A la Une

L’Iran lance des missiles près d’un porte-avions des Etats-Unis d’Amérique dans le golfe Persique

© REUTERS / Hamad I Mohammed

Des navires de la marine iranienne ont tiré des missiles près du groupe naval d’un porte-avions des Etats-Unis d’Amérique entré dans le golfe Persique le 21 décembre.

Selon AP, le groupe naval de la marine des Etats-Unis d’Amérique, dirigé par le porte-avions USS John C. Stennis, a été suivi par des navires du Corps des gardiens de la révolution islamique après leur entrée dans le golfe Persique.

« Les navires des Gardiens de la révolution iraniens ont suivi les Stennis et leur groupe d’attaque et, à un moment donné, ils ont tiré des missiles et ont fait sauter un drone », selon le rapport.

Le groupe naval USS John C. Stennis, en plus du porte-avions, comprend le croiseur USS Mobile Bay, les destroyers USS Decatur et USS Mitscher, ainsi qu’un sous-marin stratégique.

Selon le Wall Street Journal, l’entrée de navires états-uniens dans le golfe Persique est une démonstration de force par les États-Unis d’Amérique en Iran.

Sujet connexe: Les États-Unis d’Amérique surveillent les activités militaires iraniennes dans le golfe Persique

Une source citée par les médias a expliqué que la présence du porte-avions « apporterait certainement une différence positive » dans l’alignement des forces en cas d’actes hostiles de l’Iran dans ces eaux.

L’entrée du porte-avions des Etats-Unis d’Amérique dans le golfe Persique a été la première entrée d’un navire du pays dans cette région stratégiquement importante après le retrait par les États-Unis d’Amérique de l’accord nucléaire avec l’Iran en mai 2018. La manœuvre a mis fin à l’absence des porte-avions dans la région, une situation qui s’est prolongée depuis les attentats du 11 septembre 2001.

Ce n’est pas le premier incident entre la marine iranienne et états-unienne. À plusieurs reprises, les Etats-Unis d’Amérique se sont plaints du fait que les navires iraniens sont trop proches des navires des Etats-Unis d’Amérique dans le golfe Persique. À au moins une occasion, les marins ont dû tirer des coups de semonce dans l’eau.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

IRGC organise des exercices importants et fait ses débuts dans la composante «offensive»

Le corps des gardes de la révolution islamique tient la phase principale et finale des exercices de masse dans le golfe Persique, en lançant pour la première fois un élément «offensif» de la stratégie défensive de l’Iran.

L’exercice du Grand Prophète 12 est entré dans leur dernier chapitre dans la zone générale samedi. Le général en chef du CGRI, Mohammad Ali Jafari, a déclaré: « Nous espérons que les ennemis auront plus que jamais saisi la puissance de notre réponse ».

« C’était une réponse aux allégations des ennemis qui devraient savoir que les capacités de défense de la République islamique d’Iran sont dissuasives et, comme l’a dit le chef éminent [Ayatollah Seyyed Ali Khamenei],s’ils essayent de nous frapper une fois, ils seront certainement frappés 10 fois plus’ », a déclaré Jafari aux journalistes.

Le général de brigade Mohammad Pakpour, chef de la force terrestre du CGRI, a déclaré que les exercices se déroulaient à un niveau stratégique et défensif proportionnel aux menaces potentielles de l’ennemi.

« Pour la première fois, les exercices incluent une opération offensive dans la doctrine défensive de la République islamique », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse sur l’île de Qeshm, dans le sud de l’Iran.

«Sur le plan opérationnel, ces manœuvres sont offensives, ce qui signifie que si l’ennemi tente de recourir à la menace et à sa mise en œuvre, cela nous incitera à adopter une attitude profondément agressive et offensive et à poursuivre des cibles au plus profond du front ennemi», a déclaré Pakpour.

Le but, a déclaré le commandant, est de « cristalliser dans l’esprit de l’ennemi une image précise et réaliste de nos équations de dissuasion et de défense ».

« L’ennemi devrait tenir compte, dans ses calculs, du fait que notre défense combine à la fois un engagement défensif et offensif, l’accent étant mis davantage sur le côté offensif », a-t-il déclaré.

Pakpour a déclaré que l’expérience passée de la force terrestre du CGRI dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des frontières, ainsi que l’expérience des dernières guerres, avaient contribué à l’élaboration de nouvelles doctrines défensives.

L’exercice annuel recrute les unités d’élite de la Force terrestre. Ils comprennent l’unité d’intervention rapide, les forces spéciales, les commandos, les drones de combat et de reconnaissance, l’unité de guerre électronique, le corps d’ingénieurs et le patrouilleur rapide Zolfaqar.

Divers hélicoptères d’attaque, de transport et de largage sont pilotés pendant la manifestation.

Selon l’agence de presse Tasnim, les navires de combat Cobra déployés lors de la dernière étape ont été équipés de caméras thermiques améliorées.

L’équipement, a-t-il ajouté, a été amélioré avec le télémètre laser et est capable de tracer et de détecter les cibles dans diverses conditions environnementales, notamment l’obscurité, le brouillard, la fumée et la poussière.

Les exercices comprenaient également une opération amphibie et la saisie de têtes de pont le long du littoral.

Le porte-avions des Etats-Unis d’Amérique se présente au milieu des exercices

Les exercices ont coïncidé avec le retour du porte-avions USS John C. Stennis des Etats-Unis d’Amérique dans le golfe Persique vendredi après une longue absence.

L’agence de presse Associated Press des Etats-Unis d’Amérique a déclaré que la longue absence d’un porte-avions pourrait devenir une pratique courante dans ce contexte de bouleversement des opérations navales.

« Nous essayons d’être plus imprévisibles du point de vue opérationnel », a déclaré le lieutenant Chloe Morgan, une porte-parole de la 5ème flotte basée à Bahreïn, selon les affirmations de l’agence.

«Nous sommes en train de changer les choses car nos adversaires nous surveillent de près. Nous voulons être imprévisibles du point de vue opérationnel pour nos ennemis, mais stratégiquement prévisibles pour nos partenaires.»

L’Associated Press a également affirmé que les navires du CGRI avaient ombragé le Stennis et son groupe de frappe à un moment donné, décollant des roquettes et pilotant un drone à proximité.

La marine des Etats-Unis d’Amérique, a-t-il dit, a invité les journalistes à monter à bord du Stennis à propulsion nucléaire, dont le port d’attache est Bremerton, dans l’État de Washington, alors qu’il traversait le détroit d’Hormuz.

« L’Iran agit dans le respect des lois maritimes »

En réponse à des informations selon lesquelles des navires iraniens approchaient du porte-avions des Etats-Unis d’Amérique dans le golfe Persique, un haut commandant iranien a déclaré que l’opération avait été légale et que rien ne sortait de l’ordinaire.

« En gros, chaque fois qu’un navire entre dans la région du golfe Persique, parce qu’il passe par le détroit d’Ormuz et nos eaux territoriales, conformément aux conventions maritimes, son heure d’arrivée, voire même son heure de départ, sa nationalité, sa mission et sa destination, sont vérifiées », a indiqué le directeur général du contre-amiral Amir Rastegari de l’Organisation des industries de la marine du ministère de la Défense iranien.

Il a ajouté que cette mission de reconnaissance était effectuée par des navires iraniens approchant des navires entrant dans le golfe Persique. « Cette opération est menée conformément aux principes diplomatiques et aux conventions militaires internationales régissant les voies navigables mondiales et n’est en aucun cas une nouveauté ».

Rastegari a déclaré que les rapports des médias étrangers « exagérant » un tel processus faisaient partie de la campagne d’Iranophobia.

Le commandant iranien a également démenti les informations selon lesquelles un drone iranien aurait suivi le porte-avions des Etats-Unis d’Amérique et des roquettes auraient été tirées vers lui.

Il a souligné que l’Iran avait déclaré sa zone d’entraînement militaire au niveau international plus d’une semaine avant le début des exercices et que les coups de feu tirés ou les drones et hélicoptères pilotés faisaient partie des manœuvres du Grand Prophète 12 et n’avaient « rien à voir avec le porte-avions des Etats-Unis d’Amérique », qui naviguait près du site des exercices.

Bien que très étroit et situé dans les eaux territoriales de ces deux nations, le détroit est considéré comme une voie de transit internationale par laquelle transite un tiers de l’ensemble des hydrocarbures commercialisés par voie maritime.

Les tensions ont été vives depuis le retrait, en mai, du président Donald Trump de l’accord nucléaire iranien et de sa menace de ramener à zéro les exportations de pétrole de la République islamique.

Le président iranien Hassan Rouhani a plusieurs fois mis en garde que toute tentative d’empêcher l’exportation de pétrole brut par l’Iran pourrait le voir fermer le détroit.

Pakpour a affirmé vendredi que le CGRI (ICRG pour son acronyme en anglais) était tout à fait prêt à préserver la souveraineté du pays et à faire face à « toutes les formes de complot ».

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Press TV

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :