A la Une

« La Russie gagne »: Fureur à Washington étant donné que Trump annonce son retrait de la Syrie

Troupes des Etats-Unis d’Amérique en patrouille avec les forces turques près de Manbij, en Syrie, le 1er novembre 2018. © US Army / Arnada Jones (via Reuters)

La décision du président Donald Trump de déclarer l’Etat islamique vaincu et d’ordonner le retrait complet des Etats-Unis d’Amérique de la Syrie a suscité colère et incrédulité de la part de l’establishment de Washington qui espérait un changement de régime à Damas.

Trump a déclaré la victoire sur l’Etat islamique mercredi (mercredi), alors que les médias rapportaient qu’environ 2 000 soldats des Etats-Unis d’Amérique quitteraient la Syrie d’ici 60 à 100 jours. Bien que Trump ait ouvertement parlé de sa volonté de quitter en mars les dossiers de la Syrie, de hauts responsables de son administration ont déclaré que les forces états-uniennes y resteraient indéfiniment.

Trump dit « nous avons vaincu l’Etat islamique » alors que les Etats-Unis commencent à se retirer de la Syrie

Le président Donald Trump a tweeté que l’EI a été vaincu, la Maison-Blanche ayant annoncé que les Etats-Unis d’Amérique avaient commencé à retirer leurs troupes de Syrie... LIRE LA SUITE

Jake Tapper de CNN a réagi à cette annonce en citant un responsable anonyme du Pentagone qui y voyait une victoire du président russe Vladimir Poutine.

Jake Tapper

@jaketapper

Responding to this, a Pentagon official asks me: “so when does Russia announce their victory?”

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

We have defeated ISIS in Syria, my only reason for being there during the Trump Presidency.

L’ancien conseiller en politique étrangère d’Hillary Clinton, Jesse Lehrich, a déploré que le retrait soutienne le président syrien Bashar Assad et renforce la Russie et l’Iran, tout en laissant les milices kurdes alliées aux États-Unis d’Amérique «une nouvelle fois en suspens».

Jesse Lehrich

@JesseLehrich

there are no easy answers in Syria & getting troops home is a worthy goal, but…

1) this is a lie — the Pentagon says so.

2) abrupt withdrawal will not only breathe new life into ISIS, but also amounts to a dangerous abandonment of our allies & strategic goals in the region.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

We have defeated ISIS in Syria, my only reason for being there during the Trump Presidency.

Le sénateur Marco Rubio (R-Florida), connu sous le nom de faucon de la politique étrangère, a également exprimé son désaccord avec un retrait, qualifiant cette erreur d’erreur « colossale » et de « grave erreur qui aura des répercussions importantes dans les années et les mois à venir ».

Rubio a fait écho à l’évaluation de Lehrich selon laquelle le retrait des Etats-Unis d’Amérique laisserait la Syrie passer à la Russie et à l’Iran, ajoutant que cela pourrait conduire à un autre conflit entre Israël et le Hezbollah soutenu par l’Iran, et conforterait l’argument (hypothétique) de la Russie et la Chine selon lequel Washington est un « allié peu fiable ».

NBC News

@NBCNews

Sen. Rubio: « The decision to withdraw an American presence in Syria is a colossal, in my mind, mistake — a grave error that’s going to have significant repercussions in the years and months to come. » https://nbcnews.to/2UW5uh6 

Un autre faucon de politique étrangère, la sénatrice Lindsey Graham (Caroline du Sud) a déclaré que le retrait serait «une énorme erreur, semblable à celle d’Obama», permettant la renaissance de l’EI et mettant en danger les Kurdes.

Lindsey Graham

@LindseyGrahamSC

Withdrawal of this small American force in Syria would be a huge Obama-like mistake.

Lindsey Graham

@LindseyGrahamSC

With all due respect, ISIS is not defeated in Syria, Iraq, and after just returning from visiting there — certainly not Afghanistan.

Faysal Itani, expert résident du Conseil de l’Atlantique pour la Syrie, a lui aussi été sombre dans ses prédictions.

« Je pense que l’EI sera de retour sous une forme ou une autre et que l’expulsion de l’Iran de la Syrie ne sera pas possible si les États-Unis d’Amérique ne sont pas du tout en Syrie », a-t-il déclaré à The National, basé aux Emirats Arabes Unis, ajoutant qu’un résultat plus probable serait être « une possible confrontation militaire entre la Turquie et les Kurdes, du moins dans la zone frontalière, si la Russie le permet ».

Le rédacteur en charge de la politique étrangère du Washington Post, Jackson Diehl, s’est demandé comment le conseiller en matière de sécurité nationale de Trump, John Bolton, se sentait face au retrait, compte tenu de ses récentes déclarations selon lesquelles les Etats-Unis d’Amérique resteraient en Syrie tant que des forces soutenues par l’Iran seraient présentes, ce qui signifie indéfiniment.

Jackson Diehl

@JacksonDiehl

I wonder how John Bolton is feeling this morning. It’s been less than three months since he announced the US would not leave Syria unless and until Iran did. https://wapo.st/2Q2fjqj?tid=ss_tw&utm_term=.33feb60c46eb 

Bolton: U.S. forces will stay in Syria until Iran and its proxies depart

Pentagon insists that U.S. military in Syria remains solely to defeat the Islamic State

washingtonpost.com

Les critiques de l’implication des Etats-Unis d’Amérique en Syrie se sont toutefois réjouis de l’annonce du retrait, soulignant que la véritable erreur était que Washington avait été impliqué dans la tentative de renversement du gouvernement à Damas.

Daniel McAdams @DanielLMcAdams

Um…Lindsey? Take your meds. Obama is the moron who got us INTO Syria. So getting us OUT of Syria would by definition NOT be an « Obama-like » mistake.

Lindsey Graham

@LindseyGrahamSC

Withdrawal of this small American force in Syria would be a huge Obama-like mistake. https://twitter.com/washingtonpost/status/1075390541892866048 

Elijah J. Magnier @ejmalrai

If the pull out all its forces from the north-east of , and I mean ALL, this is time to celebrate for all Syrians and declare the day of the last US soldier withdrawal THE independence day.

The main source of trouble to the ME claim it is pulling out? Am I dreaming?

Un site d’information satirique a peut-être dit le mieux: il a rapporté que la gauche et la droite cherchaient à convaincre Trump de « rompre avec la longue tradition des Etats-Unis d’Amérique de rester indéfiniment dans les pays du Moyen-Orient ».

The Babylon Bee @TheBabylonBee

Trump Criticized For Breaking With Longstanding American Tradition Of Remaining In Middle Eastern Countries Indefinitelyhttps://babylonbee.com/news/trump-criticized-for-breaking-longstanding-american-tradition-of-remaining-in-middle-eastern-countries-indefinitely 

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cet article!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

1 Comment on « La Russie gagne »: Fureur à Washington étant donné que Trump annonce son retrait de la Syrie

  1. josephhokayem // 21 décembre 2018 à 20:19 // Réponse

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :