A la Une

Nissan doit relever les défis de la mise en place d’un nouveau leadership

Le logo de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi / Photo du fichier AP

Après avoir limogé Carlos Ghosn en tant que directeur représentatif et président, Nissan Motor Co. s’oriente actuellement vers la mise en place d’une nouvelle structure de direction, tâche qui devrait relever le défi, car elle doit prendre en compte les souhaits de Renault SA.

Selon des sources, Nissan a conclu un accord avec de Renault, le principal actionnaire de Nissan, selon lequel un représentant de la société française occupera un poste de direction chez le constructeur japonais.

Les dirigeants de l’alliance entre Nissan, Renault et Mitsubishi Motors Corp. devraient se réunir cette semaine pour discuter.

Pour Nissan, l’objectif immédiat est de nommer un successeur à Ghosn.

À l’heure actuelle, la société n’a pas de président après que son licenciement ait été décidé lors d’une réunion extraordinaire du conseil d’administration jeudi.

Les statuts du constructeur automobile, qui régissent son organisation et ses activités, stipulent qu’un président ou un co-président doit convoquer et présider les réunions du conseil d’administration. L’arrestation de Ghosn étant une situation d’urgence, la réunion de jeudi a été convoquée par un autre directeur.

L’objectif de Nissan est de choisir le plus rapidement possible un successeur afin de ramener sa direction à une situation normale.

Lors de la réunion extraordinaire du conseil, il a été décidé qu’un comité composé de trois administrateurs externes choisirait et proposerait le successeur de Ghosn parmi les administrateurs actuels. La proposition du panel sera faite lors d’une réunion du conseil d’administration en décembre.

La manière dont Nissan respectera son accord concernant la nomination d’un haut dirigeant de Renault posera probablement problème.

L’édition en ligne du Wall Street Journal indiquait jeudi qu’avant la réunion extraordinaire du conseil d’administration, Nissan avait déclaré à Renault que le groupe ne pourrait pas nommer le successeur de Ghosn.

Nissan envisage également de tenir une assemblée générale extraordinaire des actionnaires avant sa réunion ordinaire de juin, afin de renvoyer Ghosn et Greg Kelly de la direction. Kelly a également été arrêté dans le cadre de l’affaire Ghosn.

Les révocations d’administrateurs doivent être approuvées lors d’une assemblée générale des actionnaires. Cependant, la réponse de Renault n’est pas claire, la firme française ayant décidé de ne pas renvoyer Ghosn au poste de directeur général.

Sélectionner de nouveaux administrateurs, qui seront nommés à la réunion extraordinaire des actionnaires, serait difficile sans l’approbation de Renault. Pour obtenir l’entente de Renault, Nissan envisage d’envoyer en France le président et chef de la direction, Hiroto Saikawa, et d’autres dirigeants.

Cependant, Saikawa et d’autres membres du conseil d’administration pourraient être confrontés à des questions s’ils restaient en tant qu’administrateurs, en raison de la responsabilité qui leur incombait en ce qui concerne l’autorisation de la mauvaise conduite financière de Ghosn. Nissan devrait mettre en place un groupe d’experts tiers chargé de proposer des mesures d’amélioration du gouvernement d’entreprise et de la rémunération des dirigeants.

Capitaux «déformés»

Les hauts dirigeants de Nissan, de Renault et de Mitsubishi devraient se rencontrer cette semaine aux Pays-Bas, où se trouve une entreprise supervisant leur alliance. C’est une réunion régulière qui avait déjà été programmée avant l’arrestation de Ghosn, et les personnes qui ne peuvent y assister en personne peuvent y participer par vidéoconférence, selon des sources.

Renault a le pouvoir de choisir le leader de l’entreprise. Comme Ghosn a géré la stratégie de l’alliance jusqu’à présent, la gestion future de l’alliance deviendra probablement un défi.

Nissan veut réexaminer sa relation de capital avec Renault, qui détient actuellement 43,4% du capital de Nissan, tandis que le groupe japonais ne détient que 15% du capital de son partenaire français. Un cadre supérieur de Nissan a qualifié cette relation de capital comme «déformée».

Dans le même temps, le gouvernement français, qui détient 15% du capital de Renault, souhaiterait voir les deux constructeurs renforcer leurs liens pour former une alliance «qui ne peut pas revenir en arrière». Un tel développement pourrait créer davantage d’emplois en France.  Il est peu probable que son gouvernement laisse l’influence de Renault sur Nissan diminuer.

The Yomiuri Shimbun

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Le conseil d’administration de Mitsubishi Motors décide s’il faut évincer Carlos Ghosn

TOKYO (AP) – Le conseil d’administration de Mitsubishi Motors se réunit pour décider de renverser Carlos Ghosn à la présidence du constructeur japonais, allié de Renault-Nissan.

Ghosn a été arrêté il y a une semaine pour soupçon de sous-déclaration de son revenu par millions de dollars pendant cinq ans.

Nissan Motor Co. l’a destitué de son poste de président et une enquête interne a révélé que M. Ghosn avait abusé de l’argent et des actifs de l’entreprise.

Mitsubishi Motors Corp. a annoncé que les sept membres de son conseil d’administration, composé de huit membres, se réuniraient lundi.

L’arrestation de Ghosn le 19 novembre a marqué une chute stupéfiante pour un dirigeant qui a dominé l’industrie automobile japonaise pendant deux décennies et qui a dirigé l’alliance de Nissan avec le français Renault SA.

Ghosn a également dirigé l’ajout de Mitsubishi dans l’alliance. Nissan a pris une participation de 34% dans Mitsubishi en 2016.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Seattle Times

Ghosn nie les accusations portées contre lui: NHK

Carlos Ghosn Photo: fichier REUTERS

TOKYO – L’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, arrêté lundi dernier pour suspicion de fraude financière, a démenti ces accusations, a annoncé dimanche le radiodiffuseur public japonais NHK.

Ghosn, qui n’a pas pris la parole publiquement, a déclaré aux enquêteurs qu’il n’avait aucune intention de sous-estimer sa rémunération sur des documents financiers et a nié les accusations portées à son encontre, a déclaré NHK, sans donner de source ou de plus amples détails.

Greg Kelly, un ancien dirigeant de Nissan arrêté lundi avec Ghosn, a été cité par la NHK samedi pour défendre l’indemnisation de Ghosn, affirmant qu’il avait été discuté avec d’autres responsables et payé de manière appropriée.

Ghosn et Kelly ont été évincés par le constructeur automobile jeudi et une source proche du dossier a déclaré que Nissan souhaitait nommer un nouveau président d’ici un mois ou deux, avant la prochaine réunion de son conseil d’administration prévue pour le 20 décembre.

Les procureurs japonais ont déclaré que Ghosn et Kelly avaient conspiré pour sous-estimer la rémunération de M. Ghosn d’environ la moitié des 10 milliards de yen (88 millions de dollars des USA) qu’il avait gagnés chez Nissan en cinq ans à partir de 2010. L’entreprise a également cité d’autres infractions multiples.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Japan Today

Avec Ghosn dans le rétroviseur, Nissan fait face à de nouveaux tests

Hiroto Saikawa, PDG de Nissan Motor Co Photo: Fichier REUTERS

TOKYO – La disparition de Carlos Ghosn en tant que président de Nissan Motor Co montre que le constructeur japonais cherche à se réorganiser pour mieux faire face à un environnement de marché en mutation rapide, rompant depuis près de deux décennies sous son style de leadership charismatique, selon certains analystes.

La recherche du volume et des coûts de partage constituait une part importante de la stratégie commerciale de Ghosn pour l’un des partenariats automobiles les plus réussis au monde – l’alliance entre Nissan, Renault SA et Mitsubishi Motors Corp – dirigé par le dirigeant né au Brésil.

Les responsables de Nissan ont annoncé leur intention de maintenir l’alliance en raison de ses avantages, alors même que le conseil d’administration de la société avait approuvé jeudi le renvoi de M. Ghosn à la présidence suite à son arrestation pour faute financière présumée.

Ghosn, envoyé en 1999 par la société mère de Nissan, Renault, a fermé des usines, supprimé des milliers d’emplois et rationalisé sa chaîne d’approvisionnement afin de sortir le constructeur japonais de la faillite.

Il s’est fixé de nobles objectifs chiffrés pour stimuler la croissance de Nissan. En conséquence, l’alliance nippo-japonaise qu’il a forgée dans le but de réaliser de plus grandes économies d’échelle est devenue l’un des plus grands groupes automobiles du monde.

Mais rien ne garantit que cette approche restera un moteur de la croissance à un moment critique lorsque le secteur de l’automobile sera confronté à des bouleversements technologiques et à la demande des consommateurs, expliquent les analystes.

Poursuivre à l’échelle et limiter les coûts grâce aux partenariats reste essentiel, mais un chef de direction puissant ne peut plus à lui seul superviser des opérations de plus en plus diversifiées pouvant aller de la fabrication de voitures traditionnelles au développement de technologies de pointe pour l’intelligence artificielle et sans fil, en passant par des services utilisant des véhicules autonomes.

Volkswagen AG, Toyota Motor Corp et d’autres constructeurs automobiles mondiaux redoublent d’efforts et investissent dans le lancement de véhicules de la prochaine génération, en mettant l’accent sur les voitures autonomes, les véhicules connectés à Internet et les véhicules électriques. La concurrence s’intensifie avec de nouveaux arrivants comme Uber Technologies Inc., Google Alphabet Inc. et Tesla Inc.

Avec ces technologies de pointe en attente et les clients qui considèrent de plus en plus les voitures comme une chose à partager plutôt que à posséder, les constructeurs automobiles répondent également à la demande croissante de services de partage et de gestion des déplacements.

Le style de management de Ghosn était « très efficace à une époque où les constructeurs automobiles se concentraient uniquement sur la construction d’usines et de voitures et sur leur vente par le biais de concessionnaires », a déclaré Satoshi Nagashima, associé directeur (Japon) du cabinet de conseil Roland Berger.

« Avec le départ de Ghosn, qui avait tellement de pouvoir concentré entre ses mains, Nissan pourrait changer d’orientation pour se concentrer davantage sur la fourniture de services qui répondent aux préférences des différents consommateurs locaux dans chaque pays et région. »

Nissan est laissé derrière les principaux constructeurs automobiles dans les opérations d’autopartage et d’auto-conduite, a ajouté Nagashima.

Ghosn est accusé d’avoir sous-déclaré sa rémunération de quelque 5 milliards de yens (44 millions de dollars) sur cinq ans, jusqu’en mars 2015, dans les rapports sur les valeurs mobilières.

Nissan a également annoncé lundi que son enquête interne, déclenchée par un rapport de lanceur d’alerte, avait révélé « des actes graves de conduite répréhensibles » de la part de M. Ghosn, tels que « l’utilisation personnelle des actifs de la société » et une « implication profonde » du directeur représentant Greg Kelly dans la faute.

Le directeur général Hiroto Saikawa a vivement critiqué le long règne de Ghosn et la concentration du pouvoir entre ses mains après avoir ajouté le poste de directeur général de Renault en 2005. Renault détient 43,4% du capital de Nissan, qui détient à son tour une participation de 15% dans la société française pas de droit de vote.

« Le pouvoir était excessivement concentré chez une seule personne », a déclaré Saikawa lors d’une conférence de presse au siège de Nissan à Yokohama, le 19 novembre.

Alors que Nissan va de l’avant sans son leader de longue date, la société travaillera à renforcer sa gouvernance sous une nouvelle équipe de direction et à reconstruire son image de marque ternie.

« Le scandale de l’inconduite Ghosn a révélé un grave problème de gouvernance d’entreprise chez Nissan », a déclaré Soichiro Nagai, analyste en chef de la notation chez Rating and Investment Information.

Nissan pourrait ressentir l’impact des arrestations de Ghosn et Kelly sur les ventes, qui ont récemment souffert du scandale des inspections finales inappropriées dans des usines au Japon, a déclaré Nagai.

« Nous devons voir si des mesures appropriées seront prises pour reconstruire la gouvernance et renforcer les fonctions de surveillance », a-t-il déclaré.

Junko Horiuchi

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Japan Today

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :