A la Une

La Chine en Afrique: un mariage d’intérêts de plus en plus difficile

Le chemin de fer Standard Gauge Railway, financé à 3,2 milliards de dollars par la Chine, est le plus grand projet d’infrastructure post-indépendance du Kenya. AFP

Alors que les gouvernements sont heureux d’être séduits par des prêts de plusieurs milliards de dollars et des investissements d’infrastructure à grande échelle, les sentiments dans la rue sont moins chaleureux

À la fin du mois dernier à Nairobi, Li Xuhang, ambassadeur de Chine au Kenya, a menacé de déclencher une guerre commerciale avec le pays de l’Afrique de l’Est. Cette décision a été prise à la suite d’un appel du président du Kenya, Uhuru Kenyatta, visant à mettre un terme aux importations de tilapia chinois, qui, selon lui, inondait le marché et nuirait à l’industrie de la pêche locale. Le gouvernement chinois a réagi avec colère, affirmant qu’il imposerait ses propres sanctions au Kenya. Il a également averti qu’il risquait de se retirer du financement pour la phase deux du Standard Gauge Railway (SGR), qui reliera Nairobi à Mombasa, le principal port du Kenya dans l’océan Indien. La SGR a été financée par la République populaire et, pour un coût estimé à 3,2 milliards de dollars, est le projet d’infrastructure le plus coûteux au Kenya après l’indépendance.

Après quelques jours, la rhétorique se refroidit. L’interdiction du tilapia a été maintenue, mais la Chine a réitéré sa menace de représailles, affirmant que son partenariat stratégique avec le Kenya ne serait pas affecté et qu’elle « n’associerait même pas la question de l’importation de poisson à d’autres projets de coopération ». Elle a également promis qu’elle continuerait à payer l’addition du SRG. Cependant, ces événements illustrent une tension croissante dans les relations sino-africaines.

Ces dernières années, la Chine a proposé aux dirigeants africains un menu appétissant: prêts, aide au développement et financement d’infrastructures, en échange d’un accès aux abondantes ressources naturelles et aux marchés émergents du continent. Par exemple, dans le cadre de son initiative «Ceinture et routes», la Chine a financé une voie ferrée de 4 milliards de dollars reliant l’Éthiopie qui n’a pas de littoral au port de Djibouti, où elle a également ouvert la première phase d’un projet de 3,5 milliards de dollars visant à créer la plus grande zone de libre-échange de l’Afrique. En Zambie, elle construit actuellement une cimenterie d’une valeur de 548 millions de dollars.

La politique étrangère de la Chine étant fondée sur le principe de non-ingérence dans les affaires souveraines d’autres nations, cet investissement est venu – commodément pour de nombreux dirigeants africains – sans conditions ni critiques sur les questions de démocratie et de droits de l’homme.

Alors que le rôle de la Chine en Afrique a mûri, les résultats de ses investissements ont commencé à être visibles. Parmi les réussites, citons des projets à moitié terminés, tels qu’une ville fantôme largement rapportée en Angola, des dommages environnementaux et une dette en flèche. Le projet de chemin de fer éthiopien a dépassé de 30% le budget. Alors qu’il devait initialement être remboursé dans 10 ans, la Chine a accepté en septembre de prolonger le calendrier de remboursement à 30 ans. À présent, à travers le continent, on craint de plus en plus que les pays africains vendent leurs âmes à la Chine.

Ces derniers mois, la Chine a été confrontée à une réaction grandissante – non pas de la part des gouvernements, mais des simples citoyens. Nulle part n’a été aussi évident que le Kenya, qui doit 72% de ses dettes bilatérales à la Chine. La société civile kényane est dynamique et ses médias fonctionnent sans entrave. Les manchettes ont critiqué le rôle de la Chine dans les affaires nationales et des cas de mauvais traitements infligés à des travailleurs kényans dans le cadre du projet SGR ont émergé. En septembre, les autorités kényanes ont arrêté un homme d’affaires chinois après la diffusion en ligne d’une vidéo appelant M. Kenyatta «un singe». La communauté des médias sociaux du pays a été incandescente à l’égard de toutes ces questions.

Dans la Zambie productrice de cuivre, pays lourdement endetté vis-à-vis de Pékin, la Chine a été accusée de recourir à des prêts pour créer des ouvertures au sein d’organismes gérés par le gouvernement, tels que la société nationale d’électricité et le radiodiffuseur d’État. Le gouvernement zambien a nié ces accusations, mais cela n’a pas empêché les manifestants de descendre dans les rues de Lusaka en septembre. Certains portaient des tee-shirts portant le slogan «sayno2china»; un homme portait une banderole portant l’inscription «Chine = Hitler».

De telles expressions de dissidence font suite à une réunion de centaines de personnes en Ouganda l’année dernière. Des membres de la foule ont exprimé leur fureur devant l’afflux d’investisseurs chinois arrivés dans le pays en tant qu’investisseurs majeurs. Ils ont ensuite décidé de s’installer en tant que petits commerçants, minant ainsi les entreprises locales.

Ces tensions sont venues à un moment important. En septembre de cette année, 53 dirigeants africains se sont réunis à Pékin pour le septième Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), où le président Xi Jinping a dévoilé un nouvel engagement de financement de 60 milliards de dollars pour le continent.

Beaucoup ont décrit la relation entre la Chine et l’Afrique comme néo-coloniale, mais c’est une stratégie tout à fait contemporaine. Il n’est pas clair non plus qu’il s’agisse d’un enchevêtrement dans lequel les pays africains doivent s’engager pour se développer. Ce qui est vrai, c’est que les Etats-Unis d’Amérique et les anciennes puissances coloniales sont mécontents d’avoir manqué le bateau en Afrique. Pendant de nombreuses années, l’Occident a défini l’Afrique comme un lieu de guerre, de famine et de maladie. La Chine a toutefois vu le potentiel: en plus de ses ressources naturelles, l’Afrique est le continent qui connaît la croissance la plus rapide au monde et présente une «poussée de jeunesse» qui pourrait rapporter d’importants dividendes à l’avenir.

En janvier dernier, j’étais en Gambie lorsque le président des États-Unis d’Amérique, Donald Trump, a fait la une des journaux en décrivant les nations africaines comme des «S*** holes». Ce commentaire scandaleux a clairement souligné l’attitude des États-Unis d’Amérique à l’égard de l’Afrique. L’administration Trump reconnaît maintenant que de tels points de vue et les décisions de réduire l’USAID sont des actes de destruction massive, et que l’Afrique est en fait un théâtre important pour les intérêts des Etats-Unis d’Amérique.

Ces derniers mois, M. Trump a vivement critiqué le bilan de son prédécesseur Barack Obama en Afrique. À la suite de la réunion du Focac, les États-Unis d’Amérique ont déclaré qu’ils contreraient l’influence de la Chine en doublant son financement sur le continent. Il est également prévu d’inciter l’Overseas Private Investment Corporation à s’impliquer dans des projets commerciaux et d’infrastructure en Afrique.

Malgré tout, ces dernières ouvertures ne sont rien en comparaison de ce que la Chine a apporté à la table. En parcourant Nairobi – ou même Dakar, Johannesburg ou Addis-Abeba – il est clair que l’Afrique est en train de basculer dans une ère post-occidentale. À certains égards, la Chine cherche toujours le type de superpuissance qu’elle veut être: un investisseur mondial, un investisseur dédié à la promotion de ses propres intérêts géostratégiques, ou une combinaison des deux. L’Occident conserve un énorme avantage en termes de pouvoir discret – les jeunes de Lagos imitent le style de rue new-yorkais, le hip-hop des Etats-Unis d’Amérique est omniprésent et le visage de M. Obama orne toujours les vieux bus en ruine dans les bidonvilles de Nairobi – mais il y a des limites à cela.

De nombreux dirigeants africains sont manifestement heureux d’être accueillis par la Chine, mais ces derniers mois ont montré que les sociétés civiles vibrantes et éloquentes du continent ne seraient pas forcées de se marier comme elles le souhaitaient. Si l’Afrique veut établir une relation équitable avec son dernier bienfaiteur, son meilleur espoir réside dans le désir de ses peuples de se forger enfin leur propre destin.

Ismail Einashe

Ismail Einashe est un journaliste basé à Londres et un boursier Dart Center Ochberg à la Columbia University Journalism School. Cet article a été soutenu par une subvention du Pulitzer Center on Crisis Reporting

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The National

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :