de la ville de New York en 2014, ont eu lieu dans des tuyaux en fonte. Le tuyau de Harlem qui a éclaté a été installé en 1887, a rapporté USA Today. Plus de 67 millions d’Américains obtiennent leur gaz via des tuyaux en fonte.

Les gazoducs de transport de gaz naturel fonctionnent généralement à des pressions supérieures à 100 livres par pouce carré (PSI), tandis que les conduites locales ont généralement des pressions beaucoup plus faibles, selon un rapport de 2012 préparé pour l’Interstate Natural Gas Association of America. Mais ces lignes locales peuvent être surchargées en termes de pression, parfois dangereusement aussi. La salle de contrôle de Columbia Gas à Columbus, dans l’Ohio, a enregistré des pressions de 6 livres par pouce carré dans les pipelines de la région de Boston qui ne devraient supporter que 0,5 PSI, a rapporté USA Today. L’épisode a amené le gouverneur du Massachusetts, Charlie Baker, à déclarer l’état d’urgence et à confier à une autre entreprise de services publics la tâche de nettoyage.

D’autres explosions récentes montrent un schéma similaire. La fameuse explosion de San Bruno qui a rasé une banlieue de San Francisco en 2010 a été causée par d’anciennes conduites de gaz sur-pressurées qui, malgré l’acier, ont été installées en 1956, a rapporté le Los Angeles Times. Les autorités de Bay Point ont évacué près de 4 000 habitants le mois dernier par précaution lorsqu’un incendie s’est déclaré dans un souterrain de gazoduc, a rapporté Mercury News. Alors que l’incendie s’éteignait avant l’explosion, il a suscité des craintes et des souvenirs de l’explosion de San Bruno, qui a coûté la vie à huit personnes.

Et lundi, une explosion de gaz dans une banlieue de Philadelphie a rasé un hôtel particulier en rénovation, bien qu’aucune blessure n’ait été signalée et qu’aucune cause n’ait encore été indiquée, selon le Washington Post.

Des explosions de gaz dans le Maryland ont détruit au moins huit maisons et trois complexes d’appartements au cours des cinq dernières années, a annoncé le mois dernier CBS13 à Baltimore. La dernière explosion a blessé sept pompiers à Baltimore le 17 octobre. Il a fallu 10 heures à Baltimore Gas & Electric pour couper le gaz sur le site, ce qui a obligé à creuser la rue pour trouver la soupape. Bien que la cause de l’explosion soit inconnue à l’heure actuelle, les données de la PHMSA indiquent que BG & E exploite toujours plus de 1 100 miles de conduites de gaz en fonte, le septième plus haut volume au pays. Les résidents de Silver Spring se remettent encore d’une explosion de gaz dans un complexe d’appartements qui a fait sept morts et 30 blessés en 2016, cause que le NTSB n’a jamais identifiée avec précision.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :