A la Une

De la distinction à la chute de Ghosn – une enquête secrète de Nissan a conduit à l’arrestation

Le Yomiuri Shimbun

Cette photo prise le 6 décembre montre un bâtiment à Amsterdam enregistré comme adresse de Zi-A Capital BV.

Ceci est le deuxième versement d’une série en trois parties.

Dans une zone industrielle de la banlieue d’Amsterdam, se trouve un bâtiment portant le logo «Nissan», où les gros camions vont et viennent. Situé à environ 20 minutes en voiture du cœur de la capitale néerlandaise, le bâtiment est l’une des bases étrangères de Nissan Motor Co.

En décembre 2010, Zi-A Capital BV a été créée en tant que filiale de Nissan. Ce bâtiment de banlieue a été enregistré comme emplacement de Zi-A. L’ancien président du conseil de Nissan, Carlos Ghosn, 64 ans, a assumé les fonctions de président-directeur général de Zi-A. Même à l’heure actuelle, l’ancien directeur du représentant de Nissan, Greg Kelly, 62 ans, figure sur la liste des dirigeants de Zi-A.

Bien que Nissan ait investi plus de 5 milliards de yens (44 millions de dollars) dans Zi-A dans le but de faire des investissements en capital-risque, l’entreprise n’a eu aucun employé. «Je n’ai jamais entendu parler d’une chose telle que Zi-A», a été la réponse unanime de la population locale ayant des liens avec Nissan.

Ghosn relations alliance

The Yomiuri Shimbun

Au printemps de cette année, un dirigeant de Nissan, âgé de 54 ans, a exprimé son scepticisme à l’égard de Zi-A à une équipe d’enquête secrète établie chez le constructeur automobile. Il a dit à l’équipe qu’il avait senti que quelque chose de drôle se passait dans la filiale. Le dirigeant, ressortissant étranger et qualifié pour exercer le droit, travaille depuis longtemps au sein de la division des affaires juridiques de Nissan et était considéré comme proche de Kelly.

Il avait reçu des instructions de Kelly lui demandant d’acheter des résidences sans que personne ne soit au courant de ces achats. En expliquant la raison de cette confidentialité, Kelly a cité la nécessité de protéger la sécurité de ces résidences.

De 2011 à 2012, le dirigeant a injecté des fonds de Zi-A dans une société fictive installée dans un paradis fiscal et a acheté et rénové des résidences de luxe au Brésil et au Liban pour un coût total d’environ 2,1 milliards de yen. Ghosn et sa famille les ont utilisés, ce qui laisse supposer que les achats ont été faits en détournant de l’argent d’investissement de Zi-A pour un usage personnel.

Le mécontentement avec Renault

Chez Nissan, il y avait un mécontentement refoulé avec le français Renault SA. Les chiffres de vente du constructeur japonais étaient d’environ 12 000 milliards de yens, tandis que ceux du constructeur automobile français étaient d’environ 7,5 milliards de yens. Nissan a continué de verser un dividende important à Renault, qui détient une participation de 43% dans cette société en tant que principal actionnaire.

Le gouvernement français, qui détient 15% du capital de Renault, visait également à exercer une influence accrue sur Nissan, dans la perspective du développement industriel national et de la création d’emplois. Ghosn avait servi de bouclier contre ce mouvement. Il a souligné devant le gouvernement français que Nissan était une entité indépendante. En décembre 2015, un accord a été conclu aux termes duquel le gouvernement français ne serait pas impliqué dans la gestion de Nissan.

Toutefois, la situation s’est renversée en février dernier lorsque Renault a décidé de maintenir Ghosn à ses fonctions de président et de directeur général. À cette époque, il était sur le point de terminer son mandat en tant que membre du conseil d’administration de Renault.

« La position de Ghosn concernant la défense de Nissan a radicalement changé », a déclaré une source proche de Nissan.

Il y avait de plus en plus de spéculations au sein de Nissan sur le fait que Ghosn avait conclu un accord secret avec le gouvernement français en vue de réaliser l’intégration commerciale de Nissan-Renault en échange de la prolongation de son mandat. Aucune mesure spécifique ne semble avoir été prise pour parvenir à une intégration commerciale, mais un dirigeant de Nissan a déclaré: «[l’intégration] devait être dans sa tête comme une option.»

L’alliance Nissan, Renault et Mitsubishi Motors a permis la vente totale de 10,6 millions de voitures en 2017 et emploient plus de 450 000 personnes dans le monde. Ghosn a été à la fois l’architecte et le pivot qui la maintenait. / MIRASTNEWS

Certains responsables de Nissan ont été contrariés par le complot d’intégration possible. S’ils prenaient le contrôle du conseil d’administration de Nissan, ils pourraient expulser Ghosn de l’entreprise. Depuis 1999, il occupait depuis 19 ans le poste le plus élevé chez le constructeur automobile. Étant donné que cinq des neuf membres du conseil d’administration de Nissan étaient considérés comme des partisans de Ghosn, les choix pour atteindre cet objectif étaient limités.

Clé de négociation de plaidoyer

Le 1er juin, la version japonaise du système de négociation de plaidoyers est entrée en vigueur. Fondé sur des accords conclus entre les procureurs et les personnes visées par des enquêtes pénales ou des suspects, le système est conçu pour alléger le degré de responsabilité pénale en échange de leur aide pour mettre au jour des crimes commis par des tiers. Il est présumé que le système peut être utilisé pour découvrir la vérité sur les crimes commis par les plus hauts responsables d’organisations, sur la base d’aveux obtenus de leurs subordonnés.

Les efforts accélérés de Nissan pour mener une enquête interne ont coïncidé avec le moment choisi pour le démarrage du nouveau système. [Alerte pour Ghosn et son équipe: serait-ce un nouveau système édicté sur mesure ou pure coïncidence? (MIRASTNEWS)]. Le flux de fonds liés à Zi-A constituait «un matériau idéal» pour le renvoi aux procureurs, a déclaré une source proche de Nissan. La remarque montrait comment l’accord entre le constructeur automobile et l’équipe d’enquête du Bureau des procureurs du district de Tokyo avait été conclu, en utilisant les révélations concernant le flux d’argent comme étape initiale vers la conclusion du marché.

Si l’enquête interne avait été détectée par Ghosn et ses sympathisants, elle aurait pu être bloquée. Une autre personne proche de Nissan a révélé que l’enquête interne avait été menée à bien. « En augmentant le nombre de membres [impliqués dans l’enquête], nous devions examiner de près leurs antécédents, leur personnalité et leur nature », a déclaré la source.

[Renault SA manque-t-il d’experts en intelligence économique efficace capable de surveiller, pister et détecter une telle manœuvre interne au sein de son partenaire-allié? S’agirait-il de défaillance managériale ou d’impossibilité logique de détection? JDDM (MIRASTNEWS)].

Les aveux du président du secrétariat de Nissan, âgé de 59 ans, qui a servi Ghosn pendant plus de 10 ans ont été décisifs dans le succès de cette entreprise. Il a révélé aux membres de l’enquête que «la rémunération de la direction de Ghosn comprend des paiements à effectuer à l’avenir».

Dans les rapports sur les titres de Nissan, la rémunération de Ghosn était estimée à environ 1 milliard de yen par an depuis le lancement d’un système en 2010 permettant de divulguer le montant de la rémunération reçue par les dirigeants individuels. On soupçonnait qu’il avait sous-déclaré sa rémunération réelle d’environ 2 milliards de yens par an pour éviter les critiques nationales et étrangères sur les rémunérations élevées, dans l’espoir de recevoir des paiements différés après sa retraite.

Dans la soirée du 19 novembre, l’équipe d’enquête spéciale a franchi le pas et a arrêté Ghosn et Kelly soupçonnés d’avoir fait de fausses déclarations dans les rapports sur les valeurs mobilières. Ni l’un ni l’autre n’étaient au courant des démarches entreprises par Nissan et l’équipe d’enquête.

Nissan a rejeté l’opinion selon laquelle les arrestations de Ghosn et Kelly étaient un coup d’État perpétré par des personnes qui avaient une carrière beaucoup plus longue chez le constructeur. Cependant, un haut responsable de Nissan a déclaré que « bien que le complot d’intégration [Nissan-Renault] ne soit pas directement lié au cas récent, il a peut-être jeté les bases [de celui-ci] ».

The Yomiuri Shimbun

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :