A la Une

Un conseiller de Trump reconnu coupable revendique être victime d’un piège du renseignement occidental

© AP Photo / Jacquelyn Martin

Les accusations se multiplient selon lesquelles le professeur mystérieux au cœur de la naissance de l’enquête du conseil spécial sur l’existence éventuelle d’une collusion entre les membres de la campagne Trump et la Fédération de Russie est lié aux agences de renseignement occidentales.

George Papadopoulos, qui était conseiller en politique étrangère pour la campagne Trump, s’est adressé sur Twitter pour donner sa version de l’histoire après avoir plaidé coupable d’avoir menti au FBI.

Mercredi, le journaliste du département de la justice de l’Associated Press a tweeté que l’équipe de Mueller avait remarqué les tweets de Papadopoulos. Le bureau du conseil spécial a répondu que Papadopoulos « avait fait diverses déclarations publiques qui semblaient aller à l’encontre de son acceptation déclarée de la responsabilité lors de la détermination de la peine ».

Papadopoulos n’a pas tweeté qu’il n’avait pas menti au FBI, le seul crime pour lequel il ait été accusé.

Eric Tucker @etuckerAP

Mueller’s team, like the rest of the planet, has caught notice of Papadaopoulos’ tweets. « Following the defendant’s sentencing, » they note, « he made a variety of public statements that appear to be inconsistent with his stated acceptance of responsibility at sentencing. »

En février, un mémorandum précédemment publié par les républicains au sein de la commission du renseignement de la Chambre révélait que Peter Strzok, agent du FBI en disgrâce, avait ouvert l’enquête sur la Russie en juillet 2016 après avoir été informé d’informations concernant Papadopoulos, contredisant le récit selon lequel elle aurait été lancée en réponse aux allégations contenues dans le tristement célèbre dossier Steele.

L’avocat spécial Robert Mueller a été chargé de l’enquête sur Strzok en mai 2017. Cinq mois plus tard, Papadopoulos était devenu la première personne à être mise en accusation.

Il a plaidé coupable à peine deux jours après son inculpation et a finalement été condamné à 14 jours de prison. Il n’a toujours pas servi cette heure, mais il est prévu de commencer à le faire lundi. Ses avocats ont demandé un report, mais le bureau de Mueller a affirmé mercredi qu’il essayait simplement de retarder son incarcération. Le bureau du conseil spécial a signalé des tweets critiques à l’égard de leur enquête, les opposant aux déclarations de remords qu’il avait formulées à propos de son plaidoyer de culpabilité.

Avant d’aller en prison, il semble que l’ancien conseiller en politique étrangère du candidat à l’élection présidentielle, Donald Trump, ait des choses à dire. Parmi elles, se trouve une rencontre avec le mystérieux universitaire Joseph Mifsud, avec qui il avait été en contact et plus tard menti au FBI, n’est pas un agent de renseignement russe, comme le prétendent les médias mainstream.

« C’était un renseignement occidental envoyé pour piéger et inventer des mensonges », a tweeté Papadopoulos mercredi.

Mifsud aurait déclaré à Papadopoulos que les Russes avaient « sali » Hillary Clinton sous la forme de « milliers » de courriels.

Papadopoulos se serait vanté de la prétendue poussière d’un certain Alexander Downer en buvant dans un bar à vin chic de Londres. Downer est le haut-commissaire australien au Royaume-Uni. Après que WikiLeaks ait commencé à publier des courriers électroniques provenant du Comité national démocrate (DNC) en juin 2016, il a rapporté les remarques de Papadopoulos au FBI, incitant Strzok à lancer ce qui allait devenir plus tard « l’enquête Mueller ».

Assange Defence @AssangeDefence

2/ Misfud worked in Riyadh for a « think tank » run by the former head of Saudi intelligence, Prince Turki al Faisal. (BBC) http://archive.is/minut#selection-1597.0-1597.147 

Assange Defence @AssangeDefence

3/ Misfud and Claire Smith of the UK Joint Intelligence Committee and eight year member of the UK Security Vetting panel both trained Italian security services at the Link university in Rome and appear to be both present in this phone http://archive.is/YX9jq#selection-341.263-347.99  pic.twitter.com/xtaGEiZxQG

« Alexander Downer n’était pas [représentant] de l’Australie », a mystérieusement tweeté Papadopoulos mercredi.

Mifsud a été déclaré « manquant » et peut-être « décédé » par la DNC lors d’un procès intenté devant le tribunal pour son procès contre la Fédération de Russie. La plupart du temps, Mifsud a pu éviter les projecteurs depuis le début de l’enquête et a passé de longues périodes sans avoir été vue publiquement.

Bien que Papadopoulos ait rejeté l’idée que Mifsud soit un agent russe, il est fréquemment allégué dans les médias que cet universitaire – l’ancien directeur de la London Academy of Diplomacy – est lié aux plus hauts échelons du gouvernement russe.

Talking Points Memo

@TPM

Mueller smacks down Papadopoulos attempt to avoid jail http://bit.ly/2TxjDk8 

View image on Twitter

Mifsud, dont la carrière universitaire a été qualifiée d’énigme par Quartz, a nié avec véhémence toute relation avec les services de renseignement russes.

En fait, Mifsud est ce qu’il y a de plus d’un agent russe qu’on puisse imaginer, puisqu’il a collaboré étroitement avec les services de renseignement occidentaux par le passé, a déclaré son avocat Stephan Roh au Daily Caller la semaine dernière.

Il a dit à son client de coopérer avec les autorités américaines, mais Mifsud lui avait dit qu’il avait reçu l’ordre de laisser tomber jusqu’à ce que Mueller ait terminé l’enquête sur la Russie, a déclaré Roh au Daily Caller. Il n’est pas clair qui a demandé à Mifsud de garder la tête basse, sinon son avocat.

Roh a déclaré au même point de vente en septembre, quelques jours à peine après que la DNC eut déclaré que Mifsud était peut-être mort, qu’il n’était pas mort mais vivait sous une fausse identité.

George Papadopoulos @GeorgePapa19

Can’t forget this: Joseph Mifsud was on Khashoogi’s payroll. This was no ordinary “journalist,” just like Mifsud was no ordinary “academic.” That Mifsud-Khashoogi connection is much deeper than many realize. I witnessed it in London.

Mifsud a également présenté Papadopoulos à une femme que le conseiller Trump a ensuite revendiquée dans des courriels de campagne était « la nièce de Poutine ». Cette femme, qui n’est en fait pas la nièce du président russe Vladimir Poutine, s’appelle Olga Vinogradova, selon Politico. Vinogradova aurait offert des rencontres avec de hauts responsables russes.

« La nièce de Poutine est une contrefaçon », a déclaré mercredi Papadopoulos sur Twitter.

Lorsqu’on lui a posé des questions à ce sujet en novembre 2017, Mifsud a déclaré au journal italien Repubblica que Vinogradova n’était « qu’une étudiante, une très belle étudiante ». L’intérêt de Papadopoulos pour Vinogradova était « très différent de celui d’un universitaire », a-t-il déclaré.

Papadopoulos est allé encore plus loin que de simplement appeler Mifsud un espion sur Twitter, affirmant que Mifsud était sur la « masse salariale » du journaliste saoudien assassiné Jamal Khashoggi, appelant le journaliste et universitaire non « ordinaire » dans leurs domaines. Certains ont émis l’hypothèse que Khashoggi aurait pu être un atout de la CIA, mais sans preuve tangible, l’allégation reste la même: une allégation.

George Papadopoulos @GeorgePapa19

In January 2017 it was unbeknownst to every American, especially me that:

1) Joseph Mifsud is no Russian agent. He was western intelligence sent to entrap and make up lies.

2) “Putin’s niece” is a fake

3) Alexander Downer was not repping Australia

America deserves the truth

Pendant son séjour à Riyad, Mifsud a travaillé pour un groupe de réflexion dirigé par l’ancien chef des services de renseignement saoudiens, le prince Turki al Faisal, et a même présenté un ancien agent de la CIA lors d’un séminaire.

L’année dernière, Mifsud avait déclaré à Repubblica qu’il était un membre « de gauche » du Conseil européen des relations extérieures. « Vous savez quelle est la seule fondation dont je suis membre? La Fondation Clinton », a-t-il déclaré.

Auparavant, les relations de Mifsud avec les services de renseignement occidentaux avaient déjà été examinées lorsqu’une photo de lui-même apparaissait à ses côtés, aux côtés d’une responsable du Comité du renseignement commun du Royaume-Uni, Claire Smith, lors d’un événement de formation destiné aux militaires et à la police. Smith était à l’époque membre du comité d’appel de la sécurité du bureau du cabinet britannique, chargé de filtrer les candidats des communautés du renseignement britanniques. Il est donc difficile de l’imaginer en train de travailler sur un événement avec un espion russe.

Smith a prononcé des discours dans au moins deux universités où Mifsud était employé.

Mifsud a également été photographié aux côtés de l’ancien ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, Boris Johnson, et de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Tobias Ellwood. La photo avec l’ancien ministre des Affaires étrangères a été prise en octobre 2017; Mifsud avait été mentionné dans les journaux comme un atout des services de renseignement russes presque un an auparavant.

George Papadopoulos @GeorgePapa19

America: I implore you to reach out to your members of congress and demand declassification of FISA abuse. The British and Australians were actively seeking to undermine Trump and his associates in 2015-2016-2017. I lived this.

Ben Riley-Smith

@benrileysmith

NEW: Britain’s spy chiefs are secretly battling Trump to stop classified info from the Russia probe being released. @Telegraph has talked to a dozen+ UK/US officials about the row. Full details in paper tomorrow, a summary thread below.https://www.telegraph.co.uk/news/2018/11/21/exc-mi6-battling-donald-trump-release-classified-russia-probe/ 

Dans un courriel visionné par les journalistes pour l’Observer, dont la date est incertaine, Mifsud a dit à un collègue qu’il allait parler du Brexit avec Johnson avant un événement auquel il s’est avéré être un conférencier invité. Le Foreign Office a nié savoir qui était Mifsud.

Pendant ce temps, Alexander Downer, le responsable australien, entretient également des liens avec les services de renseignement occidentaux. Il est membre du conseil consultatif de Hakluyt & Co., une firme de recherche d’opposition fondée par trois anciens espions britanniques « dans le but de fournir le type de recherche par ailleurs inaccessible pour laquelle certains gouvernements et certaines sociétés du Fortune 500 versent des sommes énormes », a rapporté PoliZette.

Henry Williams du Bureau of Investigative Journalism a qualifié la société de « maison de retraite pour anciens officiers du MI6 ».

Les dirigeants de Hakluyt & Co. ont fait don de plusieurs milliers à la campagne présidentielle de Clinton. La société a «des liens politiques et financiers importants» avec elle, a rapporté PoliZette. Downer a également aidé à obtenir de l’Australie une aide de 25 millions de dollars à la Clinton Foundation pour lutter contre le sida.

Papadopoulos a tweeté mercredi que son objectif était de « révéler la corruption de cette ‘enquête’ à la vue du monde ».

« Tout doit être exposé », écrit-il.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :