A la Une

Pas de bouclier souverain sur le Rafale: gouvernement Modi

La révélation met en évidence un facteur clé de la défense du gouvernement Narendra Modi: le fait que les Rafales fabriqués par Dassault ont été achetés dans le cadre d’un accord «de gouvernement à gouvernement». L’image du fichier Telegraph

Le centre cite une « lettre de réconfort » en défense

Le Centre a révélé à la Cour suprême qu’il n’existait pas de «garantie souveraine» de la France, mais simplement une «lettre de confort» pour remédier à tout manquement de Dassault ou de son partenaire de compensation indien à respecter les termes de l’accord Rafale.

«Bien qu’il n’y ait pas de garantie souveraine, il y a une lettre de réconfort que nous allons remettre à Vos Seigneuries», a déclaré le procureur général K.K. Venugopal devant le tribunal les juges en chef Ranjan Gogoi et Sanjay Kishan Kaul et K.M. Joseph le mercredi.

La révélation devant la cour met en évidence un facteur clé de la défense du gouvernement Narendra Modi: le fait que les Rafales fabriqués par Dassault étaient achetés dans le cadre d’un accord de « gouvernement à gouvernement ».

Une garantie souveraine est l’assurance d’un gouvernement national à un autre gouvernement de s’acquitter de la responsabilité de toute société ou de toute personne appartenant à son pays s’il manque à un contrat ou à une convention.

Dans les transactions commerciales, une «lettre d’intention» garantit qu’une obligation sera remplie, mais ne constitue pas un engagement juridiquement exécutoire. Le tribunal n’a pas demandé à Venugopal ce que signifiait ce terme, et il n’a pas proposé de définition.

Les pétitionnaires – les anciens ministres de l’Union du BJP, Yashwant Sinha et Arun Shourie, le parlementaire du PAA Sanjay Singh et les avocats Manohar Lal Sharma et Vineet Dhanda – ont demandé à une équipe d’enquête spéciale ou à la CBI d’enquêter sur l’affaire.

Le tribunal a réservé son jugement après avoir entendu les arguments, y compris les points de vue d’officiers supérieurs de l’armée de l’air, de 10h30 à 15h20. Le verdict est attendu dans les prochains jours.

Le Congrès, qui n’est pas associé à l’affaire, a contesté séparément le principe de base du gouvernement Modi. «La France a-t-elle déjà passé un contrat de défense entre gouvernements (G-2-G)? Il n’existe pas de telle procédure en France », a déclaré à la presse le chef du Congrès, Kapil Sibal.

«Cette procédure existe aux Etats-Unis d’Amérique. C’est ce qu’on appelle la route FMS. Cela signifie la voie des ventes militaires à l’étranger», a-t-il ajouté. Dans le cadre du FMS, l’acheteur (ou le gouvernement étranger) ne traite pas directement avec le sous-traitant militaire, mais la Defence Security Cooperation Agency du ministère de la Défense des États-Unis d’Amérique sert d’intermédiaire.

Le Centre a souligné l’affirmation de «gouvernement à gouvernement» suggérant qu’elle n’était en rien liée avec le choix à faire de Dassault du groupe Reliance d’Anil Ambani.

Les déclarations de Venugopal interviennent après que Prashant Bhushan, représentant certains des pétitionnaires, ait déclaré que le gouvernement de la NDA avait signé l’accord alors que le ministère de la Justice de l’Union s’opposait en 2015 à l’absence de garantie souveraine de la France.

Bhushan a ajouté que le ministère du Droit avait également fait part de sa préoccupation selon laquelle tout différend relatif à l’accord intergouvernemental ne pourrait, selon ses termes, être réglé que par voie d’arbitrage dans un pays tiers (à Genève en Suisse).

Le juge Gogoi a déclaré à Venugopal que le tribunal n’était pas pour le moment préoccupé par la question de l’arbitrage à Genève, mais que le gouvernement devait préciser s’il existait une « garantie souveraine » de la France.

Venugopal a répondu qu’il n’y avait qu’une « lettre de réconfort », dont une copie a été remise au banc. Son contenu reste inconnu.

Le juge Joseph a demandé à un haut responsable de la défense qui déposait devant le tribunal de quelle manière l’intérêt national serait protégé si le partenaire de compensation (Anil Ambani’s Reliance) ne respectait pas sa part du contrat.

«Quelles seront les sanctions qui peuvent être imposées si le partenaire de compensation ne parvient pas à réaliser la production conformément à l’accord…. Après tout, c’est dans l’intérêt du pays», a déclaré le juge Joseph.

Le responsable a simplement déclaré qu’en vertu de cet accord, Dassault pouvait punir le partenaire compensateur et que c’était la société française qui était tenue de respecter les termes de l’accord avec l’Inde.

Le juge Joseph a déclaré: «Les termes du contrat de compensation auraient dû faire partie de l’accord.» Interrogé par ce journal, Shourie a déclaré qu’il ne se souvenait pas si le contrat avec Bofors incluait une garantie souveraine du gouvernement suédois. « C’est une affaire très ancienne, je ne me souviens pas s’il existait une garantie souveraine à cette époque », a-t-il déclaré.

(Reportage supplémentaire par notre envoyé spécial à New Delhi)

Balaji à New Delhi

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Telegraph

La France n’a pas donné de garantie souveraine à l’Inde dans le cadre de l’accord Rafale: déclare le gouvernement à la CS

La cour suprême a réservé son ordonnance sur les moyens visant à obtenir une enquête de CBI sur les prétendues irrégularités dans l’accord de plusieurs milliards sur 36 avions de chasse Rafale avec la France

Le gouvernement a déclaré mercredi à la Cour suprême qu’aucune « garantie souveraine » n’avait été donnée par le gouvernement français sur l’accord relatif à l’acquisition de 36 avions de combat Rafale.

Le gouvernement français a toutefois donné à l’Inde une « lettre de réconfort » qui constituerait une « garantie gouvernementale » suffisante, a déclaré le procureur général KK Venugopal devant un tribunal composé du juge en chef Ranjan Gogoi et des juges S K Kaul et K M Joseph.

« Il n’y a pas de garantie souveraine, mais il y a une lettre de réconfort de la France datée du 25 septembre 2015 qui dit que s’il y avait des exigences, elles s’en occuperaient (France) », a déclaré Venugopal au banc.

L’avocat Prashant Bhushan a soulevé la question de l’absence de garantie de la souveraineté, qui a déposé une requête devant le tribunal suprême avec les anciens combattants du BJP, Yashwant Sinha et Arun Shourie sollicitant une enquête de la CBI sous la surveillance d’un tribunal pour l’infraction présumée dans l’affaire Rafale

Bhushan a affirmé devant le tribunal que le ministère du Droit de l’Union avait soulevé deux problèmes – l’absence de garantie souveraine de la France et la clause d’arbitrage international prévue par l’IGA, selon laquelle le siège de l’arbitrage serait à Genève – mais malgré cela, le gouvernement a procédé avec le deal.

Prenant note des observations de Bhushan, le tribunal a demandé à Venugopal de clarifier ces aspects.

« Vous pouvez quitter l’aspect de l’arbitrage mais nous avons besoin que vous clarifiiez votre position sur la garantie souveraine par la France », a déclaré le banc à la procureure générale.

Bhushan a allégué que le gouvernement avait évité les préoccupations exprimées par le ministère de la Justice, car l’Union indienne avait déboursé beaucoup d’argent, mais rien ne garantissait que les avions soient livrés.

La Cour suprême a réservé son ordonnance sur les moyens visant à obtenir une enquête de CBI sur les prétendues irrégularités dans l’accord de plusieurs milliards sur 36 avions de chasse Rafale avec la France.

L’Inde a signé avec la France un accord portant sur l’achat de 36 avions de chasse Rafale volants dans le cadre du processus de modernisation du matériel de la Force aérienne indienne. Le coût de la transaction est estimé à 580 milliards de roupies.

Le Rafale est un avion de combat bimoteur moyen multi-rôle (MMRCA) fabriqué par la société aérospatiale française Dassault Aviation.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Business Standard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :