A la Une

Le SDF japonais va avoir le pouvoir de contrer les cyberattaques lorsque des infrastructures vitales sont menacées

Le gouvernement envisage de permettre aux forces d’autodéfense de réagir aux cyberattaques, même si celles-ci ne sont pas accompagnées d’armes classiques, si le pays qui a lancé l’attaque est clairement identifié et si l’attaque cause des dommages considérables à l’énergie électrique japonaise, transports et autres infrastructures essentielles.

Le gouvernement prévoit d’obtenir l’approbation du Cabinet pour le changement au milieu de ce mois.

Il prévoit de réviser à la mi-décembre les lignes directrices du Programme de défense nationale qui confirment que le SDF possède «la capacité de lutter contre les cyberattaques». Le gouvernement précise les conditions nécessaires pour contrer une cyberattaque afin de gagner la compréhension du public.

Le gouvernement interprète un «recours à la force organisé et planifié fondé sur la volonté d’un État» comme une attaque armée contre la nation.

À l’heure actuelle, le SDF peut réagir à une cyberattaque visant l’infrastructure cruciale du pays, par exemple un programme malveillant qui provoque un problème, si la cyberattaque s’accompagne d’une attaque impliquant des armes classiques, telles que des missiles. Par conséquent, la question de savoir si le SDF peut réagir aux cyber-attaques qui ne sont pas accompagnées d’armes classiques est devenue un sujet de débat.

Capture SDF cyberattaque Japonais

Selon le plan du gouvernement, le Japon pourrait invoquer le droit de légitime défense et les FDS pourraient contre-attaquer avec une force minimale si deux conditions étaient remplies: un État avait clairement l’intention de s’attaquer au Japon; et une attaque provoque une panne d’électricité majeure, une rupture de barrage ou tout autre dommage qui constitue une menace imminente pour la vie et la liberté des citoyens, ainsi que leur droit de rechercher le bonheur.

À l’avenir, le gouvernement envisage également de déterminer si le FSD peut contrer une cyberattaque, même si le pays qui a lancé l’attaque n’est pas clarifié. Il est souvent difficile d’identifier la source des cyberattaques, et l’autorité de la police, plutôt que le droit de légitime défense, sera probablement exercé pour faire face au problème.

Le gouvernement présentera bientôt les conditions à l’équipe de travail des partis au pouvoir sur les lignes directrices du programme de défense nationale. Sur la base de discussions au sein des partis au pouvoir, le gouvernement envisage d’obtenir l’approbation du Cabinet concernant les conditions correspondant à la compilation des nouvelles directives.

Yomiuri Shimbun

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :