A la Une

La vie dans la peur: selon un rapport, au Yémen, 1 décès sur 3 frappes de drones des Etats-Unis d’Amérique sont des civils, y compris des enfants

Un drone MQ-9 Reaper de l’armée de l’air des Etats-Unis d’Amérique (USAF) © Reuters / Handout via USAF

Les bombardements perpétrés par la coalition dirigée par les Saoudiens ont peut-être dévasté le Yémen, mais le pays fait face à une autre menace meurtrière dans le ciel – les drones américains. Un tiers des personnes tuées par eux en 2018 étaient des civils, y compris des enfants, selon un rapport.

« Nous vivons dans la peur. Les drones ne quittent pas le ciel », a déclaré un agriculteur, décrivant le jour où deux de ses proches ont été tués lors d’une frappe de drone des Etats-Unis d’Amérique. Son témoignage est l’un des nombreux témoignages rapportés dans un nouveau rapport d’Associated Press sur le nombre croissant de victimes civiles causées par la guerre de drones menée par les États-Unis d’Amérique contre la franchise yéménite d’Al-Qaïda.

Il est difficile de recueillir un nombre officiel de victimes civiles causées par des frappes de drones des Etats-Unis d’Amérique – en raison de l’impossibilité de confirmer des identités ou des allégeances -, selon les estimations d’AP, un tiers des personnes tuées jusqu’à présent en 2018, soit une trentaine de personnes, n’étaient pas membres du groupe terroriste. Quelque 215 civils ont été tués par des drones depuis le début de la campagne en 2002, selon le Bureau of Investigative Journalism.

Plusieurs frappes de drones ont tué plusieurs personnes dans une même famille, comme ce fut le cas en janvier 2018 lorsqu’une voiture remplie de civils à la recherche d’un garçon égaré a été frappée par un drone des Etats-Unis d’Amérique. Sept personnes ont été tuées dans la frappe, dont cinq membres de la famille du garçon.

Dans une interview avec RT, Saleh Farag, l’oncle du garçon, a affiché des images du véhicule carbonisé et a déclaré: « C’est un drone-missile qui les a tués. »

Un autre incident documenté par AP et confirmé par des militants locaux des droits de l’homme a relaté comment un berger de 14 ans et un ouvrier du bâtiment qui passaient, avaient été tués dans une frappe de drone. La région où ils ont été tués se trouvait à plusieurs kilomètres de l’endroit où Al-Qaïda avait précédemment tenté de s’emparer d’un point de contrôle.

https://www.rt.com/news/444308-us-drone-casualties-civilians/video/5befdfaddda4c88a078b462f

Se déchainant sous Trump

La campagne de Washington visant à supprimer la branche, mieux connue sous le nom d’Al-Qaeda dans la péninsule arabique ou AQAP, est en cours depuis 2002. Cependant, la campagne a été turbo-chargée ces dernières années.

À l’approche de la fin de sa deuxième année de mandat, le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a supervisé 176 frappes de drones, déjouant déjà les 154 opérations menées pendant toute l’administration Obama, selon les chiffres de l’AP. Selon les données de TBIJ, il y a eu plus de 100 frappes seulement en 2017, plusieurs fois plus que toute autre année depuis le début de la campagne de drones.

La chasse à la tête d’Al-Qaïda dans la région a entraîné la mort de 66 civils au cours de deux frappes en 2009 et 2017, dont 31 enfants.

Les frappes de drones sont menées par des membres de l’US Air Force, très éloignés des zones de massacres dans des consoles isolées situées aux États-Unis d’Amérique, bien que la décision finale de donner un ordre de mise à mort soit prise par des officiers supérieurs.

Souvent épuisées par des quarts de travail de 11 à 14 heures, les équipes de drones ont régulièrement confondu des civils avec des objectifs militaires en jugeant mal les « exemples de comportements suspects » sur leurs écrans. Une punition grave pour de telles erreurs est toutefois inexistante.

Brandon Bryant, un ancien opérateur de drones des Etats-Unis d’Amérique, a déclaré à RT: « Personne ne se tient mutuellement responsable. Si quelqu’un se trompe, il se tape une tape sur le poignet et tout va bien. »

‘Le truc des cauchemars’

Alors que le nombre de victimes civiles aux mains de drones des Etats-Unis d’Amérique est préoccupant et peu surveillé, il est dérisoire comparé au carnage et à la destruction provoqués par l’intervention menée par les Saoudiens et soutenue par les États-Unis d’Amérique dans la guerre civile au Yémen.

Depuis que les combats ont éclaté en 2015 après que les rebelles houthis se soient soulevés contre le gouvernement, plus de 57 000 personnes civiles et combattantes ont été tuées.

La famine et la maladie, exaspérées par un blocus de l’aide mené par l’Arabie saoudite dans la ville portuaire de Hodeidah, contrôlée par les Houthis, menacent des millions d’autres personnes. La situation est décrite par le chef du Programme alimentaire mondial des Nations Unies comme une « catastrophe » et « un cauchemar ».

LISEZ PLUS: Les enfants affamés font face à un «risque de mort imminent» en raison de l’assaut saoudien contre une ville yéménite, avertit l’UNICEF

Soutenant le gouvernement yéménite assiégé, la guerre aérienne menée par la coalition saoudienne contre les Houthis est de plus en plus surveillée par les médias occidentaux, pour leurs attaques continues sur des cibles et des infrastructures civiles.

En conséquence, le soutien des Etats-Unis d’Amérique et du Royaume-Uni à la coalition, sous forme de formation, de collecte de renseignements, de ravitaillement en carburant des bombardiers de la coalition et de vente d’armes, est devenu la cible d’un scandale accru.

Cependant, ni Washington ni Londres ne prévoient de mettre un terme à leurs accords lucratifs sur les armes avec Riyad et les autres membres de la coalition.

Vous aimez cet article? Partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Les Houthis du Yémen sont prêts pour un cessez-le-feu plus large si la « coalition dirigée par les Saoudiens veut la paix »

© AP Photo / Hani Mohammed

Le mouvement houthi du Yémen a annoncé qu’il était prêt pour un cessez-le-feu plus large si « la coalition dirigée par l’Arabie saoudite veut la paix ».

Le groupe houthi a déclaré dimanche qu’il mettait fin aux frappes contre l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et leurs alliés yéménites, a rapporté l’agence Reuters.

Le Yémen est en état de guerre civile depuis fin 2014, lorsque la milice chiite houthie a renversé le gouvernement du président Abdrabbuh Mansur Hadi. En mars 2015, l’Arabie saoudite et une coalition d’États principalement du golfe Persique ont commencé des opérations visant à rétablir le gouvernement Hadi.

LISEZ PLUS: Les républicains éliminent la résolution de la guerre anti-Yémen avec Wolf Bill

Selon les chiffres des Nations Unies, plus de 14 millions de Yéménites sont actuellement dans une situation de pré-famine. À la fin de l’année dernière, l’organisation britannique Save the Children, basée au Royaume-Uni, a estimé que plus de 50 000 enfants yéménites sont morts de faim en 2017.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :