A la Une

La Chine demande aux Etats-Unis d’Amérique et au Canada d’expliquer clairement l’arrestation du directeur financier de Huawei « pour violation des sanctions des Etats-Unis d’Amérique à l’encontre de l’Iran »

Sabrina Meng Wanzhou, directeur financier en chef et directeur exécutif de Huawei. Photo: Handout
  • Sabrina Meng Wanzhou a été arrêtée à Vancouver le 1er décembre, apparemment pour avoir enfreint les sanctions commerciales prises par les États-Unis d’Amérique contre l’Iran.
  • Les Etats-Unis d’Amérique demandent son extradition et une audience de mise en liberté sous caution a été fixée pour vendredi.

Pékin a demandé jeudi aux Etats-Unis d’Amérique et au Canada d’expliquer pourquoi Ottawa avait arrêté Sabrina Meng Wanzhou, responsable des finances du géant chinois de l’équipement de télécommunications, Sabrina Meng Wanzhou, à la demande du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré que les autorités des Etats-Unis d’Amérique et du Canada n’avaient pas encore clarifié la raison de l’arrestation de Meng, qui est également l’un des vice-présidents de Huawei et fille de son fondateur et directeur général Ren Zhengfei.

Geng a déclaré que Pékin avait organisé des manifestations avec Washington et Ottawa et offert une assistance consulaire à Meng peu de temps après sa détention.

Son arrestation à Vancouver soulève de plus en plus de doutes sur une trêve de 90 jours sur les échanges entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping le 1er décembre, le jour de sa détention.

Le ministère chinois du Commerce a détourné les questions qui reliaient la crise de Huawei à la guerre commerciale USA-Chine.

« Je n’ai pas d’informations à ce sujet pour le moment », a déclaré le porte-parole du ministère, Gao Feng.

Ottawa a confirmé l’arrestation de Meng mercredi.

«Wanzhou Meng a été arrêtée à Vancouver le 1er décembre», a déclaré Ian McLeod, porte-parole du ministère de la Justice du Canada. «Les États-Unis d’Amérique ont demandé son extradition et une audience de mise en liberté sous caution a été fixée pour vendredi.»

«Une interdiction de publication étant en vigueur, nous ne pouvons fournir aucun détail supplémentaire pour le moment. Mme Meng a demandé l’interdiction», a déclaré McLeod.

Certains médias chinois continentaux ont prétendu que Meng était le principal candidat à la succession de son père à la barre du géant des télécommunications. Meng a adopté le nom de famille de sa mère.

Elle a été arrêtée pour avoir tenté de se soustraire à l’embargo sur le commerce imposé par les Etats-Unis d’Amérique à l’Iran, a rapporté le Globe and Mail, citant une source canadienne informée de cette arrestation. Aucun autre détail n’était disponible.

Le gouvernement chinois a protesté contre cette mesure peu après que le gouvernement canadien ait rendu la détention publique.

«À la demande de la partie états-unienne [d’Amérique], la partie canadienne a arrêté une citoyenne chinoise [qui] ne violait aucune loi des Etats-Unis d’Amérique ou du Canada. La partie chinoise s’oppose fermement aux manifestations de ce type qui portent gravement atteinte aux droits fondamentaux de la victime et proteste vivement», a déclaré l’ambassade de Chine à Ottawa.

«La partie chinoise a tenu des protestations sévères auprès des parties états-unienne et canadienne et les a exhortées à corriger immédiatement les actes répréhensibles et à rétablir la liberté personnelle de Mme Meng Wanzhou.

« Nous suivrons de près l’évolution de la question et prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger résolument les droits et intérêts légitimes des citoyens chinois. »

Dans un communiqué, Huawei a reconnu la demande de détention et d’extradition du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique.

«Récemment, notre chef des finances, Mme Meng Wanzhou, a été provisoirement arrêtée par les autorités canadiennes au nom des États-Unis d’Amérique, qui demande l’extradition de Mme Meng Wanzhou afin qu’elle fasse face à des accusations non spécifiées dans le district Est de New York, alors qu’elle était entrain de transférer des vols au Canada.»

«La société a reçu très peu d’informations sur les accusations et Mme Meng n’a eu connaissance d’aucun acte répréhensible. La société pense que les systèmes juridiques canadien et états-unien d’Amérique aboutiront à une conclusion juste», a déclaré Huawei.

« Huawei se conforme à toutes les lois et réglementations en vigueur, y compris aux lois et réglementations en vigueur en matière de contrôle des exportations et de sanctions des Nations Unies, des Etats-Unis d’Amérique et de l’UE », a déclaré la société.

Selon la biographie de Meng figurant dans le rapport annuel de la société, elle a rejoint Huawei en 1993 et a occupé divers postes au sein des services financiers de la société. Elle est actuellement l’un des vice-présidents du conseil d’administration et la directrice financière de la société.

En avril, le Wall Street Journal a annoncé que les procureurs de New York enquêtaient sur Huawei, soupçonné d’avoir enfreint les sanctions imposées à l’Iran.

Le reportage sur l’enquête du ministère de la Justice des États-Unis d’Amérique sur Huawei faisait suite à l’information selon laquelle les procureurs des Etats-Unis d’Amérique avaient imposé des sanctions à l’encontre d’un autre producteur chinois d’équipements de télécommunications, ZTE, pour avoir vendu des équipements en Iran.

ZTE a ensuite été soumis à des sanctions après que le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique eut déterminé qu’il avait d’abord tenté d’échanger illégalement avec l’Iran et la Corée du Nord, avant de s’abstenir d’appliquer les mesures correctives imposées par le département du Commerce des Etats-Unis d’Amérique.

Les entreprises des Etats-Unis d’Amérique ont été interdites de vente de micropuces et d’autres composants à ZTE, paralysant et presque tuant la société jusqu’à ce que l’interdiction soit levée sur ordre de Donald Trump, qui a été contacté par le gouvernement chinois. Dans le cadre d’un nouvel accord visant à lever l’interdiction, ZTE a versé 1,4 milliard de dollars des EUA (USA) d’amendes, réformé sa gestion et installé des responsables de la conformité nommés par les États-Unis d’Amérique.

Le sénateur des EUA Chris Van Hollen, qui a coparrainé une loi visant à maintenir l’interdiction en place si de nouvelles violations de la part de ZTE sont constatées, a pesé sur Huawei peu après l’annonce faite par le Canada.

«Huawei et ZTE sont les deux faces d’une même pièce: des entreprises de télécommunication chinoises qui représentent un risque fondamental pour la sécurité nationale des Etats-Unis d’Amérique. Alors que le département du commerce a concentré son attention sur ZTE, cette nouvelle souligne que Huawei viole également la loi des EUA», a déclaré Van Hollen.

«Au minimum, nous devons obliger les deux entreprises à respecter les mêmes normes. Plus important encore, nous avons besoin d’un plan global visant à tenir les Chinois et leurs entités parrainées par l’État pour responsables des violations flagrantes de la loi et des menaces pour notre sécurité.»

David Mulroney, ancien ambassadeur du Canada en Chine, a déclaré que les dirigeants d’entreprises des Etats-Unis d’Amérique et du Canada pourraient faire l’objet de représailles en Chine.

«C’est quelque chose que nous devrions surveiller», a-t-il déclaré. «C’est une possibilité. C’est un membre éminent de leur société et une entreprise qui incarne vraiment la quête de la Chine pour une reconnaissance mondiale en tant que puissance technologique.»

Mulroney a déclaré que le Canada devrait être préparé à la « fureur soutenue » de la part des Chinois et a déclaré qu’il serait présenté en Chine sous le nom de Canada se prosternant devant Trump. Il a également déclaré que les accusations sur l’Iran étaient très préjudiciables à Huawei et que la Chine reculerait.

Meng Wanzhou prend la parole lors d’un événement de recrutement sur le campus en 2016 à l’Université Tsinghua. Photo: Document

Wenran Jiang, chercheur à l’Institute of Asian Research de l’Université de Colombie-Britannique, a déclaré que les Chinois interpréteraient l’arrestation comme un complot visant à causer des dommages.

«Elle était en transit à Vancouver», a-t-il déclaré. « Cela signifie que les agences de renseignement au Canada et aux États-Unis d’Amérique la traquaient et envisageaient de l’arrêter pendant un certain temps. »

Il prévoyait une crise dans les relations entre les trois pays si Meng était extradé et il a déclaré que toute discussion sur un accord de libre-échange entre le Canada et la Chine prendrait fin.

Zhou Xin, Choi Chi-yuk, Robert Delaney

Reportages supplémentaires de Catherine Wong, Amanda Lee et Associated Press

Cet article a été publié dans l’édition imprimée du South China Morning Post sous le titre: PEKIN PROTESTE SUR L’ARRESTATION DE HUAWEI CFOBeijing loge contre l’arrestation d’un très haut dirigeant du géant des télécommunications au Canada.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : South China Morning Post

Prise d’otage?

Huawei sera le sujet principal des négociations commerciales USA-Chine, selon le conseiller de la Maison Blanche, John Bolton

Un conseiller des Etats-Unis d’Amérique à la sécurité nationale souligne la pratique des entreprises chinoises qui utilisent la propriété intellectuelle volée aux États-Unis d’Amérique pour procéder à des transferts de technologie forcés
Bolton était au courant du projet d’arrestation du directeur financier de Huawei lors des négociations commerciales EUA-Chine le 1er décembre… LIRE LA SUITE

1 Trackback / Pingback

  1. La Chine demande aux Etats-Unis d’Amérique et au Canada d’expliquer clairement l’arrestation du directeur financier de Huawei « pour violation des sanctions des Etats-Unis d’Amérique à l’encontre de l’Iran » | Raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :