A la Une

Cinq éléments clés du conflit russo-ukrainien

Photo AP / Alexander Shulman

Le conflit naval de ce week-end entre la Russie et l’Ukraine n’a pas été un développement soudain. La pression monte depuis longtemps entre les deux nations, sans doute avant même que l’Ukraine ne se sépare de l’Union soviétique en désintégration en 1991.

Vous trouverez ci-dessous les facteurs clés d’un conflit qui s’approche dangereusement d’un affrontement militaire majeur.

Le schisme orthodoxe: le bourdonnement sous la surface du conflit Russie-Ukraine est un schisme de la foi orthodoxe. Les observateurs occidentaux sous-estiment souvent l’importance de la religion pour le succès politique du président russe Vladimir Poutine. Les hauts responsables de Poutine, qui ne sont même pas chrétiens, tiennent à se faire photographier dans des lieux emblématiques pour renforcer le lien entre l’église orthodoxe et le gouvernement russe. La mythologie personnelle de Poutine comprend son enfance en tant que chrétien secret pendant la domination du communisme athée par la guerre froide.

Les Ukrainiens se sont longtemps plaints de ce que Poutine ait utilisé l’église orthodoxe comme un moyen de diffuser son influence à travers les anciennes républiques soviétiques. Les croyants ukrainiens ont remporté une grande victoire en octobre lorsque l’archevêque de Constantinople a défié le Kremlin et a autorisé l’Ukraine à établir une église indépendante pour la première fois en près de 250 ans.

Le Président ukrainien, Petro Porochenko, a salué cette décision comme un coup porté aux «illusions impériales et aux fantasmes chauvins de Moscou» et a explicitement lié l’établissement de l’église à la quête de l’Ukraine pour la sécurité de sa nation.

Les dirigeants orthodoxes russes ont dénoncé l’archevêque Bartholomé, mis en doute sa légitimité et affirmé leur refus de reconnaître l’église ukrainienne indépendante. Ils ont également suggéré que Bartholomew agissait en tant qu’agent de l’Amérique dans une mission visant à saper l’Autorité russe. L’église orthodoxe russe s’est rapidement déclarée hors de communion avec Constantinople, dont le siège est à présent appelé «Istanbul» par la plupart de ses habitants – Bien que Poutine ait ostensiblement utilisé l’ancien nom à un moment plus heureux de sa relation avec Mgr Bartholomew cette année, à la consternation du gouvernement turc.

L’essentiel est que le schisme orthodoxe compte parmi les événements les plus importants de l’histoire de la religion, vieille de 1500 ans, et que Kiev et Moscou en apprécient clairement les ramifications politiques. La perspective de perdre l’influence religieuse en Ukraine a peut-être amené la Russie à adopter une position plus agressive à l’égard de l’Ukraine. Il est également utile que les médias russes favorables au Kremlin attisent les craintes des «radicaux» ukrainiens attaquant ou saisissant des églises appartenant au patriarcat de Moscou.

La mer d’Azov: La mer d’Azov revêt une importance capitale pour l’Ukraine et pour tout plan russe visant à s’emparer des ports maritimes ukrainiens cruciaux de Marioupol et de Berdyansk. Les Russes ont peu à peu amassé la puissance navale dont ils auraient besoin pour une telle opération, tandis que l’Ukraine s’efforce de lutter contre son propre renforcement militaire.

La Russie et l’Ukraine ont signé en 2003 [11 ans avant le coup d’Etat soutenu par l’Occident perpétré contre le président élu Viktor Ianoukovitch. JDDM – MIRASTNEWS]un traité visant à rendre la mer d’Azov librement accessible au trafic commercial des deux pays, tout en limitant les activités militaires. Lors du choc naval de ce week-end, la Russie a affirmé que les navires ukrainiens n’avaient pas correctement informé les autorités russes de leur mouvement prévu, comme le prévoit le traité.

En octobre, la Russie s’est fermement opposée aux projets ukrainiens d’achat de navires excédentaires de la marine des Etats-Unis d’Amérique et d’entraînement avec les forces de l’OTAN dans la mer d’Azov, affirmant que de telles actions violeraient le traité de 2003. Le président ukrainien Porochenko a répondu à ces plaintes en déclarant: «Nous nous préparons à repousser l’agression russe de la mer dans la région de la mer d’Azov. La poudre doit rester prête.»

La Russie a averti en septembre que si Kiev prenait des mesures pour abroger le traité sur la mer d’Azov, cela entraînerait «des conséquences pour l’Ukraine et la Russie». L’Ukraine se plaint de violations du traité par la Russie depuis des années et a parfois adopté une législation qui mettrait fin au traité. L’une des théories qui sous-tendent les actions de la Russie ce week-end est que Moscou veut inciter Kiev à déclarer le traité mort pour que la Russie puisse prendre des mesures encore plus provocantes. [Une autre des théories est que les autorités ukrainiennes veulent instrumentaliser l’opposition contre la Russie pour ne jamais instaurer une vraie démocratie et rester et de ce fait, rester en état de guerre permanente pour pérenniser au pouvoir les mêmes putschistes, d’où une intensification de la formation militaire par l’Occident et en particulier la Grande-Bretagne, ainsi que les USA qui fournissent en plus du matériel militaire sophistiqué. JDDM – MIRASTNEWS.]

Le détroit de Kertch et la Crimée: La mer d’Azov se connecte à la mer Noire par un passage étroit appelé détroit de Kertch, qui se trouve être également la masse d’eau séparant la Crimée de la Russie. Après l’annexion de la Crimée par les Russes en 2014, ils ont rapidement entrepris de construire un pont sur le détroit de Kertch. C’est le pont qui apparaît dans de nombreuses photographies de la confrontation navale entre la Russie et l’Ukraine dimanche.

Source : RT

Le pont de 12 km de long a été officiellement inauguré en mai par le président Poutine, qui a ostensiblement traversé la travée dans un camion orange et a déclaré que le pont était un «miracle» dont rêvaient les Russes depuis l’époque des tsars.

Les Etats-Unis d’Amérique et l’Union européenne ont imposé des sanctions aux personnes et sociétés russes impliquées dans la construction du pont, qui a été dénoncé comme une «violation du droit international» et une menace pour la «paix, la sécurité et la souveraineté» de l’Ukraine par le Département du Trésor des Etats-Unis d’Amérique.

Le pont du détroit de Kertch est certainement pratique pour la circulation automobile, qui devait auparavant dépendre de ferries lents, à la merci des conditions météorologiques. Malheureusement, cela est très gênant pour les gros navires tentant de traverser le détroit, car la portée n’a pas été suffisamment élevée pour les accueillir. Selon l’Ukraine, il s’agissait d’une caractéristique de la conception, pas d’un bug.

Le commerce avec les ports ukrainiens sur la mer d’Azov a diminué de 30%, en raison à la fois de la construction du pont et de l’habitude russe de harceler les navires ukrainiens qui tentent de franchir le détroit. La Russie affirme qu’une sécurité renforcée est nécessaire parce que les extrémistes ukrainiens ont visé le pont pour la destruction. Des milliers d’emplois ukrainiens dépendent de l’industrie lourde liée au transport maritime dans la mer d’Azov, en particulier du port de Marioupol, qui a déjà été saisi et brièvement occupé par des séparatistes pro-russes une fois auparavant.

Si la Russie souhaite affaiblir l’économie ukrainienne et créer des troubles politiques qui renforcent les partis favorables à Moscou, dans le cadre d’une stratégie similaire à celle suivie par la Chine contre Taiwan, Poutine ne pourrait rien faire de mieux que de restreindre le trafic dans le détroit de Kertch. Cela aiderait également la Russie à isoler et à détruire rapidement les forces navales ukrainiennes dans la mer d’Azov. [Récemment les autorités ukrainiennes ont clamé haut et fort qu’elles étaient capables de détruire toute la flotte de la mer Noire de la Russie. JDDM – MIRASTNEWS].

Politique ukrainienne: des élections en Ukraine sont prévues pour mars. Les Russes accusent le président Porochenko de provoquer une crise dans la mer d’Azov afin qu’il puisse déclarer la loi martiale et suspendre les élections, qu’il est actuellement appelé à perdre. (La favorite à remporter est Yulia Tymoshenko – qui est plutôt encore plus pro-Union européenne, pro-OTAN et anti-russe que Porochenko, mais qui a aussi une histoire juridique que Moscou pourrait peut-être exploiter pour l’affaiblir après la élection).

Porochenko a en effet publié un décret imposant la loi martiale lundi, en vigueur pendant 30 jours à compter de mercredi, mais il a précisé que le décret n’interférerait en aucune manière avec les élections. Trois anciens présidents ukrainiens ont néanmoins écrit lundi une lettre ouverte critiquant la décret de Porochenko et avertissant que la loi martiale constituait une « menace pour la démocratie ».

«La déclaration de la loi martiale ajoute de l’instabilité, d’autant plus que le parlement ukrainien l’approuvera très probablement, à quelques réserves près quant à ses effets potentiels sur la politique intérieure. La Russie pourrait s’en servir pour justifier une action militaire plus forte, affirmant que Kiev passe à un statut de guerre», a averti dimanche Alx Brideau du groupe Eurasia.

Sanctions contre la Russie: le monde occidental se range derrière l’Ukraine, des alliés comme la Pologne et l’Estonie réclamant immédiatement des sanctions contre Moscou. Les actions russes et la monnaie ont glissé lundi matin face à la possibilité de nouvelles sanctions.

Certains analystes ont émis l’hypothèse que Poutine voulait provoquer davantage de sanctions afin de pouvoir imputer les difficultés économiques de la Russie à une ingérence étrangère. [Or la Russie a reçu et recevra encore de la part des Etats-Unis et de ses alliés une infinité de sanctions qui n’ont pas ou n’ébranleront pas son économie dans l’ampleur que le voulait la partie occidentale, surtout si les autorités politiques russes exploitent leurs forces et corrigent leurs faiblesses. JDDM – MIRASTNEWS]. D’autres ont souligné que la Russie avait l’habitude de provoquer des crises et d’intensifier les tensions avant les grandes réunions internationales telles que le sommet du G-20 de cette semaine en Argentine.

Poutine pourrait aussi vouloir montrer qu’il défie les sanctions internationales. [Ceci est déjà fait par les contre-mesures anti-sanctions, car ce ne sont pas des sanctions internationales, ce sont des mesures antiéconomiques édictées par des putschistes pour soutenir ceux qu’ils ont mis au pouvoir à Kiev. JDDM – MIRASTNEWS]. La Russie s’emploie à affaiblir les sanctions contre des pays comme l’Iran et la Corée du Nord et conteste souvent le concept même de sanctions en tant qu’instrument immoral de l’impérialisme occidental.

« Il est évident que cette provocation minutieusement réfléchie et planifiée visait à attiser une autre source de tension dans la région afin de créer un prétexte pour renforcer les sanctions contre la Russie », a déclaré lundi le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

«Nous voudrions avertir la partie ukrainienne que la politique de provoquer un conflit avec la Russie dans la zone de la mer d’Azov et de la mer Noire, poursuivie par Kiev en coordination avec les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne, est lourde de conséquences», a ajouté le ministère des Affaires étrangères.

JOHN HAYWARD

Traduction et ajouts : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : BREITBART

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :