A la Une

Ghosn ré-arrêté pour abus de confiance et pertes financières pour Nissan

Le Yomiuri Shimbun
Des membres de la presse sont vus devant la maison de détention de Tokyo vendredi.

L’escouade spéciale d’enquête du parquet du district de Tokyo a ré-arrêté vendredi l’ancien président de Nissan Motor Co., Carlos Ghosn – déjà accusé d’avoir sous-estimé sa rémunération dans les rapports sur les valeurs mobilières – pour suspicion d’abus de confiance aggravé (voir ci-dessous) sous les Sociétés Law, impliquant environ 1,6 milliard de yens d’argent de Nissan.

Selon l’équipe et d’autres sources proches du dossier, alors que Ghosn était le représentant et le directeur général de Nissan, il avait géré une partie de ses actifs personnels dans le cadre d’une opération de swap signée par une société de gestion d’actifs. Lorsqu’il a subi une perte de valorisation d’environ 1,85 milliard de yens en octobre 2008, il a transféré la responsabilité du contrat de sa société d’actifs à Nissan avec la perte, causant des dommages à l’entreprise automobile.

Lorsqu’il a transféré le contrat à sa société d’actifs, Ghosn aurait envoyé un total de 14,7 millions de dollars (environ 1,6 milliard de yen au taux de change actuel) d’un compte bancaire d’une filiale consolidée de Nissan de juin 2009 à mars 2012, à une connaissance en Arabie saoudite qui a contribué à garantir le crédit du contrat, causant des dommages à Nissan.

Selon les sources, Ghosn a subi des pertes d’investissement suite à la forte hausse du yen provoquée par l’effondrement de Lehman Brothers à l’automne 2008. À cette époque, la banque avait souligné le manque de garantie de Ghosn.

Au lieu d’ajouter des garanties, il a suggéré de transférer tous les droits, y compris les pertes, de sa société de gestion d’actifs à Nissan. Les sources ont indiqué que la banque avait initialement demandé à Ghosn d’obtenir l’approbation du conseil d’administration de Nissan, avant de donner suite à sa demande sans obtenir un consensus du conseil d’administration.

À l’époque, la Commission de surveillance des valeurs mobilières et des marchés de valeurs connaissait le contexte grâce à une inspection de la banque et avait signalé des problèmes de conformité, concernant l’action de Ghosn et la réponse de la banque. Après l’événement, le contrat a été ramené de Nissan à la société d’actifs de Ghosn.

Le délai de prescription en cas d’abus de confiance aggravé est de sept ans, mais il est suspendu pendant le séjour d’un suspect à l’étranger. Dans l’affaire Ghosn, les enquêteurs ont donc estimé que le délai de prescription n’était pas expiré.

La période de détention de Ghosn, qui a duré 10 jours après une nouvelle arrestation le 10 décembre, a expiré jeudi. Il aurait donc pu être libéré sous caution après que le tribunal de district de Tokyo eut rejeté la demande de son équipe de prolonger sa détention. La dernière arrestation, cependant, prolongera encore sa détention.

Kelly demande une caution

L’avocat de la défense représentant l’ancien administrateur représentant de Nissan Motor Co., Greg Kelly, 62 ans, a demandé vendredi au tribunal de district de Tokyo de libérer Kelly sous caution, dans la relation de la falsification des rapports sur les valeurs mobilières de Nissan concernant la rémunération de l’ancien président Carlos Ghosn, 64 ans, en tant qu’administrateur. Si elle est est acceptée, il sera libéré sous caution du centre de détention de Tokyo où il est détenu depuis environ un mois.

Abus de confiance aggravé

L’abus de confiance aggravé est une accusation pénale contre les actes spécifiés dans le Code des sociétés, dans lesquels les membres du conseil d’administration, notamment, violent les obligations qui leur incombent dans le but de servir leurs intérêts ou ceux de tiers, causant ainsi des pertes financières à leurs entreprises. Sa peine statutaire est soit une peine de 10 ans d’emprisonnement avec travail, une amende pouvant aller jusqu’à 10 millions de yens, soit à la fois une peine d’emprisonnement avec travail et une amende. Les sanctions sont plus lourdes que celles prévues par le Code pénal pour abus de confiance: même des personnes telles que des employés non membres du conseil d’administration peuvent également être poursuivies et encourent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement ou une amende pouvant aller jusqu’à 500 000 ¥.

The Yomiuri Shimbun

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Ghosn à nouveau arrêté pour abus de confiance aggravé

Les procureurs japonais ont de nouveau arrêté vendredi le président déchu, Carlos Ghosn, de Nissan Motor Co Ltd, après de nouvelles allégations selon lesquelles Nissan aurait perdu 1,85 milliard de yen au titre de pertes liées à des investissements personnels.

Les procureurs ont également effectué vendredi une descente dans la résidence de Ghosn à Tokyo à la recherche de preuves, a rapporté la chaîne de télévision TV Asahi.

La dernière tournure d’une saga qui a secoué l’industrie automobile mondiale et l’alliance de Nissan avec la société française Renault SA sont survenues un jour après que le tribunal de Tokyo eut rejeté de manière inattendue la demande du procureur de prolonger la détention de Ghosn.

Ce rejet avait laissé entrevoir la possibilité que l’homme d’affaires éminent soit libéré sous caution.

La nouvelle arrestation, cependant, signifie qu’il pourrait être détenu pendant au moins 10 jours supplémentaires dans une prison de Tokyo, où il est emprisonné depuis son arrestation le mois dernier pour des accusations initiales de faute financière.

Le procureur de Tokyo a déclaré que la nouvelle arrestation reposait sur des soupçons selon lesquels, vers octobre 2008, Ghosn aurait transféré ses transactions personnelles au constructeur automobile pour le rendre responsable de 1,85 milliard de yens (16,6 millions de dollars) en pertes d’évaluation et infligé des dommages à Nissan, en le faisant déposer un total de 14,7 millions de dollars à quatre reprises entre juin 2009 et mars 2012 sur un compte bancaire connexe.

Son avocat, Motonari Otsuru, n’était pas disponible pour commenter. Otsuru avait précédemment refusé de renvoyer des appels concernant l’affaire Ghosn.

L’agence de presse Kyodo a déclaré que, lorsque l’allégation selon laquelle Ghosn aurait changé les pertes de papier a été révélée dans les rapports des médias à la fin du mois dernier, Otsuru a déclaré que son client avait nié ces accusations. Ghosn avait envisagé le coup mais ne l’avait pas fait après avoir été informé par les autorités financières que ce serait illégal, a déclaré Kyodo, cité par Otsuru.

Le tribunal de Tokyo a annoncé vendredi dans une déclaration que l’avocat de l’ancien représentant de Ghosn, Greg Kelly, qui avait été arrêté avec Ghosn, avait demandé la libération de son client. La prolongation de la détention de Kelly a été rejetée avec celle de Ghosn.

Carlos Ghosn, qui devait être libéré sous caution le 21, mais le bureau du procureur du district de Tokyo a frappé encore plus « une main ». Le 21, le département des procureurs spéciaux a de nouveau arrêté Ghosn, soupçonné d’être un tyran spécial qui avait blessé Nissan, et la détention a continué. La situation est inhabituelle, surprenante et dramatique.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : newsonjapan

Les procureurs semblent annoncer la troisième arrestation de Ghosn

Tokyo, 21 décembre – La troisième arrestation de Carlos Ghosn pour de nouvelles accusations, vendredi, par les procureurs japonais, semble avoir été avancée du moment initialement prévu, après que leur demande de prolonger la détention de l’ancien président de Nissan Motor Co. <7201> ait été rejetée jeudi par un tribunal, ont déclaré d’anciens procureurs.

« Je suppose qu’ils avaient prévu de le faire (la troisième arrestation) au début de l’année prochaine, après les vacances de fin d’année et du Nouvel An », a déclaré l’avocat Norio Munakata, ancien chef de la brigade des enquêtes spéciales du parquet du district de Tokyo.

« Mais ils ont apparemment décidé de prendre des mesures, dans la mesure où ils pourraient avoir à faire face à des difficultés pour poursuivre leurs enquêtes si Ghosn était libéré sous caution et quittait le Japon », a déclaré Munakata.

Avant la troisième arrestation, sur des accusations d’abus de confiance aggravé, Ghosn devait être libéré sous caution bientôt. Il est allégué d’avoir passé sur Nissan une perte d’évaluation importante liée à la position de sa société de gestion d’actifs en produits dérivés.

Il a été arrêté les 19 et 10 décembre pour avoir dissimulé une partie de sa rémunération chez Nissan au cours des exercices allant de 2010 à 2014 et de 2015 à 2017, respectivement.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : JIJI PRESS

Ghosn a reçu un nouveau mandat d’arrêt pour abus de confiance

Tokyo, le 21 décembre – Les procureurs de Tokyo ont signifié vendredi un nouveau mandat d’arrêt à l’encontre de l’ancien président de Nissan Motor Co. <7201>, Carlos Ghosn, soupçonné d’abus de confiance aggravé en violation du droit japonais des sociétés.

Ghosn, 64 ans, est soupçonné d’avoir frauduleusement transféré à Nissan des pertes majeures subies à l’origine par sa société de gestion d’actifs privée.

C’était la troisième fois que le bureau du procureur du district de Tokyo signifiait un mandat d’arrêt à l’encontre de Ghosn. Les deux premiers étaient soupçonnés de ne pas avoir déclaré sa paye dans deux périodes différentes, en violation des instruments financiers et de la loi sur les changes du pays.

Il est détenu depuis sa première arrestation le 19 novembre.

La dernière action en date a eu lieu à un moment où la rumeur courait que Ghosn pourrait être libéré sous caution peu de temps après que le tribunal de district de Tokyo ait rejeté jeudi une demande du procureur de prolonger sa détention.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : JIJI PRESS

Le PDG de Nissan arrêté à nouveau

nissan-shares-plunge-as-ghosn-faces-ouster-after-arrest-2018-11-20

TOKYO: Les procureurs japonais ont procédé à une nouvelle arrestation de l’ancien chef de Nissan, Carlos Ghosn (photo), suite à de nouvelles allégations, anéantissant apparemment ses espoirs de libération anticipée dans le cadre d’une récente saga en montagnes russes.

L’affaire du magnat de 64 ans, jadis vénéré, touche le Japon depuis son arrestation alors qu’il descendait de son avion privé à l’aéroport de Haneda, à Tokyo, le 19 novembre.

Il était apparemment prêt à être relâché hier après qu’un tribunal eut rejeté de manière surprenante la demande du procureur de prolonger sa détention pour un nouvel interrogatoire.

Mais au lieu d’être libéré sous caution, Ghosn a été arrêté pour suspicion d’une affaire distincte d’actes répréhensibles financiers, impliquant le transfert de Nissan d’un montant de 1,85 milliard de yens (RM69bil) au titre d’un contrat de swap de son propre fonds de gestion d’actifs.

« L’accusé était responsable de la gestion des opérations globales de Nissan et de l’accomplissement consciencieux de son rôle de chef de la direction afin de ne pas causer de préjudice à Nissan et à ses filiales (…) mais il a pris des mesures qui ont trahi son rôle et causé un préjudice financier à Nissan », ont déclaré les procureurs.

Selon le radiodiffuseur public NHK, Ghosn nie les dernières affirmations.

L’homme d’affaires franco-brésilien-libanais a déjà été formellement accusé d’avoir sous-déclaré ses revenus de plusieurs dizaines de millions de dollars sur plusieurs années et fait face à une deuxième série d’allégations selon lesquelles il aurait continué pendant encore trois ans.

Jeudi, un tribunal a refusé de prolonger sa détention sur la deuxième série d’allégations, les médias rapportant que les accusations étaient trop similaires à celles de la première série.

Mais cette nouvelle arrestation donne aux procureurs 48 heures pour l’interroger sur la nouvelle affaire.

En vertu de la législation japonaise, ils peuvent alors demander une nouvelle prolongation de 10 jours, plus 10 jours supplémentaires, pour enquêter sur les nouvelles revendications.

Son bras droit, Greg Kelly, qui fait face à la même accusation initiale, n’a pas été arrêté de nouveau hier et son avocat avait demandé à être libéré sous caution, selon un communiqué du tribunal.

Depuis son étonnante arrestation le mois dernier, l’exécutif qui travaillait autrefois dans les avions à réaction a croupi dans une cellule d’un centre de détention du nord de Tokyo, où il s’est plaint du froid et du menu à base de riz.

Sa longue détention – au Japon, des suspects pouvant être «arrêtés» plusieurs fois pour différentes allégations – a suscité des critiques.

«Le système pénal japonais a été révélé au monde entier. Ce n’est pas forcément la meilleure partie du Japon et ce n’est pas bon pour les affaires», a déclaré Lionel Vincent, avocat à Tokyo. – AFP

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Star

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :