A la Une

Des civils syriens saisissent des puits de pétrole d’un groupe rebelle

Un groupe important de civils syriens a pris le contrôle de plusieurs puits de pétrole dans l’Est de la Syrie après des affrontements avec le groupe rebelle des Forces démocratiques syriennes (Syrian Democratic Forces), a rapporté aujourd’hui le journal iranien Fars News, citant des informations communiquées par l’observatoire syrien des droits de l’homme basé au Royaume-Uni.

Selon le rapport, le groupe rebelle, qui comprend des combattants kurdes et arabes soutenus par les Etats-Unis d’Amérique (EUA), avait amassé du carburant, refusant de le fournir aux communautés de la province syrienne de Deir ez Zor, dans l’Est du pays, provoquant ainsi une flambée des prix.

Deir ez-Zor abrite l’un des plus grands gisements de pétrole de la Syrie, Al Omar, qui, avant la guerre civile en Syrie, avait pompé 30 000 b/j de pétrole brut. L’État islamique, qui a joué un rôle de premier plan dans la guerre civile syrienne, a contrôlé le terrain en 2015, lorsque la coalition dirigée par les États-Unis d’Amérique contre le groupe terroriste l’a détruit, coupant ainsi un flux de revenus générant environ 5,1 millions de dollars des EUA de ventes de pétrole par mois.

Les affrontements entre le FDS et les communautés locales durent depuis longtemps à Deir ez Zor, mais l’État islamique serait en train de se rétablir en Syrie et en Irak, et la situation dans l’Est de la Syrie pourrait déjà devenir plus difficile étant donné que le groupe terroriste chercherait certainement à reprendre le contrôle des champs de pétrole.

Selon un article paru dans le Financial Times de la semaine dernière, des militants de l’État islamique ont kidnappé et tué des personnes, et mis en place des bombes dans les territoires qu’il contrôlait de 2014 à 2017, après avoir été chassé de la majeure partie de ce qu’ils avaient appelé un califat en Irak et en Syrie.

En fait, le porte-parole des FDS, Kino Gabriel, cité par le Financial Times, aurait déclaré: «Notre estimation du pouvoir d’ISIS était erronée. Nous avons réalisé qu’il y avait plus de combattants d’ISIS que nous le pensions», rappelant les avertissements antérieurs des analystes géopolitiques selon lesquels la défaite de l’État islamique serait un défi permanent, malgré la libération d’anciens bastions tels que Raqqa en Syrie et Mossoul en Irak.

Irina Slav

Irina est rédactrice pour le cabinet de conseil Divergente LLC, basé aux États-Unis, avec plus de dix ans d’expérience dans la rédaction de rapports sur l’industrie pétrolière et gazière.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Oil Price

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :