A la Une

L’ancien chef de Nissan, Carlos Ghosn, se voit signifier un nouveau mandat d’arrêt

Carlos Ghosn participe à l’événement « Tomorrow In Motion » à la veille de la journée de la presse au Salon de l’auto de Paris, dans la capitale française, le 1er octobre | REUTERS

Les procureurs de Tokyo ont décidé de demander un nouveau mandat d’arrêt à l’encontre de l’ancien président de Nissan Motor Co., Carlos Ghosn, soupçonné d’avoir omis de déclarer environ 4 milliards de yens (35,5 millions de dollars) de sa rémunération dans ses rapports sur les valeurs mobilières pour les trois années précédant mars, ont déclaré des sources proches de la question.

Ghosn, qui est détenu au centre de détention de Tokyo, a déjà été accusé d’avoir enfreint la loi sur les instruments financiers et les changes après avoir prétendument déclaré avoir perdu 5 milliards de yen sur une indemnité de 10 milliards de yen au cours des cinq années précédant mars 2015.

En compagnie de Greg Kelly, un ancien directeur de Nissan, Ghosn devrait se voir remettre un nouveau mandat d’arrêt le 10 décembre, à l’expiration de la période de détention du couple.

Ghosn et Kelly, qui ont été arrêtés avec l’ancien président le 19 novembre pour complot présumé, ont déclaré aux procureurs qu’il était inutile de déclarer une partie de la rémunération, car les paiements n’avaient pas encore été réglés, selon différentes sources connaissant l’enquête.

On estime que la rémunération non déclarée de ce charismatique acteur de l’industrie automobile, âgée de 64 ans, connue pour avoir sauvé Nissan du bord de la faillite dans les années 90, totalise 9 milliards de yens.

Au Japon, les personnes soupçonnées d’une infraction pénale peuvent être maintenues en détention pendant 10 jours et être prolongées de 10 jours supplémentaires si un juge accorde la demande de prolongation aux procureurs. À la fin de cette période, les procureurs doivent déposer une accusation antérieure ou laisser le suspect partir.

Cependant, ils peuvent également arrêter des suspects pour un crime séparé, auquel cas le processus recommence. Ce processus peut être répété, gardant parfois des suspects en détention pendant des mois sans accusations formelles et sans caution.

Kyodo, Reuters

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Japan Times

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :