A la Une

Integrity Initiative: un groupe espagnol a induit le parlement britannique en erreur sur Assange, la Russie

© REUTERS / Peter Nicholls

Les recherches sur les membres du « cluster » espagnol de l’Integrity Initiative ont abouti à des conclusions extrêmement troublantes.

Le 19 décembre 2017, le comité «Numérique, Culture, Médias et Sport» de la Chambre des communes a convoqué la première audience de son enquête sur les «fausses informations» au cours de laquelle il a entendu le témoignage de plusieurs témoins.

Parmi eux ont été David Alandete, rédacteur en chef d’El Pais, Francisco de Borja Lasheras, directeur du bureau de Madrid du Conseil européen des relations étrangères, et Mira Milosevich-Juaristi, chargée de recherche pour la Russie et l’Euroasia à l’Institut Elcano. Ils avaient été invités à discuter un prétendu effort du Kremlin pour s’immiscer dans le référendum sur l’indépendance de la Catalogne d’octobre 2017 via un réseau ignoble de médias sociaux, de robots, de trolls, de Sputnik News et de RT – et du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

Ce que le trio a omis de révéler et qu’il doit encore reconnaître publiquement près d’un an plus tard, c’est qu’il est directement et indirectement lié à l’Integrity Initiative – un « effort de guerre de l’information«  basé à Londres qui a reçu des millions de dollars du gouvernement britannique et soumis à plus d’une enquête officielle sur ses activités.

Encore plus troublant cependant, leur témoignage – qui pourrait avoir contribué de manière significative à la décision prise par l’Équateur en mars 2018 de couper l’accès d’Assange à Internet et de lui interdire de recevoir des visiteurs autres que son équipe juridique – a été condamné comme « exceptionnellement trompeur » par un analyste indépendant de données, qui a également présenté un témoignage d’expert au Comité.

Oiseaux d’une grappe

L’organisation fantomatique entretient des «clusters» – des réseaux secrets de politiciens, d’hommes d’affaires, de responsables militaires, d’universitaires et de journalistes – dans le monde entier qui «comprennent la menace que représente la« désinformation» russe pour les pays occidentaux et peuvent être mobilisés pour influencer la politique intérieure.

Les fichiers suggèrent que des clusters sont opérationnels en France, en Allemagne, en Grèce, en Italie, en Lituanie, au Monténégro, aux Pays-Bas, en Norvège, en Serbie, en Espagne et au Royaume-Uni – et il est prévu d’étendre le système à tous les coins du monde.

Lasheras et Milosevich-Juaristi sont tous deux membres du cluster espagnol d’Integrity Initiative, qui selon des dossiers internes « attire ses participants du monde universitaire, des médias, des fonctionnaires, de militaires et de plusieurs partis politiques ».

Integrity Initiative sur son cluster espagnol © Initiative Integrity

On ne sait pas si la « grande étude » faisait référence à l’un des éléments de preuve fournis par le Comité – mais les fausses informations ont été apparemment fournies à son enquête par Alandete, Lasheras et Milosevich-Juaristi, et ont eu la possibilité d’informer le langage incendiaire de son rapport intermédiaire publié en juillet.

« Nous avons entendu des témoignages montrant une ingérence présumée de la Russie dans le référendum espagnol d’octobre 2017. Au cours de la campagne référendaire, la Russie a provoqué un conflit, par une combinaison d’informations trompeuses et de désinformation, entre des citoyens espagnols et entre l’Espagne et d’autres États membres de l’UE et à l’OTAN », a écrit le comité.

La mise en scène

Le 1er octobre 2017, la région autonome de Catalogne a organisé un référendum sur la question de son indépendance. Le gouvernement espagnol a déclaré le vote illégal, provoquant de violentes manifestations et des arrestations de politiciens et de militants catalans, ainsi que la saisie de bulletins de vote et de perquisitions, ainsi que la saisi bureaux de vote par les autorités. Assange a abondamment tweeté, condamnant les attaques officielles pervers contre des électeurs et des organisations civiques catalanes pacifiques – ses messages sur le sujet seraient retransmis des milliers de fois par ses partisans – et des partisans de l’indépendance catalane – et ont trouvé leur chemin dans un certain nombre de rapports de Sputnik News et RT sur le sujet.

Alors que la crise commençait à se déclencher, l’ancien Premier ministre espagnol Felipe Gonzalez aurait demandé à Grupo PRISA – le plus puissant conglomérat médiatique espagnol et propriétaire d’El Pais – d’émettre une « réponse ferme » au mouvement indépendantiste catalan.

Quelques jours plus tard, El Pais commença dûment à publier des articles affirmant qu’Assange était en train d’aider Sputnik News et RT à promulguer de « fausses informations » sur les événements en Catalogne. Ces allégations sans fondement ont été reprises dans des rapports publiés par un certain nombre d’organisations ayant des antécédents avérés de diffusion de désinformation anti-Kremlin, y compris le Digital Forensics Research Lab du Conseil atlantique et la StratCom de l’OTAN, et ont finalement amplifié l’idée douteuse que le soutien en ligne à l’indépendance catalane était en réalité un complot russe, facilité – sinon dirigé par Assange – qui s’est généralisé dans le discours occidental dominant.

C’est le rôle initial déterminant joué par El Pais dans la perpétuation de cette notion qui a conduit l’invité du rédacteur Alandete à participer à la session du Comité du 19 décembre – et il a amené avec lui les deux personnes qui avaient fourni une grande partie des données citées par les journalistes de son journal, qui étayaient leur théorie de l’ingérence russe dans le référendum.

Lasheras et Milosevich-Juarist ont tous deux présenté de nombreuses données qui auraient éclairé leurs conclusions sur l’intervention du Kremlin devant le panel parlementaire – mais dans une concession révélatrice, Milosevich-Juaristi a admis sous l’interrogatoire du député Ian C. Lucas qu’il « [n’avait] aucune preuve » que le gouvernement de  la Russie cherchait à obtenir « tout résultat concret » dans la campagne référendaire. Lasheras a fait écho aux sentiments de son associé en disant « nous n’avons aucune preuve spécifique » et « nous ne savons pas ».

« Exceptionnellement trompeur »

Les problèmes avec le témoignage «expert» du trio ne s’arrêtent pas là. Dans les preuves écrites soumises à l’enquête par MC McGrath – directeur fondateur de Transparency Toolkit, une organisation à but non lucratif qui aide les journalistes et les groupes de défense des droits de l’homme à collecter, analyser et comprendre des données en ligne – soulève de sérieuses questions sur leur compétence et leur probité.

« J’ai découvert de nombreux cas d’interprétation erronée des sources de données, d’utilisation d’informations inexactes, de manque d’attention portée aux détails et de mauvaise méthodologie de recherche. En raison de ces erreurs, je suggérerais que les conclusions tirées de ces rapports et présentées lors de la session du comité du 19 décembre sont exceptionnellement trompeuses », a-t-elle écrit.

Plus précisément, son examen identifié; une incapacité à utiliser avec précision les outils d’analyse numériques; méthodologie de recherche douteuse; analyse unilatérale en ignorant les réseaux de zombies qui diffusent des messages d’indépendance anti-catalans; exagération de l’influence des robots et des trolls; analyse négligente de données provenant de sources douteuses; exagération de l’influence d’Assange sur RT et Sputnik. «Des informations telles que celle d’El Pais identifient un nombre étrangement suspect de tweets sur la Catalogne de la part de robots et de trolls russes. La proportion de comptes situés en Russie qui ont retweeté celui de Julian Assange n’a rien d’exceptionnel. Un échantillon de 23 418 retweets de tweets d’Assange traitant de Catalogne en septembre et octobre 2017 indique 2,1% en Russie, ce qui correspond au taux de la population mondial… [Il ne montre pas] un intérêt disproportionné pour la situation en Catalogne par la Russie. En fait, les retweeters de Julian Assange semblent être concentrés aux Etats-Unis d’Amérique», a-t-elle observé.

Encore plus accablant, McGrath a trouvé que Sputnik et RT ne mentionnaient Assange que dans une petite minorité de leurs récits sur la Catalogne. À l’aide de Media Cloud, un outil créé par des chercheurs du MIT et de Harvard pour suivre la propagation d’actualités et d’idées, elle a analysé la couverture de la situation en Catalogne par les deux points de vente entre le 1er septembre et le 8 décembre 2017, au cours de laquelle ils ont publié 596 articles sur la Catalogne. « Dans ces histoires, 2 998 phrases mentionnent spécifiquement la Catalogne. Seulement 17 de ces 596 histoires sur la Catalogne, soit 2,85%, mentionnent également Assange. De plus, l’analyse des phrases mentionnant Assange montre que les références se sont articulées autour de quelques événements et commentaires isolés. Un échantillon de 53 929 retweets sur 1 508 tweets liés à la Catalogne publiés en septembre et octobre 2017 par les comptes Twitter anglais et espagnol de RT et Sputnik, montrent que seulement 22 des 1508 tweets (1,46%) mentionnent Assange… 0,26% des retweets des tweets de RT et Sputnik à propos de la Catalogne mentionnent Assange », a-t-elle conclu.

Oiseaux d’une grappe

Il n’est pas certain que le trio ait délibérément induit le comité en erreur, mais le groupe l’a certainement été – et ces mensonges pourraient avoir des conséquences sismiques dans le monde réel.

Par exemple, l’appui apparent du comité à l’affirmation du trio selon laquelle un individu ou un groupe cité par Sputnik et / ou RT est la preuve qu’il contribue à – sinon mène – une campagne de désinformation en Russie, remet des munitions potentiellement importantes à quiconque souhaitant discréditer ou délégitimer les voix critiques dans le discours dominant.

De manière plus sinistre, cependant, si le gouvernement tenait compte des recommandations contenues dans le rapport intermédiaire de la commission, une législation pourrait sérieusement restreindre, voire totalement réduire les capacités des sources d’informations alternatives et entraver la publication des travaux par des chercheurs et des journalistes indépendants.

Si les lois se matérialisent, elles seront au moins en partie inspirées par une analyse peu sérieuse qui, consciemment ou inconsciemment, ne repose pas sur des faits ou des preuves – et une organisation qui prétend « défendre la démocratie de la désinformation » pourrait être considérée comme coupable. De plus, ce ne serait pas la première fois que des personnes associées au cluster espagnol d’Initiative Integrity ont influencé la politique intérieure – des dossiers internes de l’Institut ont été divulgués, se vantant du succès de l’opération Moncloa, qui visait à bloquer la nomination de Pedro Banos, un réserviste de l’armée et auteur du parti socialiste espagnol a voulu fabriquer le directeur de la sécurité nationale du pays.

Comment la nomination de Pedro Banos a été bloquée par Integrity Initiative © Integrity Initiative

Lorsque la candidature de Banos a été annoncée, les membres du groupe espagnol – dont Gonzalez Ponz, porte-parole du Partido Popular au Parlement européen, et Nacho Torreblanco, directeur du bureau du Conseil européen pour les relations extérieures à Madrid – se sont entendus via WhatsApp pour submerger les réseaux sociaux avec des messages anti-banos, et fournit aux médias espagnols un «dossier» de documents négatifs sur l’ancien chef du contre-espionnage et de la sécurité de l’armée européenne. Le pôle britannique de l’Initiative a soutenu leur travail – en 24 heures, le rendez-vous prévu a été annulé – On se demande comment d’autre – et où d’autre – l’Institute for Integrity a eu un tel effet perturbateur sur la politique intérieure.

Sputnik a demandé à Damian Lewis, président du comité, de donner son avis, mais le 14 décembre, il n’a toujours pas répondu.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :