A la Une

La détention de Ghosn place le système de la justice japonaise sous le microscope

Cette photo du 20 novembre montre l’extérieur du bâtiment du gouvernement central abritant le bureau du procureur du district de Tokyo à Tokyo. (Photo du fichier AP)

Depuis son arrestation pour suspicion de falsification de rapports financiers, l’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, est assis dans une humble cellule depuis plus d’un mois, interrogé tous les jours sans la présence d’un avocat.

Son cas attire l’attention sur le système de justice pénale au Japon, où il n’y a pas de présomption d’innocence et où l’accusé peut être maintenu en détention plusieurs mois avant le procès. Le système, parfois appelé « justice des otages », a été critiqué par les défenseurs des droits de l’homme.

Lorsqu’un tribunal a rejeté la demande des procureurs de Tokyo de détenir Ghosn 10 jours de plus le 20 décembre, il était si inhabituel que les médias japonais aient annoncé qu’il pourrait être libéré. Mais une telle spéculation a été dissipée lorsque les procureurs l’ont arrêté un jour plus tard, soupçonné d’abus de confiance, révélant de nouvelles allégations centrées sur le transfert de pertes de quelque 1,8 milliard de yens (16 millions de dollars) par Ghosn à Nissan Motor Co.

Mais sa situation est courante au Japon. Les gens ont signé des aveux, même pour des meurtres qu’ils n’ont jamais commis, simplement pour sortir de cette épreuve.

Un procès pourrait être dans des mois et pourrait durer encore plus longtemps. Et ses chances ne sont pas bonnes: le taux de condamnation au Japon est de 99%.

Les proches de Ghosn et sa famille disent qu’il affirme son innocence. Mais on ne sait pas quand la libération de Ghosn qui a dirigé le redressement de Nissan depuis deux décennies pourrait survenir  près de la faillite. Les procureurs de Tokyo considèrent que Ghosn, un Français d’origine libanaise, ne au Brésil, présente un risque de fuite.

D’autres pays peuvent avoir des systèmes juridiques critiqués comme étant brutaux et injustes. Les Etats-Unis d’Amérique, par exemple, ont leur part de convictions erronées, de brutalités policières et de négociations de plaidoyer douteuses. Mais, aux États-Unis d’Amérique, une personne est présumée innocente, a le droit de recevoir un avocat et est libérée dans un délai de 72 heures s’il n’y a pas d’inculpation.

Carl Tobias, professeur à la faculté de droit de l’Université de Richmond, a déclaré qu’une telle détention de longue date était extrêmement inhabituelle aux États-Unis d’Amérique.

« Chaque fois que le gouvernement parvient à une date limite pour la libération de Ghosn, le gouvernement dépose de nouvelles allégations et de nouvelles arrestations », a-t-il déclaré.

Le procureur général adjoint Shin Kukimoto a déclaré que les procureurs ne faisaient que leur travail: « essayer de mener une enquête en bonne et due forme ».

Quand il a été Interrogé par un journaliste sur « la justice des otages », il a répondu: « Nous ne sommes pas en mesure de commenter la manière dont la loi a été conçue ». [Les lois et la justice japonaise pourraient donc être conçues et appliquées de façon injuste comme le sont celles des Etats-Unis d’Amérique où des personnes condamnées à mort ont été exécutés alors qu’elles étaient innocentes. D’autres ont été injustement emprisonnées. Une loi peut donc être juste ou injuste. JDDM – MIRASTNEWS]

Dans un tel système, ceux qui insistent sur l’innocence finissent par être détenus plus longtemps. Une fois que les procédures d’arrière-procès sont terminées et qu’un suspect est officiellement inculpé, la mise en liberté sous caution est techniquement possible, mais souvent refusée jusqu’au début du procès par crainte d’une falsification des preuves.

« Il est bon que le monde entier comprenne à quel point le système pénal japonais est mauvais à travers le cas de cette personne célèbre. C’est une chose que même beaucoup de Japonais ne savent pas », a déclaré Seiho Cho, avocat à Tokyo et expert en défense pénale. « Un nombre incalculable de personnes ont vécu des expériences horribles. »

Un cas célèbre est Iwao Hakamada, un boxeur professionnel qui a purgé 48 ans de prison, principalement dans le quartier des condamnés à mort après avoir signé des aveux lors de son interrogatoire et condamné pour le meurtre d’une famille de quatre personnes. Il a été libéré en 2014 après que des tests ADN eurent déterminé que le sang sur le lieu du crime n’était pas celui de Hakamada, et un tribunal a jugé que la police avait probablement déposé des preuves. Les champions de boxe s’étaient ralliés en son nom.

L’histoire vraie d’un homme qui a refusé de signer une confession selon laquelle il avait tâtonné une femme dans un train de banlieue bondé est devenue un film populaire de 2007, «Je ne l’ai pas fait», réalisé par Masayuki Suo. Le film décrit une bataille juridique de cinq ans en faveur de l’exonération, soulignant que la charge de la preuve de l’innocence incombait à l’accusé.

Aux États-Unis d’Amérique, les avocats de la défense ont tendance à se faire entendre, mais au Japon, il est assez courant – comme dans le cas de Ghosn – de garder le silence, en particulier avant le procès, car cela est considéré comme préférable pour les suspects. Les avocats sont autorisés à rendre visite aux clients en détention.

Ghosn a été officiellement inculpé dans le groupe d’allégations initiales, déclarant que son revenu aurait été d’environ 5 milliards de yens (44 millions de dollars) pendant cinq ans jusqu’en 2015. La violation de la législation financière japonaise est passible d’une peine maximale de 10 ans de prison, d’une amende de 10 millions de yens (89 000 dollars), ou des deux.

Greg Kelly, un dirigeant états-unien de Nissan qui a été arrêté avec Ghosn, a également été accusé de collaboration pour sous-déclaration du revenu de Ghosn. Kelly n’a pas été à nouveau arrêté à la suite des dernières allégations d’abus de confiance. L’avocat états-unien de Kelly dit qu’il est innocent et qu’il a respecté la politique de la société.

Nissan a également été inculpé en tant qu’entité légale, mais personne d’autre que Ghosn et Kelly n’a été inculpé ni arrêté. Les dirigeants de Nissan ont déclaré à plusieurs reprises qu’une enquête interne ouverte au cours de l’été avait révélé des actes fautifs clairs et graves, qui étaient restés longtemps inaperçus en raison de stratagèmes complexes « dirigés » par Ghosn et Kelly.

Ils sont allés voir les procureurs, ce qui a entraîné des arrestations surprise le 19 novembre et coopèrent étroitement avec l’enquête.

Être accusé d’un crime est dévastateur dans une société conformiste insulaire comme le Japon. Les membres de la famille deviennent également des cibles de discrimination, rejetés pour alliance et ostracisés. Certains se suicident.

Cho, l’avocat, a déclaré que la longue détention et le procès signifiaient que des personnes perdaient leur travail, leur réputation, parfois leur famille. Mais il avait toujours ce conseil: quoi que vous fassiez, n’avouez rien de ce que vous n’avez pas fait, cela ne ferait qu’empirer les choses.

« Ne faites jamais de compromis sur votre innocence », a-t-il dit.

THE ASSOCIATED PRESS

Traduction : MIRASTNEWS

Source: The Asahi Shimbun

Un avocat de Ghosn conteste les dernières allégations d’inconduite financière

Carlos Ghosn. (AFP PHOTO / ERIC PIERMONT)

L’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, a été arrêté à Tokyo après de nouvelles allégations selon lesquelles il aurait transféré plus de 16 millions de dollars de pertes liées à des investissements personnels sur Nissan.

L’avocat de Carlos Ghosn a contesté les allégations des procureurs selon lesquelles l’ancien président de Nissan aurait transféré les pertes financières personnelles au constructeur japonais.

Les procureurs ont allégué que Ghosn avait utilisé l’argent de Nissan pour payer une personne qui l’a aidé à effectuer ses paiements afin de maintenir une position de marché personnelle lors de la crise financière mondiale de 2008.

Motonari Otsuru, l’avocat principal de Ghosn, a répondu dimanche dans une déclaration écrite, dans laquelle il affirmait que les actions en cause ne constituaient pas un abus de confiance et que les paiements s’élevant à 14,7 millions de dollars entre 2009 et 2012 avaient été effectués pour le travail que la personne avait effectué pour Nissan. L’avocat n’a pas identifié la personne par son nom.

Les procureurs ont également déclaré vendredi que Ghosn avait «commis un abus de confiance aggravé» en transférant à Nissan des obligations sur ses propres pertes liées aux investissements personnels, pour un montant d’environ 1,85 milliard de yens (16,6 millions de dollars), causant un préjudice financier au constructeur automobile. Sur ce point, Otsuru a déclaré que si l’acte pouvait être perçu comme un abus de confiance, il ne serait pas punissable.

Selon Otsuru, la Commission de surveillance des valeurs mobilières et des changes avait examiné la question en 2008 mais n’avait pas engagé de poursuites pénales. L’avocat ne pensait donc pas que ces actes seraient punissables à l’heure actuelle. Nissan a refusé de commenter.

Un appel téléphonique au bureau du procureur de Tokyo est resté sans réponse dimanche.

Ghosn est détenu au centre de détention de Tokyo depuis son arrestation le 19 novembre. Il a été inculpé pour avoir sous-estimé son salaire chez Nissan pendant les cinq années qui ont précédé le mois de mars 2015. Il a depuis été de nouveau arrêté pour des accusations plus graves d’avoir infligé des dommages financiers à Nissan.

Ghosn sera détenu jusqu’au 1er janvier, a annoncé dimanche le tribunal de district de Tokyo.

Ma Jie et Kae Inoue

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: The Asahi Shimbun

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :