A la Une

Les navires ukrainiens saisis par les garde-frontières russes après l’incident du détroit de Kertch

© Sputnik / Alexey Malgavko

Le 25 novembre, le Service de sécurité fédéral russe (FSB) a annoncé que trois navires ukrainiens – Berdyansk, Nikopol et Yana Kapu – avaient été saisis après avoir franchi illégalement la frontière maritime avec la Russie.

Une vidéo montrant trois navires de la marine ukrainienne saisis dans la mer Noire et escortés jusqu’au port de Kertch dimanche a été mise en ligne. Selon un correspondant de la chaîne de télévision Zvezda du ministère russe de la Défense, les navires sont maintenant recouverts d’un filet de camouflage.

https://tvzvezda.ru/news/vstrane_i_mire/content/201811261050-gksn.htm/player/

Les trois navires – Berdyansk, Nikopol et Yana Kapu – ont violé la frontière de l’État russe et emprunté le détroit de Kertch depuis la mer Noire, ce qui a poussé la Russie à déployer des gardes-frontières, des navires de patrouille militaires et des avions militaires afin de stopper ce que le FSB qualifie de «provocation» orchestrée par Kiev.

LIRE AUSSI: L’armée ukrainienne mise en alerte au combat au milieu de l’impasse dans le détroit de Kerch

Les navires n’ont pas réagi aux demandes des navires les escortant et ont procédé à des manœuvres dangereuses, a indiqué le FSB. Une affaire pénale a été ouverte en vertu de l’article 322.3 du Code pénal russe – franchissement illégal de la frontière avec l’Etat, a déclaré dimanche le porte-parole du FSB.

Plus tôt, des images montrant un navire du FSB poursuivant les navires ukrainiens alors qu’ils se rapprochaient du détroit de Kertch avaient été découvertes.

https://tvzvezda.ru/news/vstrane_i_mire/content/201811252025-h4jt.htm/player/

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Les Etats-Unis d’Amérique au secours de son allié ? – Un avion espion des EUA entre dans la région de la mer Noire au milieu des tensions entre la Russie et l’Ukraine – Rapports

CC0

MOSCOU – Un avion espion des Etats-Unis d’Amérique (EUA) basé en Crète est entré dans la région de la mer Noire lundi matin après une impasse entre l’Ukraine et la Russie sur un détroit le séparant de la mer d’Azov, a annoncé le portail militaire ukrainien.

L’avion de reconnaissance Boeing RC-135V a quitté la base navale des EUA de la baie de Souda en Crète à 05h50 GMT pour se diriger vers l’est, a indiqué le portail.

L’avion de renseignement électronique se trouverait dans l’espace aérien bulgare à 6 h 30 GMT et volait vers la péninsule de Crimée, un territoire russe situé dans la mer Noire.

LIRE PLUS: REGARDEZ DES NAVIRES Ukrainiens saisis par les garde-frontières russes après l’incident du détroit de Kertch

Cela intervient après que le 25 novembre, la Russie ait arrêté trois navires de guerre ukrainiens pour avoir pénétré dans ses eaux territoriales alors qu’ils se dirigeaient de la mer Noire vers la mer d’Azov, une mer intérieure peu profonde commune aux deux pays.

L’agence de sécurité russe FSB a accusé les navires d’avoir ignoré les avertissements de s’arrêter et de manœuvrer dangereusement. Le Conseil de sécurité nationale de l’Ukraine a réagi en déclarant une loi martiale de 60 jours, qui doit encore être approuvée par le Parlement.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Navires ukrainiens arraisonnés près de la Crimée : vives tensions entre Moscou et Kiev (EN CONTINU)

© FSB
Trois navires de la marine ukrainienne et un navire de patrouille russe au large des côtes de Crimée le matin du 25 novembre 2018

La Russie a capturé trois navires de guerre ukrainiens ayant pénétré sans autorisation dans les eaux territoriales russes, au large de la Crimée. Kiev dénonce un «acte agressif», Moscou affirme avoir les preuves d’une «provocation».

L’Allemagne et la France pourraient jouer les médiateurs entre l’Ukraine et la Russie pour éviter que les tensions entre les deux pays dégénèrent en une «crise grave».

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a ainsi affirmé lors d’une réunion prévue de longue à Berlin avec la Russie et l’Ukraine, que la France et l’Allemagne allaient «s’efforcer ensemble, et au besoin en tant que médiateurs, d’éviter que ce conflit débouche sur une crise grave».

  • Le gouvernement britannique a qualifié d’«acte d’agression» l’emploi de la force par les gardes-frontières russes contre trois navires ukrainiens dans le détroit de Kertch.

    «Nous condamnons l’acte d’agression de la Russie», a ainsi déclaré à la presse un porte-parole du Premier ministre britannique, Theresa May, ajoutant : «Cet incident fournit de nouvelles preuves du comportement déstabilisateur de la Russie dans la région et de la violation persistante, de sa part, de l’intégrité territoriale de l’Ukraine».

  • Lors d’un entretien téléphonique, la chancelière allemande, Angela Merkel, a expliqué au président ukrainien, Petro Porochenko, qu’elle ferait tout son possible pousser vers une désescalade entre la Russie et l’Ukraine, selon un communiqué diffusé sur le site Internet de la présidence ukrainienne.

  • Selon la déléguée aux droits de l’homme de la Douma, Tatiana Moskalkova, citée par l’agence Interfax, les autorités russes détiennent 24 marins ukrainiens qui étaient à bord des trois navires ukrainiens arraisonnés par la marine russe. Les trois marins ukrainiens blessés seraient pris en charge dans un hôpital.

  • La France a déploré ce 26 novembre l’emploi de la force par les gardes-frontières russes contre trois navires ukrainiens dans le détroit de Kertch, jugeant que rien ne paraissait le «justifier» : «Compte tenu de notre connaissance des faits à ce stade, rien ne paraît justifier cet emploi de la force par la Russie», a déclaré un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, à la veille d’une visite à Paris du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    Paris a également demandé «à la Russie de libérer dans les plus brefs délais les marins ukrainiens retenus et de restituer les navires saisis». Et le Quai d’Orsay de préciser : «Les mesures d’arraisonnement et de vérification des navires mises en œuvre par la Russie depuis le printemps 2018 affectent le fret maritime et l’activité des ports ukrainiens.»

  • Alors que des représentants de l’Ukraine, de la Russie, de la France et de l’Allemagne, se réunissent au «format Normandie» le 26 novembre à Berlin, le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Rainer Broglie, a fait savoir qu’il serait notamment question de l’arraisonnement survenu dans le détroit de Kertch.

    Et de préciser : «C’est une coïncidence dans le temps […] Bien sûr, nous utilisons aujourd’hui ce format pour progresser […] Ce forum sera utilisé pour évaluer les conséquences des événements du weekend dernier».

  • Des images diffusées par l’agence Ruptly montrent le moment où un des navires russes percute un bateau ukrainien après plusieurs sommations.

     

Trois bâtiments de guerre ukrainiens manœuvraient dangereusement dans les eaux territoriales russes après avoir refusé de quitter la zone. Blessés, trois militaires ukrainiens ont reçu une aide médicale. Leur vie n’est pas en danger.

  • Krzysztof Szczerski, conseiller du président polonais Andrzej Duda, a déclaré que l’Occident devrait envisager de renforcer les sanctions à l’encontre de la Russie.

  • La France a déploré lundi l’emploi de la force par les gardes-frontières russes contre trois navires ukrainiens dans le détroit de Kertch. «Compte tenu de notre connaissance des faits à ce stade, rien ne paraît justifier cet emploi de la force par la Russie», a déclaré un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères cité par l’AFP à la veille d’une visite à Paris du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    Paris a en outre appelé la Russie à relâcher les marins ukrainiens et à restituer les navires arraisonnés.

  • Selon Moscou, la capture des navires ukrainiens dans le détroit de Kertch a été effectuée dans le respect du droit national et international.

    Les gardes-frontières russes qui ont arraisonné dimanche trois navires ukrainiens dans le détroit de Kertch ont agi «en stricte conformité avec le droit international», a assuré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov au lendemain de cet incident sans précédent.

    «La partie russe a agi en stricte conformité avec la législation, à la fois le droit international et le droit intérieur», a-t-il déclaré devant des journalistes, précisant qu’il s’agissait d’une «intrusion de navires de guerre étrangers dans les eaux territoriales de la Fédération de Russie».

  • Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a condamné ce 26 novembre «l’usage de la force par la Russie dans la mer d’Azov». Il a invité les autorités russes à «retourner les navires ukrainiens et leurs membres d’équipage» ainsi qu’à «s’abstenir de futures provocations».

  • Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a convoqué une «réunion extraordinaire» avec l’Ukraine ce 26 novembre dans l’après-midi à Bruxelles. «A la demande du président [ukrainien] Porochenko, le secrétaire général a accepté de convoquer une réunion extraordinaire de la commission OTAN-Ukraine au niveau des ambassadeurs cet après-midi à Bruxelles pour examiner la situation actuelle», a fait savoir l’organisation dans un communiqué.

  • La Turquie est «inquiète» des tensions entre Moscou et Kiev en mer Noire et a également appelé à éviter l’escalade entre les deux pays, a fait savoir le ministère turc des Affaires étrangères. «Nous accueillons avec inquiétude les nouvelles selon lesquelles le feu a été ouvert sur des navires ukrainiens et selon lesquelles il y a des blessés», a poursuivi la diplomatie turque dans un communiqué.

  • Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a jugé ce 26 novembre «inacceptable» tout blocage par la Russie du passage dans la mer d’Azov et a appelé la Russie et l’Ukraine à la «désescalade».

  • Pour Xavier Moreau, analyste politique et directeur de Stratpol, la capture par l’armée russe de navires ukrainiens près du détroit de Kertch est une «humiliation».

     

  • «L’incident en mer d’Azov est une provocation univoque de la part de l’Ukraine», a dénoncé ce 26 novembre dans un communiqué le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. «L’Ukraine doit respecter la souveraineté de la Russie», a-t-il poursuivi.

    Le ministre russe des Affaires étrangères a également accusé l’Ukraine d’utiliser des «méthodes dangereuses» dans le détroit de Kertch, au lendemain d’un incident sans précédent ayant conduit à la capture de trois navires ukrainiens par la marine russe.

    «Une violation a eu lieu, et des méthodes dangereuses ont par ailleurs été utilisées. Cela pouvait créer et cela a créé une menace et des risques pour le déplacement normal des navires dans ce corridor maritime» entre la mer d’Azov et la mer Noire, a encore souligné Sergueï Lavrov.

  • Grigori Karassine, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a expliqué ce 26 novembre les premières conséquences, selon lui, de l’épisode des trois navires ukrainiens ayant pénétré la veille dans les eaux territoriales russes.

    Le haut diplomate a dénoncé «une provocation préméditée [avec] des objectifs clairs». Selon Grigori Karassine, il s’agit en effet de «secouer l’Ukraine en imposant une loi martiale et [de] mobiliser la politique anti-russe de l’Occident afin de renforcer les sanctions anti-russes».

    Quatre mois avant l’élection présidentielle ukrainienne de 2019, le ministre russe a par ailleurs estimé que cet épisode pourrait «faciliter» la campagne de Petro Porochenko.

  • Comme le rapporte le média en ligne ukrainien «Oukrayinska Pravda», un véhicule diplomatique russe aurait été incendié dans la soirée du 25 novembre à Kiev, non loin de l’ambassade russe en Ukraine.

    En fin de journée, des manifestants anti-russes s’étaient réunis aux abords de l’ambassade, munis, entre autres, de fumigènes. Le rassemblement a donné lieu à des affrontements avec les forces de l’ordre.

    Une vidéo montrant une voiture en flammes a été diffusée sur le compte YouTube du site ukrainien.

     

Dans un contexte de tensions entre Kiev et Moscou après l’arraisonnement de navires de guerre ukrainiens près de la Crimée, le président ukrainien Petro Porochenko devrait s’entretenir ce 26 novembre au matin avec Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN.

La veille, la porte-parole de l’alliance militaire avait affirmé «surveiller de près les développements de la situation dans le détroit de Kertch» et être en contact avec les autorités ukrainiennes.

Oana Lungescu

@NATOpress

is closely monitoring developments in the & , & we are in contact with the authorities. We call for restraint & de-escalation. Read my full statement:

Selon une source citée par l’agence russe Interfax et un témoin interrogé par Reuters, les trois navires ukrainiens arraisonnés par la marine russe sont à quai dans le port de Kertch.

Citant un représentant officiel du port de Kertch, l’agence de presse russe RIA Novosti a expliqué que la Russie avait ré-ouvert la circulation, pour le fret maritime, entre la mer Noire et la mer d’Azov.

Le détroit de Kertch avait été bloqué après l’arrivée illégale de navires de guerre ukrainiens en eaux territoriales russes.

Pour faire face au «développement dangereux de la situation dans la mer d’Azov», la Russie a appelé à une réunion urgente du Conseil de sécurité de l’ONU.

Prévue ce 26 novembre, celle-ci devrait porter sur «le maintien de la sécurité et de la paix à l’échelle internationale», selon le représentant permanent de la Russie au Conseil de l’ONU.

  • Selon l’agence de presse russe RIA Novosti, l’armée ukrainienne a ouvert le feu au cours de la soirée du 25 novembre dans le Donbass, sur des zones résidentielles de l’autoproclamée République populaire de Donetsk.

  • Réuni en urgence, le Conseil de sécurité et de défense ukrainien a proposé au président Petro Porochenko d’introduire la loi martiale «pour 60 jours», selon le secrétaire de cette structure.

    Cette décision doit être entérinée par le Parlement ukrainien, dont une session extraordinaire est prévue l’après-midi du 26 novembre.

    Petro Porochenko a affirmé que la loi martiale ne signifiait pas une déclaration de guerre à la Russie : «Elle sera introduite uniquement pour la défense.»

Alors qu’ils avaient pénétré illégalement en eaux territoriales russes près des côtes de la Crimée, au niveau du détroit de Kertch, trois navires ukrainiens ont été stoppés par la marine russe qui a visé les bâtiments de guerre après plusieurs tirs de sommation. Blessés, trois militaires ukrainiens ont reçu de l’aide médicale et sont hors de danger.

Navires ukrainiens arraisonnés près de la Crimée : vives tensions entre Moscou et Kiev (EN CONTINU)© RT
Schéma du parcours prévu de la marine ukrainienne

Moscou a pointé les «actions dangereuses et irresponsables» de la part de l’Ukraine, et le FSB a expliqué s’apprêter à rendre publiques «des preuves irréfutables de la préparation et de la mise en œuvre par Kiev d’une provocation de la marine ukrainienne dans les eaux de la mer Noire.» La Russie a confirmé avoir utilisé la force.

De son côté, le président ukrainien, Petro Porochenko, a dénoncé un «acte agressif de la Russie visant une escalade préméditée».

Les vaisseaux ukrainiens croisaient depuis le port d’Odessa sur la mer Noire vers celui de Marioupol sur la mer d’Azov. Kiev a expliqué avoir prévenu Moscou à l’avance de ce trajet et de son intention de traverser le détroit de Kertch qui sépare les deux mers, ce que la Russie réfute.

Source: RT France

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :