A la Une

Le nombre de morts dans l’Est de la Syrie dépasse les 200 morts après l’attaque massive de l’Etat islamique

BEYROUTH – Les combattants soutenus par les Etats-Unis d’Amérique en Syrie ont été victimes d’un nombre record de morts lors d’un assaut du groupe Etat islamique, a déclaré lundi un observateur de la guerre, alors que les djihadistes résistants maintenaient une défense acharnée de leur dernier redoute syrien.

Plus de 200 personnes ont été tuées depuis que près de 500 combattants de l’EI ont quitté le brouillard enveloppant la région de l’est de la Syrie, près de la frontière irakienne, pour lancer leur assaut meurtrier vendredi.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, 92 des morts étaient des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS, SDF), les unités terrestres dirigées par les Kurdes qui ont mené le combat soutenu contre les États-Unis d’Amérique contre l’EI en Syrie.

Au moins 61 djihadistes et 51 civils, pour la plupart des membres de leur famille, ont également péri dans les violences au cours desquelles des frappes aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis d’Amérique ont aidé les FDS à recouvrer les positions qu’ils avaient perdues pendant un moment.

Les djihadistes ont utilisé des kamikazes, des commandos suicide et des cellules dormantes à la campagne autour de leur bastion de Hajin pour infliger un maximum de dégâts, a-t-il déclaré.

«C’est le plus grand nombre de combattants du FDS tués (par l’EI) au cours d’une seule bataille depuis sa fondation» en 2015, a déclaré le chef de l’Observatoire, Rami Abdel Rahman.

Les FDS, une alliance de combattants de la principale milice kurde syrienne connue sous le nom d’Unités de protection du peuple et de combattants arabes anti-djihadistes, ne publient que très rarement le nombre total de victimes.

Abdel Rahman a déclaré que les derniers morts avaient porté à 452 le nombre de combattants FDS tués depuis le début de leur offensive sur la poche de Hajin le 10 septembre.

Les djihadistes ont opposé une résistance acharnée dans leurs puissants bastions de l’Euphrate, le dernier rempart mais aussi le noyau dur d’un «califat» jadis tentaculaire qui chevauchait l’Irak et la Syrie.

La plupart de leurs incursions récentes et leurs attaques les plus meurtrières ont été provoquées par les conditions météorologiques qui ont empêché la coalition de lancer des frappes aériennes.

La coalition a déclaré samedi dans un communiqué que ses frappes avaient été limitées en raison des conditions météorologiques.

Abdel Rahman a déclaré que les combattants des tribus locales opposés à l’EI avaient également aidé les FDS à reprendre les positions qu’ils avaient perdues vendredi.

L’Observatoire, qui s’appuie sur un vaste réseau de sources locales, a déclaré que le nombre de morts avait continué à monter dimanche, de nombreux corps ayant été découverts.

L’agence de propagande pour l’Etat islamique Aamaq a publié samedi une déclaration affirmant avoir tué 60 combattants et capturé 30 combattants.

Selon l’Observatoire, 284 civils au total ont été tués depuis le début des attaques sur la poche de l’EI il y a deux mois et demi.

La plupart d’entre eux sont morts dans des frappes aériennes, a déclaré le groupe basé en Grande-Bretagne. La coalition n’admet généralement qu’une fraction des décès de civils qu’elle aurait causés.

Les FDS luttent pour reprendre des zones sans présence kurde, alors même que les forces turques attaquent leur propre centre plus au nord.

Le ressentiment suscité par l’échec de leur allié les Etats-Unis d’Amérique à mettre fin à l’action militaire turque a ralenti leur avancée contre l’EI, dont l’éradication est longue et coûteuse.

« La région est un mélange de villes désertiques et de villes plus petites comme Hajin, ce qui rend extrêmement difficile l’isolement et le confinement des combattants de l’EI », a déclaré l’analyste syrien Tore Hamming.

Il a ajouté que les unités de l’EI ne pourraient pas être encerclées aussi facilement comme elles l’ont été lors des opérations de l’année dernière contre des zones plus confinées telles que la ville de Raqqa.

Les djihadistes ont plus de connaissances et de soutien local que le gouvernement syrien ou les Kurdes, a déclaré Hamming.

Il a dit que la plupart des combattants de l’EI étaient des combattants aguerris, rendus encore plus dangereux par la connaissance qu’ils prenaient pour une dernière position.

« Ils savent qu’ils seront soit tués par une frappe aérienne, soit capturés et mis en prison s’ils ne sont pas condamnés à mort », a déclaré Hamming de l’Institut universitaire européen.

Les médias kurdes ont annoncé la capture un jour avant l’attaque contre le commandant adjoint de l’organisation par l’EI, mais l’Observatoire n’a pas pu dire s’il y avait un lien quelconque.

Un porte-parole des FDS, contacté par l’AFP, a refusé de commenter la capture d’un homme appelé Osama Abu Zeid et la qualifiée de représentant Suprême d’Abou Bakr al-Baghdadi de l’EI.

AFP-JIJI

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Japan Times

Syrie : les Français introduisent du gaz chlore et sarin dans les missiles des terroristes !

Des forces spéciales russes en Syrie. (Photo d’archives)

La Macronie est inquiète et la réaction de son président en porte les traces : alors même que les informations font état de l’implication directe des terroristes d’Al-Nosra  dans l’attaque chimique contre Alep, le président Emmanuel Macron refuse de condamner le coup. Depuis Bruxelles, il demande même à ce que les informations concernant cette attaque soient remises aux instances internationales concernées, ce qui veut dire que la version russe de l’attaque chimique de samedi qui a fait 107 blessés, est remise en cause par la France. Mais qu’est-ce qui se passe au juste?  L’agence de presse russe Sputnik a rapporté ce lundi que les éléments terroristes du Front al-Nosra avaient déplacé aujourd’hui 50 missiles « retouchés ». Cette même agence se réfère à des « sources locales » pour rapporter que ces missiles avaient été manipulés par des « experts français » et qu’ils « contenaient dans leurs ogives des produits toxiques tels que le gaz chlore ».

Ces missiles auraient été initialement situés sur l’une des bases d’al-Nosra près de la prison centrale de la ville d’Idlib (nord-ouest de la Syrie) et ils auraient été ensuite transférés ailleurs pour être distribués entre différentes groupes terroristes, ajoute Sputnik.

Selon les sources en question, les opérations de transfert auraient été effectuées à cinq reprises et les missiles retouchés auraient été distribués sur Idlib, Hama et dans plusieurs autres régions.

Dans le Rif sud-est d’Idlib, 10 missiles auraient été mis à la disposition du groupe terroriste Ajnad al-Kav└kaz (du Caucas, NDLR) dont d’obédience anti-russe ; 10 autres auraient été donnés à Jaïch al-Izzat se trouvant sur la localité de Kafr Zita au nord-ouest de Hama et plusieurs autres auraient été livrés à des éléments de Haras al-Din, dans la ville de Murek située au nord de Hama. Bref le coup piloté par les officiers français visait toutes les localités où sont largement présents l’armée syrienne et ses alliés russes et de la Résistance.

Les éléments du Front al-Nosra ont fourni aussi deux séries de missiles aux terroristes du mouvement Al-Turkistani et c’est là que la Turquie entre aussi en ligne et prouve qu’elle tend de plus en plus à s’approcher des Etats-unis au détriment de ses liens actuels avec la Russie. De grandes autres quantités de missiles auraient également été fournies à d’autres groupes terroristes. L’agence précise toutefois qu’elle ne dispose pas d’informations précises sur le nombre de ces missiles livrés et sur le nom des groupuscules bénéficiaires.

 À quoi joue la France?

Pour de nombreux analystes, la France semble s’être engagée sur la voie de la provocation à l’endroit de la Russie. Le ministère russe de la Défense a récemment annoncé que des preuves existaient sur la préparation des terroristes à une nouvelle attaque chimique en Syrie et plus particulièrement à Idlib.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashinkov a déclaré que les services de renseignement russes basés en Syrie avaient découvert à la suite d’une observation de la zone démilitarisée, des preuves sur le fait que les terroristes envisageaient de lancer une autre attaque chimique en Syrie. Des articles publiés il y a quelques jours ont annoncé que des éléments terroristes des « Casques blancs » avaient fait sortir en compagnie des éléments d’al-Nosra, cinq paquets contenant des produits toxiques de l’une des réserves d’al-Nosra à Idlib et qu’ils les avaient donnés à des experts français.

Des experts français sont donc récemment entrés dans Idlib pour retoucher des missiles en introduisant dans leurs ogives des produits toxiques afin de s’en servir contre l’armée syrienne.

Depuis la conclusion de l’accord de Sotchi entre les présidents russe et turc sur la province syrienne d’Idlib, al-Nosra, au lieu de sortir de la zone démilitarisée, a équipé Daech et les autres groupes terroristes étrangers de produits chimiques et ce sur les différents fronts de la province d’Idlib et plus particulièrement aux environs même de la zone démilitarisée.

En réalité, al-Nosra abuse de l’accord du cessez-le-feu dans la zone démilitarisée et se prépare à lancer des attaques chimiques.

Les Casques blancs collaborent aussi avec al-Nosra en envoyant des cargaisons de chlore et de sarin à des groupes terroristes présents sur les Rif nord et nord-ouest de Hama ainsi que sur le Rif nord-est d’Idlib (près des frontières administratives avec la province d’Alep) et sur le Rif nord-est de la province de Lattaquié.

« Les Casques blancs », c’est un groupe terroriste qui joue un rôle important dans la protection des terroristes depuis 2013 en Syrie. Le groupe parrainé par le Royaume-Uni et les États-Unis et la France prétend aider les civils en Syrie mais agit dans le sens d’une escalade des tensions. La France cherche-t-il à provoquer la Russie?

Source: Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :