A la Une

« Censure politique »: Sputnik reproche à Facebook d’avoir supprimé plus de 350 pages pour « comportement inauthentique »

Sputnik a déclaré que bon nombre de ses pages clairement signalées avaient été enlevées pour avoir soi-disant dissimulé leurs liens vers Sputnik.

L’agence de presse Sputnik a déclaré qu’elle était engagée dans la promotion légitime de son contenu, auparavant, Facebook avait déclaré que des centaines de comptes avaient été secrètement gérés par son personnel, à la suite d’un communiqué du Conseil de l’Atlantique soutenu par l’OTAN.

« La décision est clairement de nature politique et, en fait, c’est pratiquement une censure – sept pages Facebook appartenant à nos centres d’actualités dans les pays voisins ont été bloquées », a déclaré la compagnie de médias russe dans un communiqué.

Il a précisé que des pages officielles telles que Sputnik Moldova, Sputnik Ouzbékistan et Sputnik Azerbaïdjan avaient été retirées.

«Les bureaux de rédaction de Sputnik traitent de l’information et le font bien. Si ce blocage est la seule réaction de Facebook face à la qualité du travail des médias, nous n’avons pas de question, tout est clair ici. Mais il y a encore de l’espoir que le bon sens prévaudra», a poursuivi le communiqué de la société, qui a indiqué avoir laissé une demande de renseignements sur le réseau social.

Jeudi, Facebook a supprimé 289 pages et 75 comptes individuels qui, selon le journal, avaient « été présentés de manière erronée » comme « des pages de nouvelles indépendantes ». L’enquête de la société « a révélé que ces pages et ces comptes étaient liés à des employés de Sputnik, une agence de presse basée à Moscou, et que certaines des pages fréquemment postées sur des sujets tels que le sentiment anti-OTAN, les mouvements de protestation et la lutte contre la corruption. »

Facebook purge des centaines de pages politiques, certains médias alternatifs comptant des millions d’adeptes

Selon Facebook, au total, ces comptes ont acquis 790 000 abonnés, dépensé 135 000 dollars états-uniens d’Amérique en publicité depuis 2013 et créé 190 événements auxquels 1 200 utilisateurs ont indiqué qu’ils participeraient. Les pages postées « sur des sujets tels que la météo, les voyages, le sport, l’économie ou les politiciens en Roumanie, en Lettonie, en Estonie, en Lituanie, en Arménie, en Azerbaïdjan, en Géorgie, au Tadjikistan, en Ouzbékistan, en Kazakhstan, en Moldavie, en Russie et au Kirghizistan. »

Facebook a déclaré que les pages violaient ses directives de «comportement inauthentique coordonné», qui interdisent les «comptes multiples travaillant ensemble» pour «induire en erreur les personnes sur l’origine du contenu», bien que dans de nombreux cas, il semble que les pages n’aient pas tenté de dissimuler qu’ils partageaient le contenu de Sputnik.

Les directives de contenu non authentiques de Facebook.

«Nous avons partagé des informations sur notre enquête avec les forces de l’ordre des Etats-Unis d’Amérique (EUA), le Congrès des EUA, d’autres sociétés de technologie et les décideurs politiques des pays touchés», a déclaré le réseau social basé en Californie.

La société a également remercié «le travail de nos partenaires qui étudient ce type d’activités».

Pourquoi le tueur à gages (hitman) Ben Nimmo de Integrity Initiative, est-il encore utilisé comme expert «indépendant» par les MSM?

Ben Nimmo, chercheur au Conseil atlantique et employé d’Integrity Initiative, réseau d’influence d’infiltration soutenu par le Royaume-Uni, s’est adressé aux médias sociaux pour revendiquer le mérite de son organisation, affirmant que son laboratoire d’investigation numérique (Digital Forensic Research Lab) avait découvert les pages affiliées à Sputnik en Lettonie à la fin de l’année dernière.

Le Conseil Atlantique: des experts en première ligne de la désinformation

Facebook avait auparavant été accusé de censure pour avoir rendu des jugements, ainsi que pour avoir éliminé le prétendu «comportement inauthentique», alors qu’en réalité, il punissait de manière sélective des pages défendant certaines opinions politiques ayant eu recours à des pratiques en ligne courantes pour vulgariser leur contenu. La suppression de 800 pages promouvant des points de vue non traditionnels à la veille des réunions à mi-parcours aux États-Unis d’Amérique l’an dernier a suscité une objection du groupe de campagne ACLU sur la base de la liberté d’expression.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :