A la Une

Le dirigeant de Huawei arrêté à la demande des Etats-Unis d’Amérique, assombrit la trêve commerciale en Chine

L’arrestation de Meng Wanzhou soulève de nouveaux doutes sur une trêve de 90 jours.

L’arrestation et les sanctions éventuelles à l’encontre du deuxième fabricant mondial de smartphones pourraient avoir des répercussions majeures sur la chaîne logistique mondiale.

La fille du fondateur de Huawei, l’un des principaux dirigeants du géant chinois de la technologie, a été arrêtée au Canada et risque l’extradition vers les Etats-Unis d’Amérique (EUA). Cela menace les marchés boursiers mondiaux de raviver les tensions commerciales Chine-EUA.

L’arrestation sous choc de Meng Wanzhou, 46 ans, directeur financier de Huawei Technologies Co Ltd, soulève de nouveaux doutes sur une trêve de 90 jours relative aux échanges entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping samedi – le jour de sa détention.

Son arrestation, révélée mercredi soir par les autorités canadiennes, est liée à des sanctions des Etats-Unis d’Amérique, a déclaré une personne au courant du dossier. Reuters n’a pas été en mesure de déterminer la nature précise des violations possibles.

L’arrestation et les sanctions éventuelles à l’encontre du deuxième fabricant mondial de smartphones pourraient avoir des répercussions majeures sur la chaîne logistique mondiale. Les actions des fournisseurs asiatiques de Huawei, qui compte également parmi ses principaux fournisseurs Qualcomm Inc et Intel, ont chuté jeudi.

Huawei fait déjà l’objet d’une surveillance intense de la part des États-Unis d’Amérique et d’autres gouvernements occidentaux au sujet de ses liens avec le gouvernement chinois, motivés par les préoccupations selon lesquelles il pourrait être utilisé par l’État à des fins d’espionnage. Il a été exclu des États-Unis d’Amérique et de certains autres marchés de matériel de télécommunication. Huawei a répété à maintes reprises que Pékin n’avait aucune influence sur elle.

Meng, l’un des vice-présidents du conseil d’administration de la société et fille du fondateur de la société, Ren Zhengfei, a été arrêtée le 1er décembre à la demande des autorités des Etats-Unis d’Amérique. Une audience est prévue pour vendredi, a annoncé un porte-parole du ministère canadien de la Justice. Trump et Xi avaient dîné en Argentine le 1er décembre au sommet du G20.

Des sources ont déclaré à Reuters en avril que les autorités des Etats-Unis d’Amérique enquêtaient sur Huawei, le plus grand fabricant mondial d’équipements de télécommunication, depuis au moins 2016, pour avoir prétendument expédié des produits d’origine états-unienne [d’Amérique] en Iran et dans d’autres pays, en violation des lois des Etats-Unis d’Amérique sur les exportations et les sanctions.

Huawei, qui a généré un chiffre d’affaires de 93 milliards de dollars de EUA l’année dernière, a confirmé l’arrestation dans un communiqué. « La société a reçu très peu d’informations sur les accusations et Mme Meng n’a eu connaissance d’aucun acte répréhensible », a-t-il déclaré.

Elle a été arrêtée alors qu’elle transférait des vols au Canada, a-t-il ajouté.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré lors d’un point de presse quotidien que la Chine avait demandé au Canada et aux États-Unis d’Amérique une explication de l’arrestation de Meng, mais ils n’ont « fourni aucun éclaircissement ».

Le consulat chinois à Vancouver lui fournit son aide, a-t-il ajouté, refusant tout commentaire. Mercredi, l’ambassade de Chine au Canada a déclaré qu’elle s’opposait résolument à l’arrestation et avait demandé sa libération immédiate.

En avril, les sources ont déclaré à Reuters que le bureau du procureur des Etats-Unis d’Amérique à Brooklyn était chargé de l’enquête du ministère de la Justice des Etats-Unis d’Amérique.

Le ministère de la Justice des Etats-Unis d’Amérique a refusé mercredi de commenter. Un porte-parole du bureau du procureur des Etats-Unis d’Amérique à Brooklyn a également refusé de commenter.

Lu Xiang, un expert des relations Chine-EUA à l’Académie chinoise des sciences sociales, soutenue par l’Etat, a déclaré que l’arrestation de Meng était « extrêmement choquante ».

« Si une personne des États-Unis d’Amérique espère utiliser des menaces pour la sécurité personnelle d’un individu afin de donner plus de poids aux pourparlers, elle a très certainement mal calculé », a-t-il déclaré.

« Je pense que le gouvernement chinois utilisera un maximum de force pour lutter pour la liberté et la justice de Meng Wanzhou. »

Arthur Kroeber, fondateur de Gavekal Dragonomics, a déclaré qu’il était peu probable que Pékin exerce des représailles contre le monde des affaires des Etats-Unis d’Amérique, dont les intérêts ont en partie chevauché avec ceux de la Chine dans la guerre commerciale et ont été un moyen de pression pour Pékin.

« Vous pouvez jouer dur avec un petit pays mais vous ne pouvez pas le faire avec les États-Unis d’Amérique », a-t-il déclaré. «En réalité, cela leur fait mal de rendre la vie difficile» pour les entreprises des Etats-Unis d’Amérique.

Un utilisateur de la plate-forme chinoise Weibo, similaire à celle de Twitter, a déclaré que les Chinois devraient boycotter les produits fabriqués par le géant de la technologie des Etats-Unis d’Amérique Apple Inc et acheter plutôt les produits Huawei pour montrer leur soutien à l’un des champions nationaux chinois.

Cependant, le sujet n’était que le 31ème parmi les sujets de tendance sur Weibo jeudi après-midi, avec de nombreux fils de discussion apparemment bloqués, ce qui n’est pas inhabituel sur l’Internet très censuré de la Chine.

Jia Wenshan, professeur à l’Université Chapman en Californie, a déclaré que cette arrestation « risque fort de faire dérailler les négociations commerciales EUA-Chine ».

Alors que l’arrestation de Meng intervient à un moment délicat dans les relations EUA-Chine, il n’était pas clair si le moment était choisi comme une coïncidence.

L’enquête de Huawei est semblable à celle qui menaçait la survie de la société chinoise ZTE Corp, qui a plaidé coupable en 2017 d’avoir enfreint les lois des Etats-Unis d’Amérique limitant la vente de technologie de fabrication Américaine à l’Iran.

Plus tôt cette année, les États-Unis d’Amérique ont interdit aux entreprises états-uniennes [d’Amérique] de vendre des pièces et des logiciels à ZTE, qui a ensuite versé un milliard de dollars cet été dans le cadre d’un accord visant à lever l’interdiction.

Huawei a déclaré qu’il se conformait à toutes les lois applicables en matière de contrôle des exportations et de sanctions, ainsi qu’aux réglementations des Etats-Unis d’Amérique et autres.

La nouvelle de l’arrestation a été annoncée le jour même où le groupe britannique BT Group a annoncé qu’il retirait les équipements de Huawei du cœur de ses activités mobiles 3G et 4G existantes et qu’il n’utiliserait pas la société chinoise dans les parties centrales du prochain réseau.

En janvier 2013, Reuters a annoncé que la société Skycom Tech Co Ltd, basée à Hong Kong, qui avait tenté de vendre du matériel informatique Hewlett-Packard sous embargo au plus grand opérateur de téléphonie mobile d’Iran, avait des liens beaucoup plus étroits avec Huawei que ceux connus jusqu’à présent.

Meng, qui a également utilisé les noms anglais Cathy et Sabrina, a siégé au conseil d’administration de Skycom entre février 2008 et avril 2009, selon les archives de Skycom déposées au registre des sociétés de Hong Kong.

Plusieurs autres directeurs actuels et passés de Skycom semblent avoir des liens avec Huawei.

L’arrestation de Meng a provoqué une réaction rapide à Washington.

Le sénateur états-unien [d’Amérique] Ben Sasse a salué cette décision et a déclaré que c’était « pour avoir enfreint les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran ». Il a ajouté: « Parfois, l’agression chinoise est explicitement parrainée par l’État et parfois blanchie par le biais de nombreuses entités du secteur ‘privé’ de Pékin.”

Les contrats à terme des Etats-Unis d’Amérique et les actions Asiatiques ont chuté, l’annonce de cette arrestation renforçant le sentiment qu’une grande collision se préparait entre les deux plus grandes puissances économiques du monde, non seulement sur les tarifs mais aussi sur l’hégémonie technologique.

Les actions des fournisseurs de Huawei ont chuté jeudi alors que les investisseurs craignaient l’arrestation. Samsung Electronics a perdu 2,3%, tandis que Chinasoft International Ltd a chuté de 13%.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Deccan Chronicle

LIRE AUSSI:

Une cadre de Huawei arrêtée au Canada: aucune «intervention politique» selon Trudeau

© AP Photo / Ng Han Guan

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a déclaré que son gouvernement n’était pas impliqué dans l’arrestation de Meng Wanzhou, directrice financière du groupe chinois Huawei, à la demande des États-Unis.

L’arrestation par les autorités canadiennes de la directrice financière de Huawei Technologies, numéro deux mondial des smartphones, à la demande des États-Unis, n’est pas le résultat d’une intervention politique, a déclaré le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

«On a été avisé du processus judiciaire quelques jours avant que l’arrestation soit faite», a indiqué M.Trudeau devant les journalistes réunis à Montréal.

Meng Wanzhou, 46 ans, directrice financière de Huawei et fille du fondateur et directeur général du groupe, Ren Zhengfei, a été arrêtée le 1er décembre à l’aéroport de Vancouver. Son interpellation a été confirmée mercredi. Les États-Unis demandent son extradition dans le cadre de l’affaire sur le non-respect par Huawei des sanctions américaines contre l’Iran.

Le groupe Huawei a pour sa part déclaré que peu d’informations lui avaient été fournies concernant les accusations portées contre Mme Meng. Dans un communiqué, l’équipementier des télécoms a ajouté «n’être au courant d’aucun agissement répréhensible» de la part de sa directrice financière.

La nouvelle a frappé les marchés boursiers déjà nerveux, puisque cette arrestation intervient quelques jours après l’annonce d’une trêve dans la guerre commerciale sino-américaine.

À la question de savoir s’il a contacté le Premier ministre chinois ou à l’ambassadeur de Chine au Canada, M.Trudeau a répondu par la négative.

L’ambassade de Chine a déclaré mercredi soir qu’elle s’opposait fermement à ce qu’elle appelait une arrestation injustifiée. Le ministère chinois des Affaires étrangères a réclamé jeudi la libération immédiate de Meng Wanzhou et le «respect de ses droits et intérêts légitimes».

Source: Sputnik News – France

La Chine demande la libération immédiate du directeur financier de Huawei

Cette photo non datée montre Meng Wanzhou, directeur financier de Huawei Technologies en Chine. (PHOTO PRISE DU SITE WEB DE HUAWEI TECHNOLOGIES)

BEIJING / OTTAWA – La Chine a déposé des plaintes solennelles auprès du Canada et des Etats-Unis d’Amérique et demandé la libération immédiate de Meng Wanzhou, directeur financier de Huawei Technologies Co, Ltd, a annoncé jeudi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Meng a été provisoirement arrêtée par les autorités canadiennes pour le compte des États-Unis d’Amérique, alors qu’elle transférait des vols au Canada, a annoncé Huawei dans un communiqué jeudi.

Le porte-parole Geng Shuang a déclaré lors d’une conférence de presse quotidienne que la Chine avait déposé des plaintes solennelles auprès des côtés du Canada et des Etats-Unis d’Amérique, exhortant les deux pays à préciser les raisons pour lesquelles ils avaient arrêté Meng, à la libérer immédiatement et à protéger efficacement ses droits et intérêts légitimes.

Mercredi, l’ambassade de Chine à Ottawa a également appelé le Canada à libérer Meng.

« A la demande de la partie états-unienne d’Amérique, la partie canadienne a arrêté une citoyene chinoise ne violant aucune loi des Etats-Unis d’Amérique ou du Canada », a déclaré un porte-parole de l’ambassade de Chine dans un communiqué.

La partie chinoise s’oppose fermement et proteste vivement contre ce type d’actions qui portent gravement atteinte aux droits fondamentaux de la victime, a déclaré le porte-parole.

« La partie chinoise a infligé des réprimandes sévères auprès des États-Unis d’Amérique et du Canada et les a exhortés à corriger immédiatement l’acte répréhensible et à rétablir la liberté personnelle de Mme Meng Wanzhou. »

« Nous suivrons de près l’évolution de la question et prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger résolument les droits et intérêts légitimes des citoyens chinois », a ajouté le porte-parole.

Huawei a nié jeudi le moindre acte répréhensible du chef de la direction financière de son entreprise, Meng, après sa détention provisoire par les autorités canadiennes.

Huawei a reçu très peu d’informations sur les accusations et n’est au courant d’aucun acte répréhensible de Meng, selon la société.

Cette capture d’écran montre une déclaration publiée sur le site Web de l’ambassade de Chine au Canada à propos de l’arrestation de Meng Wanzhou, directeur financier de Huawei Technologies Co., Ltd.

Huawei a déclaré dans un communiqué que l’entreprise respectait toutes les lois et réglementations en vigueur, y compris les lois et réglementations en vigueur en matière de contrôle des exportations et de sanctions, des Nations Unies, des Etats-Unis d’Amérique et de l’Union européenne.

« La société pense que les systèmes juridiques du Canada et des Etats-Unis d’Amérique aboutiront à une conclusion juste », lit-on dans le communiqué.

Xinhua

Traduction : MIRASTNEWS

Source : CHINA DAILY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :