A la Une

Plus de 50 personnes hospitalisées à Alep en Syrie après que des militants aient pilonné une ville avec du gaz toxique – les rapports

© YouTube / SANA News Agency

Au moins 50 résidents des quartiers syriens d’Alep ont été traités pour des symptômes d’empoisonnement au gaz toxique, après que des militants aient attaqué la zone résidentielle avec des munitions remplies de gaz, ont rapporté les médias syriens.

Les quartiers d’Al-Khalidiye et d’Al Zahraa, ainsi que la rue du Nil, ont été visés par des tirs de roquettes samedi soir, a rapporté l’agence de presse syrienne SANA. Les munitions utilisées par les rebelles ont été manipulées avec du gaz toxique, provoquant l’asphyxie de dizaines de civils, a déclaré l’agence.

Selon les autorités médicales, la substance dangereuse a déjà été identifiée comme étant du chlore.

Le chef du département de la santé de la ville syrienne d’Alep, Ziad Haj Taha, a annoncé que 50 personnes avaient été conduites dans deux hôpitaux d’Alep après le bombardement, soulignant que le nombre de blessés allait probablement augmenter.

« Les services ambulanciers continuent de fournir une assistance aux victimes de l’utilisation de gaz toxiques par des groupes terroristes, vraisemblablement du chlore », a déclaré Taha à l’agence de presse russe Sputnik.

Le chlore, utilisé pour la première fois comme arme lors de la Première Guerre mondiale, peut causer des dommages durables pour la santé et peut être fatal à des niveaux d’exposition élevés.

Des enfants et des femmes seraient parmi les victimes de l’attaque.

Les forces armées syriennes ont riposté, prenant pour cible les positions des militants situés au nord d’Alep, a rapporté un correspondant de la SANA, ajoutant qu’ils semblaient avoir subi de lourdes pertes.

LIRE PLUS: «Livré au chlore»: des militants d’Idlib «préparent une attaque sous faux drapeau» dans un village syrien – Ministère de la défense russe

« L’armée syrienne a réagi au bombardement de militants, attaquant les positions à partir desquelles ils avaient été pilonnés, les militants ont subi des pertes considérables », a confirmé une source de l’armée syrienne sur l’attaque en représailles à Sputnik.

SANA a publié une vidéo montrant des victimes présumées de l’attaque portant des masques à oxygène pendant leur traitement dans un hôpital d’Alep.

Moscou a à plusieurs reprises accusé des rebelles anti-gouvernementaux d’avoir planifié une attaque à l’arme chimique dans le but possible de rejeter la responsabilité sur Damas. Le mois dernier, le ministère russe de la Défense a annoncé qu’un groupe islamiste radical affilié à l’Etat islamique (EI, IS, ex-ISIS / ISIL) s’était emparé de deux bidons remplis de chlore après une descente au siège du groupe rival Jabhat al-Nusra [rebaptisé Hayat Tahrir]. Al-Sham].

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Le nombre de blessés lors du pilonnage du chlore à Alep s’élève à 65 – Rapports

© Sputnik /

DAMAS – Le nombre de civils blessés lors de l’attaque par des militants munis d’obus remplis de chlore dans les quartiers résidentiels d’Alep en Syrie a atteint 65 personnes, a rapporté dimanche le journal syrien al-Watan.

Des sources à l’hôpital ar-Razi, ont déclaré au journal que 21 blessés sont arrivés à l’institution médicale, à minuit heure locale (samedi), tous ont été hospitalisés à l’unité de soins intensifs.

L’hôpital universitaire d’Alep a reçu 44 victimes qui ont des difficultés à respirer en raison de l’exposition à des gaz, vraisemblablement un empoisonnement, selon le journal.

Le chef du département de la santé de la ville syrienne d’Alep, Ziad Haj Taha, a annoncé précédemment que 25 blessés avaient été hospitalisés à l’hôpital ar-Razi et 25 autres à l’hôpital universitaire d’Alep. Au même moment, la chaîne de télévision libanaise Al Mayadeen a fait état d’une centaine de blessés au cours de l’attaque.

Samedi, des militants de groupes terroristes ont tiré des obus remplis de chlore sur les quartiers d’Al-Khalidiye et Al Zahraa, ainsi que sur la rue du Nil. Au moins quatre enfants ont été hospitalisés pour asphyxie et autres symptômes typiques d’empoisonnement.

La ville d’Alep a été libérée par les troupes du gouvernement syrien de groupes militants et terroristes en 2016, mais les militants continuent de bombarder la ville de leurs positions dans la banlieue d’Alep.

Le 27 octobre, le major général Igor Konashenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a déclaré que les terroristes du Parti islamique du Turkestan avaient transféré 20 chars contenant chacun 10 litres de chlore en Syrie pour des provocations.

DÉTAILS À SUIVRE

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

REGARDER à Damas des civils syriens échangés contre des militants dans le cadre du protocole de négociations avec Astana

© AFP 2018 / STRINGER

MOSCOU – Le ministère russe de la Défense a publié samedi une vidéo sur sa chaîne YouTube montrant un échange de militants capturés dans la région d’Alep contre des otages précédemment détenus par des groupes armés illégaux.

La vidéo de 45 secondes montre comment s’est déroulé l’échange de prisonniers. Un convoi de voitures a suivi sous la supervision des camps iranien et turc, ainsi que du Croissant-Rouge arabe syrien. Des femmes et des personnes âgées faisaient partie des otages libérés. Ils étaient heureux et ont commenté les journalistes.

Plus tôt samedi, le chef du centre de la réconciliation syrienne au ministère russe de la Défense, le général Sergei Solomatin, a déclaré que l’opposition armée et les autorités syriennes ont échangé 10 citoyens syriens détenus par des formations armées illégales contre 10 militants dans le cadre de la mise en œuvre des accords conclus les pourparlers à Astana.

LIRE AUSSI: L’opposition armée syrienne et Damas échangent leurs otages près d’Alep – Ministère de la Défense russe

Il a également ajouté que l’échange avait été organisé avec la participation de représentants du ministère russe de la Défense au groupe de travail fonctionnant sous le format Astana des pourparlers de réconciliation syriens.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Le ministère russe de la Défense confirme l’utilisation de chlore dans l’attaque d’Alep, dépêche une équipe de chimie militaire

Ministry of defence of the Russian Federation

MOSCOU – Des chimistes de l’armée russe sont arrivés dans la ville syrienne d’Alep, au cours de laquelle des militants ont tiré des obus contenant des agents empoisonnés samedi, a déclaré dimanche aux médias le porte-parole du ministère russe de la Défense, le Général Igor Konashenkov.

«Des groupes des postes d’observation des unités de protection radiologique, chimique et biologique avec des équipements spéciaux stationnés en Syrie sont arrivés dans la zone des bombardements. Ils travaillent avec les blessés dans des établissements médicaux, surveillent la situation dans la région où les militants ont utilisé des substances toxiques», a déclaré Konashenkov.

Les symptômes des blessés montrent que les obus étaient probablement remplis de chlore, a-t-il ajouté.

« Selon des données préliminaires confirmées, en particulier d’après les symptômes des victimes empoisonnées, les obus qui ont été tirés dans les quartiers résidentiels d’Alep étaient remplis de chlore », a déclaré le porte-parole.

Il a souligné que la partie russe avait auparavant attiré l’attention sur le fait que l’organisation des Casques blancs avait tenté d’organiser des provocations à l’aide d’agents chimiques dans la zone démilitarisée autour d’Idlib afin d’accuser les forces gouvernementales d’utiliser des armes chimiques contre la population locale.

« Il est clair que les Casques blancs sont directement liés aux organisations terroristes opérant en Syrie, et en particulier dans la zone de désescalade d’Idlib », a-t-il déclaré.

Les spécialistes russes surveillent de près la situation autour de la zone de désescalade d’Idlib, dont la partie turque est responsable, a déclaré Konashenkov.

Selon les informations du Centre de réconciliation syrienne du ministère russe de la Défense, samedi, à 21 h 50, des groupes terroristes situés dans la zone de désescalade d’Idlib ont tiré des obus de 120 millimètres sur les districts du nord-ouest d’Alep depuis le sud-est de la zone démilitarisée (près de le village d’Al-Buraykat, contrôlé par les militants de Hayat Tahrir Ash-Sham, ancien Front Nusra).

Des obus remplis de substances toxiques ont explosé dans la zone de la rue du Nil au quartier d’Al-Khalidia.

« À la suite du bombardement, 46 personnes, dont 8 enfants, ont reçu des dommages par produits chimiques. Toutes les victimes ont été conduites dans des établissements médicaux de la ville d’Alep, où elles ont reçu une assistance médicale », a déclaré M. Konashenkov.

Auparavant, Konashenkov avait annoncé que six véhicules spéciaux de reconnaissance radiologique, chimique et biologique avaient été déployés dans des postes d’observation russes situés à proximité immédiate de la zone démilitarisée de la province d’Idlib, qui procéderaient régulièrement à une évaluation des conditions radiologiques, chimiques et biologiques. .

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Ankara transfère en Turquie des militants à partir d’Idlib de Syrie – Rapports

© AP Photo /

DAMAS – Les noms spécifiques des groupes, auxquels appartiennent les militants, ne sont pas indiqués par le journal syrien pro-gouvernemental al-Watan.

Selon al-Watan, l’armée turque a transporté un nombre important de militants de la zone démilitarisée de la province syrienne d’Idlib vers un camp de tentes situé dans la ville turque de Nusaybin, à la frontière des deux pays, a rapporté al-Watan samedi, citant des sources locales.

Le 17 septembre, le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont convenu lors de pourparlers dans la ville balnéaire de Sotchi de créer une zone démilitarisée à Idlib le long de la ligne de contact de l’opposition armée et des forces gouvernementales.

L’agence de presse Anadolu a rapporté samedi que le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, et son homologue turc, Hulusi Akar, avaient discuté des derniers développements dans la province d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie, et dans la ville de Tal Rifaat, située dans la province voisine d’Alep.

LIRE AUSSI: Il est prématuré de parler de réconciliation à Idlib, situation reste fragile – Ministre

Les deux ministres auraient discuté des mesures techniques et tactiques à prendre pour assurer la sécurité en Syrie, dans le cadre de l’accord de Sotchi.

Le ministère russe des Affaires étrangères a toutefois déclaré jeudi que des difficultés subsistaient pour la création d’une zone démilitarisée à Idlib. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré vendredi à la chaîne de télévision CNN Turk qu’Ankara ne voyait aucune difficulté avec le retrait des armes lourdes à Idlib.

La province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, est le dernier bastion des groupes terroristes opérant dans le pays, notamment Jabhat al-Nusra, qui s’est uni à quatre autres groupes djihadistes à Idlib pour former une alliance terroriste appelée Hayat Tahrir al-Sham, largement considérée comme la force dominante sur le terrain dans la province.

LIRE PLUS: La zone de désescalade d’Idlib a permis d’éviter de nombreuses victimes – Sous-ministre russe des Finances

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :